ICI Radio-Canada Première

Gravel le matin

Gravel le matin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Alain Gravel

Gravel le matin

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
9101112
13
14
15
1617181920
21
22
2324252627
28
29
3031
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du vendredi 13 mai 2016


Sports

Dopage : la participation de la Russie aux JO menacée

Alexander Legkov embrasse sa médaille d'or remportée au 50 km de ski de fond aux Jeux olympiques de Sotchi.
Alexander Legkov embrasse sa médaille d'or remportée au 50 km de ski de fond aux Jeux olympiques de Sotchi.     Photo : DAMIEN MEYER/AFP/Getty Images

« On va faire pression pour qu'il n'y ait pas d'athlètes russes à Rio », affirme Christiane Ayotte, directrice du laboratoire de contrôle du dopage à l'Institut national de la recherche scientifique (INRS), en réaction au scandale de système étatique russe de dopage aux Jeux olympiques de Sotchi en 2014. Pour Dominick Gauthier, ex-athlète et entraîneur olympique, « c'est une très mauvaise nouvelle qui donne quand même de l'espoir ».  
 
« Il faudrait être naïf pour ne pas croire qu'il y a un système de dopage en Russie. Mais la communauté antidopage est choquée par les agissements de son collègue russe. On considère qu'on s'est fait rire en pleine face, c'est hallucinant. [...] La substitution d'urine, c'est vraiment crapuleux », s'insurge Christiane Ayotte au micro d'Alain Gravel.  
 
Grigory Rodchenkov, qui était à la tête du laboratoire chargé des tests de milliers d'athlètes aux Jeux de Sotchi, a admis au New York Times avoir aidé à substituer des échantillons d'athlètes russes prélevés après les compétitions par des échantillons « propres ».  
 
Pour Dominick Gauthier, les officiels du pays hôte des Jeux ne devraient pas superviser les laboratoires antidopage. « Il faudrait seulement des personnes neutres. » Selon lui, on n'aura pas le choix de se passer de la Russie aux JO de Rio.

Société

La sécurité à vélo est l'affaire de tous

La cohabitation vélo-auto
La cohabitation vélo-auto     Photo : iStock/TommL

« Le message est clair : la route appartient à tout le monde. Oui, il y a des cyclistes et des piétons délinquants, mais il y a aussi des automobilistes délinquants. Et on est plus vulnérable à pied ou à vélo. » Dans sa chronique, Sylvie Bernier explique que le projet de loi 100 déposé jeudi par Québec renforcera les sanctions liées à l'emportiérage et établira une distance minimale pour le dépassement des cyclistes par les automobilistes. 
 

 

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
9101112
13
14
15
1617181920
21
22
2324252627
28
29
3031
 
 
 
 

Dernière baladosiffusion disponible

Gravel le matin

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Le Mois de l'histoire des Noirs au Canada