ICI Radio-Canada Première

Il était une voix : les archives de la radio sur le web

Il était une voix : les archives de la radio sur le web

Tous les jeudis

Il était une voix : les archives de la radio sur le web
Logo Radio-Canada

Arts et culture

Myra Cree, femme de radio et d'engagement

Le jeudi 15 octobre 2015

Myra Cree en 1988, quand elle était animatrice de l’émission de nuit de la Chaîne culturelle, L’embarquement pour si tard.
Myra Cree en 1988, quand elle était animatrice de l’émission de nuit de la Chaîne culturelle, L’embarquement pour si tard.     Photo : Radio-Canada/Jean-Pierre Karsenty

Le 24 avril 1997 à l'émission Indicatif présent, Marie-France Bazzo recevait Myra Cree pour parler de sa carrière et de son engagement. Fille d'un chef de bande à Kanesatake, Myra Cree ne parlait que le mohawk et l'anglais lorsqu'elle était petite. Pourtant, l'animatrice a été, pendant 25 ans, une des plus grandes voix de la radio au Québec, notamment à la barre de l'émission L'embarquement, à Radio-Canada. L'entrevue permet de saisir le parcours de Myra Cree, décédée il y a 10 ans. 
 
Pour écouter l'audio sur votre appareil mobile, cliquez ici  
 

 
 
Une animatrice-née 
Myra Cree développe très tôt un amour pour la langue française, son « beau souci », allant même jusqu'à franciser son nom. Sa grande maîtrise des mots et son éloquence exceptionnelle la prédisposent à une carrière publique. C'est pourquoi, après des débuts décevants en enseignement, elle s'impose sur les ondes à la radio de CKRS à Jonquière, puis à la télévision de CHLT-Sherbrooke.  
 
En 1973, elle devient la première femme chef d'antenne au Téléjournal de Radio-Canada. Elle anime ensuite Second regard avant de reprendre le micro pour l'émission de nuit L'embarquement pour si tard, qui deviendra, quelques années plus tard, L'embarquement
 
« Le sentiment confus de l'appartenance, mais la fierté toujours! » – Myra Cree 
 
Myra Cree a toujours eu à coeur ses origines, c'est pourquoi elle se sent intimement interpellée lorsque les tensions s'embrasent à Oka en 1990. Elle-même symbole d'une communion entre les cultures canado-française et mohawk, Myra prône la réconciliation entre les communautés par le dialogue. Elle fonde le Mouvement pour la justice et la paix à Oka-Kanesatake afin de permettre une négociation « loin des cris et de la fureur ». 
 
Myra Cree est décédée à Oka, le 13 octobre 2005, d'un cancer.


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

8 septembre 2016

Henri Bergeron : regard sur la mutation des médias

5 juillet 2016

André Montmorency : comédien depuis l'enfance

9 mai 2016

Jean-François Doré : quand la radio sortait des sentiers battus

27 avril 2016

Martin Gray : une grande leçon de courage

14 avril 2016

Simone de Beauvoir, la vieillesse heureuse

7 avril 2016

Marcel Dubé, homme de radio et de théâtre