ICI Radio-Canada Première

Gravel le matin

Gravel le matin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Alain Gravel

Gravel le matin

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
6789
10
11
12
1314151617
18
19
2021222324
25
26
27
28
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du vendredi 10 février 2017


Société

Une application pour terminer son secondaire

Un téléphone cellulaire
Un téléphone cellulaire     Photo : ICI Radio-Canada

Obtenir son diplôme d'études secondaires à l'aide de son téléphone cellulaire est maintenant possible. La nouvelle application ChallengeU permet aux adultes de terminer leurs cours sans avoir à mettre les pieds dans une salle de classe. Le hockeyeur et ancien attaquant du Canadien de Montréal Steve Bégin a abandonné ses études au milieu des années 1990. Il a accepté de relever le défi que lui a lancé son ami, le combattant en arts martiaux mixtes George St-Pierre, de terminer ses études secondaires. 
 
« Quand on m'a présenté le projet, j'étais emballé », affirme Steve Bégin, à qui il reste un cours de français et un examen d'anglais à terminer. Il considère que c'est un moyen accessible pour tous les décrocheurs de terminer leurs études. « La beauté de la chose, c'est que je peux faire ça n'importe où », explique-t-il. Des professeurs sont disponibles pour répondre aux questions des étudiants, et des vidéos de démonstration sont mises à leur disposition.  
 
Relever le défi pour donner l'exemple 
 
C'était important pour l'ex-hockeyeur de finir son secondaire, pour lui-même bien sûr, mais surtout pour ses enfants. « Je me vois mal leur dire que l'éducation, c'est important, quand moi je n'ai pas fini mon secondaire, souligne-t-il. Même si j'ai 38 ans, je vais de l'avant. »

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - ChallengeU
HYPERLIEN - Finir son secondaire sur son cellulaire

Société

Harcèlement au travail : où tracer la ligne?

Des femmes et des hommes au travail
Des femmes et des hommes au travail     Photo : IStock

« Pour constituer du harcèlement sexuel, il faut qu'un comportement soit hostile ou non désiré », précise l'avocate en droit du travail Marianne Plamondon, qui s'est dite déçue de la déclaration d'hier de Gerry Sklavounos. Bien sûr, une blague, ce n'est pas du harcèlement, explique-t-elle. Mais quand celle-ci est hostile ou non désirée, ça le devient. Il faut savoir s'arrêter. 
 
Aucune plainte formelle de harcèlement n'a été déposée contre Gerry Sklavounos, mais plusieurs témoignages anonymes d'anciennes employées de l'Assemblée nationale rapportent qu'il aurait eu un comportement inapproprié. « Clairement, c'était inadéquat les commentaires qu'il faisait pour que les gens se passent le mot comme ça, soutient-elle. La ligne peut parfois être difficile à tracer, mais Me Plamondon explique qu'à partir du moment où il y a une conduite vexatoire, un caractère répétitif, une attente à la dignité et à l'intégrité de la personne, c'est une situation de harcèlement psychologique ou sexuel. 
 
Plus facile de dénoncer de nos jours 
 
L'avocate affirme que la jeune génération est beaucoup plus sensible et au courant, en partie grâce à la loi de 2004 sur le harcèlement. Depuis, les employeurs se sont dotés d'une politique qui invite à porter plainte pour prévenir le harcèlement et faire la lumière sur ce qui s'est passé. « Les gens ont beaucoup moins d'hésitation à porter plainte qu'avant », souligne Me Plamondon.

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
6789
10
11
12
1314151617
18
19
2021222324
25
26
27
28
 
 
 
 

Dernière baladosiffusion disponible

Gravel le matin

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Le Mois de l'histoire des Noirs au Canada