ICI Radio-Canada Première

Gravel le matin

Gravel le matin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Alain Gravel

Gravel le matin
Logo Radio-Canada

Santé

Frais accessoires : le patient d'abord et avant tout

Le mercredi 25 janvier 2017

Le corridor d'un hôpital
Le corridor d'un hôpital     Photo : iStock

« Ce n'est pas une entreprise, la médecine. [Le but est] de prendre soin des gens. » C'est demain qu'entre en vigueur la loi sur l'abolition des frais accessoires, et beaucoup de confusion entoure encore ce règlement. La Dre Isabelle Leblanc, médecin omnipraticienne et présidente du collectif Médecins québécois pour le régime public (MQRP), pense que les patients devraient pouvoir voir un médecin sans avoir à payer. 
 
En entrevue avec Alain Gravel vendredi dernier, le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, soulignait que si les médecins n'étaient pas contents de l'abolition des frais accessoires, ils iraient pratiquer au privé et les patients suivraient. « C'est honteux, a lancé Mme Leblanc, en réaction aux propos du ministre. Les gens n'ont pas l'argent pour aller au privé. » Elle explique aussi comment les frais accessoires sont très souvent un moyen pour les médecins de faire du profit. « Les médecins sont déjà très bien payés, pense-t-elle. Ils n'ont pas besoin de profit. [...] Je ne pense pas qu'on devrait faire de profit sur la maladie des gens. »


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

20 février 2017

Une dame de 78 ans attend plus de 3 heures pour une ambulance

2 février 2017

Ces médecins profiteurs devenus millionnaires

26 janvier 2017

Les négociations entourant les frais accessoires toujours en cours

25 janvier 2017

Jouer au hockey et vivre avec un trouble obsessionnel compulsif

23 janvier 2017

Un centre médical autochtone à Montréal désiré