ICI Radio-Canada Première

La bibliothèque de René

La bibliothèque de René

Le vendredi de 13 h à 14 h 
(rediffusion à 20 h)

René Homier-Roy

La bibliothèque de René
Logo Radio-Canada

Livres

Poésie du gérondif : la grammaire comme un sudoku

Le vendredi 6 juin 2014

La couverture de <i>La poésie du gérondif : vagabondage d'un passionné de peuples et de mots</i>, publié aux éditions Le Tripode.
La couverture de La poésie du gérondif : vagabondage d'un passionné de peuples et de mots, publié aux éditions Le Tripode.

Jean-Pierre Minaudier est enseignant, traducteur, historien et linguiste. Obsédé par le décodage de la grammaire, il possède 1163 ouvrages sur le sujet, concernant 864 langues. Il est l'auteur de Poésie du gérondif, une grammaire atypique qui présente la langue comme une énigme, ponctuée de citations en langues étrangères et composée en bonne partie de notes de bas de page. René Homier-Roy s'entretient avec lui. 
 
Obsession de longue date 
Dès son enfance, Jean-Pierre Minaudier était passionné de linguistique. Il a d'ailleurs inventé sa propre langue à l'adolescence. Ce n'est toutefois que dans la quarantaine qu'il a renoué avec cette fascination. Pendant trois ou quatre ans, il n'a lu que des ouvrages de linguistiques. « C'est une bonne méthode pour se secouer la cervelle, pour rester jeune et s'introduire à la diversité du monde », commente-t-il. 
 
Rêve, poésie et suspense 
L'auteur compare la grammaire au rêve et à la poésie, et y trouve même un proche parent des livres à suspense. « C'est du rêve d'abord parce que ça transporte très loin. Une grammaire d'Amazonie nous transporte en Amazonie. Et puis, je perçois une grammaire comme une construction avec la même beauté qu'une cathédrale, qu'un temple romain, etc. », illustre-t-il. 
 
Mal enseignée 
Si la grammaire rebute tant le commun des mortels, c'est selon lui parce qu'on l'enseigne mal à l'école. « Il faudrait arrêter d'utiliser la grammaire comme une norme, comme un ensemble de règles sur ce qu'il faut dire et ce qu'il ne faut pas dire, indique-t-il. Ce qui est intéressant dans la grammaire, c'est quand elle se met à nous expliquer ce que nous disons, et pas ce que nous devons dire, et quand elle devient une ouverture. » 


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

20 juin 2014

De banquière à libraire... en Hongrie!

20 juin 2014

Caprice de la reine, de Jean Echenoz

13 juin 2014

Une librairie francophone au coeur du Chili

13 juin 2014

Fanny Britt, plume multiplateforme

13 juin 2014

Joyland, de Stephen King

13 juin 2014

L'univers littéraire de... Catherine Durand