ICI Radio-Canada Première

Gravel le matin

Gravel le matin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Alain Gravel

Gravel le matin
Logo Radio-Canada

Société

Pas de fenêtres dans la classe de jeunes autistes

Le vendredi 24 février 2017

Une salle de classe
Une salle de classe     Photo : Radio-Canada

Des enfants autistes passent leurs journées dans un local sans fenêtres dans une école primaire en Montérégie. Les parents, qui multiplient les plaintes auprès de la Commission scolaire des Grandes-Seigneuries, ont remarqué plusieurs changements de comportement chez leurs enfants. De son côté, la Commission scolaire a rejeté les plaintes des parents, sous prétexte que le local répond aux besoins des élèves­. Au micro d'Alain Gravel, Marie-Louise Kerneïs, présidente de la commission scolaire des Grandes-Seigneuries, affirme que c'est une guerre de spécialistes. 
 
Mme Kerneïs croit qu'il ne faut pas exagérer quant à la situation de ces élèves, qui font de petites sorties à l'extérieur de la classe pendant la journée. « Ce n'est pas la solution idéale, souligne-t-elle. Mais dans les circonstances, c'est la solution qui est la plus acceptable. » Elle soutient que, oui, le manque de lumière est un problème pour ces élèves, mais que ce n'est pas la priorité.  
 
Un besoin d'argent 
 
Marie-Louise Kerneïs note que le gros problème est que la commission scolaire manque d'argent. Elle explique que les élèves en situation de handicap sont passés de 177 à 654 en 10 ans sur le territoire de la Commission scolaire des Grandes-Seigneuries, qui manque de ressources et de locaux.


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

27 février 2017

Apprendre le français à Montréal : un obstacle inattendu

22 février 2017

Vers une salle de concert à l'École Joseph-François-Perrault?

22 février 2017

Enquête sur le SPVM : Philippe Pichet se dit très préoccupé

21 février 2017

Procès d'Alexandre Bissonnette : « On veut la vérité, point à la ligne »

20 février 2017

Obésité morbide et chirurgie bariatrique : non, ce n'est pas de la triche