ICI Radio-Canada Première

Gravel le matin

Gravel le matin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Alain Gravel

Gravel le matin

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
2
3456
7
8
910111213
14
15
1617181920
21
22
2324252627
28
29
30
31
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mardi 31 janvier 2017


Société

Attentat à Sainte-Foy : la poussière retombe sur un Québec ébranlé

Des milliers de personnes ont participé à la veillée organisée à Québec après l'attentat de dimanche
Des milliers de personnes ont participé à la veillée organisée à Québec après l'attentat de dimanche     Photo : Maxime Corneau

Au lendemain d'une grande soirée de recueillement aux quatre coins du pays, les Québécois cherchent toujours à comprendre les motifs qui ont poussé Alexandre Bissonnette à abattre froidement six musulmans dans une mosquée, dimanche soir, à Sainte-Foy. Éric Debroise, qui a connu le suspect, confirme que celui-ci avait un intérêt marqué pour l'extrême droite. 
 
Cofondateur de l'entreprise Aventis conseil, un laboratoire d'expertise-conseil spécialisé dans la gestion de la diversité culturelle et religieuse, M. Debroise a contacté la police après l'attentat, en se rappelant sa rencontre avec Alexandre Bissonnette. « Il avait un caractère fuyant, un regard qui était toujours en train de fuir. Sa sociabilité ne semblait pas être là », se souvient-il. 
 
 
 
Selon les dernières informations, le bilan de l'attentat est de six victimes et de cinq blessés dans un état toujours critique. Le suspect de 27 ans fait face à six accusations pour meurtre au premier degré et cinq accusations pour tentative de meurtre en utilisant une arme à feu à autorisation restreinte.  
 
Pour le moment, aucune accusation de terrorisme n'est déposée contre Alexandre Bissonnette. La journaliste spécialisée en affaires judiciaires Geneviève Garon ne s'en étonne pas. « Dans un cas comme celui-ci, ce serait plus symbolique que d'autre chose. L'accusation la plus grave, c'est le meurtre prémédité », rappelle-t-elle. 
 
Les proches des victimes se souviennent 
 
De nombreux Québécois qui ont perdu des proches, des amis et des collègues dans cet attentat auront un deuil à faire dans les prochains jours. 
 
C'est le cas notamment pour Jean-Claude Dufour, doyen de la Faculté des sciences de l'agriculture et de l'alimentation à l'Université Laval. Il a côtoyé le professeur Khaled Belkacemi, qui a perdu la vie dimanche soir. « Khaled était un passionné de l'enseignement, explique-t-il. J'ai eu le plaisir de l'engager et c'est devenu un ami par la suite. » 
 
Hugo Lavoie était présent à la veillée hier soir, à Montréal.  
 
 
 
 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Attentat de Québec : « Nous n''acceptons pas cette haine » - Justin Trudeau
HYPERLIEN - Alexandre Bissonnette accusé d’’être l’’auteur de l’’attentat de Québec

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
2
3456
7
8
910111213
14
15
1617181920
21
22
2324252627
28
29
30
31
 
 
 
 

Dernière baladosiffusion disponible

Gravel le matin

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Le Mois de l'histoire des Noirs au Canada