ICI Radio-Canada Première

La bibliothèque de René

La bibliothèque de René

Le vendredi de 13 h à 14 h 
(rediffusion à 20 h)

René Homier-Roy

La bibliothèque de René

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
 
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du vendredi 13 juin 2014


Livres

L'univers littéraire de... Catherine Durand

L'auteure-compositrice interprète Catherine Durand.
L'auteure-compositrice interprète Catherine Durand.     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Elle a fait sa place à coups d'envolées folk atmosphériques, où les mots sont un instrument parmi tant d'autres. Artiste d'ambiances plus que de message, elle entretient un rapport similaire avec la lecture : sporadique, selon ses humeurs. À l'aube d'un été chargé, au cours duquel elle tâtera de l'animation radio, se produira aux FrancoFolies de Montréal et tentera même d'apprendre l'espagnol, elle révèle son univers littéraire à René Homier-Roy. 
 
Investissement 
La musicienne avoue pouvoir passer une année entière sans ouvrir un seul livre. « Ça dépend du contexte, ça dépend de comment je me sens, ça dépend aussi si on m'a suggéré un livre et vraiment convaincue qu'il fallait absolument que je lise ça. J'y vais par coups de coeur », explique-t-elle, ajoutant que la lecture représente pour elle un investissement plus qu'une détente, un peu comme l'écriture de chansons. 
 
Tolkien d'abord 
Après la bande dessinée Petzi et les livres de la comtesse de Ségur, c'est avec l'auteur britannique John Ronald Reuel Tolkien et sa saga du Seigneur des anneaux qu'elle a apprivoisé la lecture. « C'est carrément une autre planète qu'on découvre, dit-elle. Cet homme-là a imaginé un univers entier! » 
 
Pour le voyage 
Plus récemment, elle s'est entichée du romancier islandais Arnaldur Indriðason et de ses polars qui se déroulent dans ce pays qu'elle adore et qu'elle a visité à quelques reprises. « J'aime vraiment voyager à travers les livres et c'est ce que cet auteur-là me permet de faire », dit-elle.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Site de Catherine Durand
HYPERLIEN - Catherine Durand sur Facebook

Livres

Joyland, de Stephen King

La couverture de <i>Joyland</i>, de Stephen King, publié aux éditions Albin Michel.
La couverture de Joyland, de Stephen King, publié aux éditions Albin Michel.

Nombreux sont ceux qui reprochent au maître de l'épouvante de se répéter ou d'être sur le déclin. Envers et contre tous, René Homier-Roy continue de lui vouer respect et admiration. Ce n'est pas la nouvelle traduction française de ce roman policier paru en version originale en 2013 qui lui fera changer d'idée. 
 
À l'automne 1973, Devin, 20 ans décroche un emploi dans un parc d'attractions décrépit nommé Joyland. L'endroit est un lieu de rencontres et de gestes héroïques : Devin y découvre l'amour, sauve la vie de deux personnes et fait la connaissance d'un petit garçon malade. Pour ajouter à la singularité de ce nouvel emploi, la rumeur court qu'un meurtre a déjà été commis dans l'un des manèges, le Tunnel de la mort, qu'un fantôme y rôde et que certaines personnes des environs sont dotées d'un sixième sens qui leur permet de prédire l'avenir. 
 
Bien que le livre compte sa part de surnaturel, René Homier-Roy précise que les interactions entre les personnages demeurent son principal point d'intérêt. « C'est un joli bouquin, résume-t-il. C'est rare qu'on puisse dire ça d'un roman de Stephen King. Très bien fait, très joliment raconté, avec lequel on se rend compte que c'est un conteur absolument exceptionnel. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Fiche de Joyland sur le site des éditions Albin Michel

Livres

Fanny Britt, plume multiplateforme

L'auteure et dramaturge Fanny Britt.
L'auteure et dramaturge Fanny Britt.     Photo : Radio-Canada/Olivier Lalande

Théâtre, essai, traduction, littérature jeunesse, bande dessinée... Pas une forme littéraire ne semble être à l'épreuve de cette prolifique auteure montréalaise. Récemment remarquée pour la pièce Bienveillance, couronnée d'un prix du Gouverneur général, pour la BD Jane, le renard et moi, ainsi que pour l'essai Les tranchées : maternité, ambiguïté et féminisme, en fragments, elle signera cet automne l'adaptation théâtrale d'Opening night, un classique de 1977 de John Cassavetes. René Homier-Roy s'entretient avec elle. 
 
Angoisses 
Diplômée de l'École nationale de théâtre du Canada en écriture dramatique en 2001, Fanny Britt n'est pas sans craindre les pièges d'une polyvalence couronnée de succès. « C'est extrêmement angoissant. Mon grand-père irlandais disait souvent : "Jack of all threads, master of nothing" (équivalent anglais du proverbe : qui trop embrasse, mal étreint). J'ai un peu cette hantise-là quand je me mets à toucher à plusieurs choses », dit-elle, précisant que son rythme d'activité au cours de la dernière année tient davantage du concours de circonstances que de l'hyperactivité. 
 
À ses angoisses s'ajoutent celle de ne pouvoir se fier à une formule d'écriture. « Quand j'essaie de répéter quelque chose, c'est là où je me trompe le plus, souligne-t-elle. L'angoisse de répéter la même chose est aussi forte que l'angoisse de ne pas répéter la même chose. » 
 
Éviter la vraie bête 
Trois formes artistiques lui restent encore à explorer : le cinéma, le roman et la chanson. Un projet de scénario a avorté, mais un roman pourrait survenir. «  Des fois, j'ai l'impression que tout ce que j'ai fait depuis que j'écris n'était que des diversions pour éviter la vraie bête », avoue-t-elle.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Fanny Britt sur Twitter

Livres

Une librairie francophone au coeur du Chili

Une vue intérieure de la librairie Le Comptoir, à Santiago, au Chili.
Une vue intérieure de la librairie Le Comptoir, à Santiago, au Chili.     Photo : facebook.com/LeComptoir

Comme d'autres francophones l'ont fait en Angleterre ou au Brésil, Maryline Noël a entrepris d'ouvrir une librairie consacrée aux ouvrages dans sa langue maternelle au creux d'une terre dont elle est tombée amoureuse : le Chili. Établie là-bas depuis 25 ans après avoir quitté sa France natale sur un coup de tête, elle a vite constaté qu'il y avait une place pour un tel projet. René Homier-Roy discute avec la libraire et propriétaire de la librairie Le Comptoir, à Santiago.  
 
Formée en littérature étrangère à Paris, Maryline Noël comptait plusieurs Latino-Américains parmi ses amis. C'est ce qui lui a donné envie de se laisser guider par l'esprit d'aventure. « C'est un pays magnifique, déjà. Les années 80 n'étaient pas des années faciles pour les Chiliens. C'étaient des années plutôt noires, mais c'était aussi des années solidaires, intéressantes. Les gens sont très chaleureux », explique-t-elle à propos de ce qui lui a donné envie de rester.  
 
Connexion spéciale 
Après y avoir d'abord travaillé comme traductrice, puis dans l'import-export et dans une librairie, elle a cru déceler un marché pour une librairie exclusivement francophone. « Maintenant, c'est une folie, ça, c'est sûr... Dans un pays non-francophone où les gens lisent très peu... Mais les gens qui lisent, lisent souvent en français, précise-t-elle. Il y a une connexion spéciale avec le français, surtout chez les gens de plus de 60 ans, qui ont eu quand même une éducation en français. Ce n'est plus le cas maintenant, mais le français a été important, historiquement, au Chili. » 
 
Le choix du libraire : 
- Sauf les fleurs, Nicolas Clément, Buchet-Chastel, octobre 2013.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Site de la librairie Le Comptoir
HYPERLIEN - Librairie Le Comptoir sur Facebook

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
 
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire