ICI Radio-Canada Première

La sphère

La sphère

Le samedi de 13 h à 14 h

Matthieu Dugal

La sphère
Logo Radio-Canada

Internet

Le web parallèle de certains pays communistes

Le samedi 27 février 2016

Une trentaine de places de villes de Cuba sont maintenant équipée d'Internet sans fil. Sur la photo,  la place José Marti de Cienfuegos.
Une trentaine de places de villes de Cuba sont maintenant équipée d'Internet sans fil. Sur la photo, la place José Marti de Cienfuegos.     Photo : iStock

Les gouvernements communistes de Cuba et de la Chine ont tous deux réagi bien différemment à la démocratisation du web. Dans le premier pays, il est toujours bien difficile d'accéder à Internet pour les habitants; les coûts sont élevés et les connexions rares. En Chine, le pouvoir a plutôt décidé de construire un deuxième Internet, parallèlement à celui que le reste du monde fréquente.  
 
L'Internet « patenté » de Cuba 
 
Les connexions Internet sans fil se répandent à Cuba, mais non sans restrictions. En parallèle, le réseau intranet clandestin Streetnet se développe. À La Havane, on croit que de 5000 à 6000 personnes utilisent le web du marché noir, grâce à des antennes de contrebande achetées aux États-Unis.  
 
« Deux interdits subsistent pour ce réseau toléré par le pouvoir : il y est interdit de parler de politique ou de relayer des images pornographiques », raconte le journaliste Frédérick Lavoie, à Cienfuegos, à Cuba. En fin de compte, on l'utilise pour aller sur Facebook, pour jouer en ligne ou pour discuter sur des forums.  
 
Le réseau compétitif à la chinoise 
 
« En Chine, le pouvoir a rapidement compris que le développement économique du pays passait par Internet, mais on en comprenait aussi la menace pour le régime chinois », indique Frédéric Martel, auteur du livre Smart : enquête sur les internets. La solution a donc été de bâtir un Internet très puissant, mais dont le gouvernement chinois avait les clés.  
 
Cet Internet est donc entièrement contrôlé, mais son nombre grandissant d'utilisateurs le rend de plus en plus difficile à surveiller.  
 
Autre particularité de l'Internet chinois : au lieu de Google, c'est Baidu. Il n'y a pas non plus de Twitter, mais plutôt un Weibo. Même chose pour les eBay, YouTube et Facebook de ce monde. On parle plutôt de Alibaba, de Youku et de Renren.  


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

14 novembre 2015

Des outils en ligne pour expliquer les attentats aux enfants

14 novembre 2015

Émission spéciale sur les attentats de Paris

5 septembre 2015

Les suggestions de Denis Talbot

29 août 2015

La revue du web

29 août 2015

Près de 15 % de l'humanité sur Facebook