Note*

x

Le moteur de recherche donne accès aux contenus diffusés depuis l'automne 2009.

Pour des contenus antérieurs, veuillez consulter la section Saisons précédentes .

Logo Radio-Canada
Commanditaire

Le phénomène du vin d'importation privée

Reportage du mercredi 1 février 2012


Le phénomène du vin d'importation privée

Dans le décor bucolique de la Toscane, sur la terrasse d'un restaurant, vous découvrez un Sangiovese d'une qualité exceptionnelle. Impossible d'en rapporter plus que deux bouteilles, les douaniers seront là pour vous le rappeler à votre retour. Mais il y a une solution : l'importation privée.

C'est un marché en pleine expansion. L'importation de vins (ou d'autres alcools) par des agences privées connaît une montée fulgurante. Ce marché de l'importation a triplé en 10 ans : il représente maintenant 70 millions de dollars, des vins écoulés à 87 % dans les restaurants.

L'importation privée est aussi accessible au public. De retour d'un voyage, d'un restaurant, vous pouvez aussi importer un vin introuvable en succursale. Le plus facile consiste à passer par l'une ou l'autre de 43 agences privées que l'on dénombre au Québec.

« C'est d'une simplicité extrême », explique André Papineau, directeur de l'agence Vinealis. « Vous communiquez avec l'agent et puis l'agent peut vous envoyer (votre commande) dans l'une des 92 succursales de la SAQ qui acceptent les importations privées. Donc on peut livrer votre vin à une succursale à côté de chez vous. »

Les agences sont regroupées en réseau, le Raspipav qui signifie Regroupement des agences spécialisées dans la promotion des importations privées des alcools et des vins. Le Raspipav tenait en novembre son quatrième salon annuel, ouvert aux restaurateurs et au grand public. Plus de 1300 produits étaient offerts en dégustation par les 37 agences sur place.

Est-ce moins cher en importation privée? « Non, c'est tout à fait la même chose », estime André Papineau. « Comparé aux vins qui sont vendus en succursale, ce sont les mêmes marges qui sont ajoutées par la SAQ et par l'agent. On ne paiera pas plus cher, mais on ne paiera pas moins cher non plus. »

Journaliste à la recherche : Andrée Langlois

Réalisateur : Robert Verge

Présentement à l'antenne de la télé

20 h 00

Ruptures

Ailleurs sur Radio-canada.ca