ICI Radio-Canada Première

Gravel le matin

Gravel le matin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Alain Gravel

Gravel le matin

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
14
15161718
19
20
21222324
25
26
27
28293031
 
 

Les meilleurs moments : �mission du lundi 14 décembre 2015


Société

D'Alep à Montréal : le chemin de l'intégration de la famille Mari

Lucin Sulukgian avec son mari Hagop Mari et sa fille Archy dans leur appartement à Montréal.
Lucin Sulukgian avec son mari Hagop Mari et sa fille Archy dans leur appartement à Montréal.     Photo : Radio-Canada/Hugo Lavoie

Voici Lusin Sulukgian, son mari Hagop Mari et leur fille Archy. Ils sont Syriens et ils sont arrivés au Canada en décembre 2014. Dans cette série en cinq volets, Hugo Lavoie raconte l'histoire de cette famille de réfugiés. Dans le premier épisode, ils se confient sur leur vie à Alep avant la guerre. Dans les épisodes suivants, chaque membre de la famille raconte comment il s'est adapté à la vie au Québec. Enfin, dans le dernier épisode, un heureux dénouement attend les Mari qui accueillent les parents de Lusin à Montréal. 
 
Passez votre souris sur les points rouges sur la photo ci-dessous pour découvrir les cinq épisodes. 
 
 
 
Épisode 1 : Leur vie en Syrie, heureuse et bien remplie 
 
Dans leur ville d'Alep, dans le nord de la Syrie, Lusin était esthéticienne et son mari Hagop, artisan-bijoutier. « On avait acheté une belle maison dans laquelle on a vécu deux ans. On avait une grande famille et beaucoup d'amis. Je faisais beaucoup de choses dans mon pays », raconte avec émotion Lusin à Hugo Lavoie.  
 
En 2012, devant l'intensification de la guerre civile, Lusin et son mari décident de quitter leur pays. Le 17 août, ils embarquent à bord du dernier vol au départ d'Alep en direction du Liban. Ils y resteront deux ans avant d'immigrer au Canada en décembre 2014.  
 
Écoutez ci-dessous le premier épisode.  
 
 
 
Voici ci-dessous les seules photos qu'il reste à la famille Mari de leur vie en Syrie avant 2012.  
 
 
 
Épisode 2 : L'adaptation parfaite d'Archy à sa nouvelle vie 
 
Archy avait deux ans quand sa famille a quitté la Syrie pour le Liban en 2012. À son arrivée au Canada l'an dernier, elle a d'abord fréquenté une garderie arménienne, et elle s'est très vite ajustée à son nouvel environnement. « Les enfants s'adaptent plus vite que les adultes. Après quelques semaines, elle a commencé à chanter en français », raconte Lilit Martirosyan, l'éducatrice qui l'a accueillie. 
 

Archy Mari, 5 ans, pose avec l'éducatrice de la garderie qu'elle a fréquentée à son arrivée à Montréal. Photo: Radio-Canada/Hugo Lavoie
 
 

Aujourd'hui, Archy a rejoint la maternelle et parle très bien français. « Il n'y a rien de difficile ici », confie-t-elle à Hugo Lavoie. 
 
Écoutez ci-dessous le deuxième épisode.

 
 
 
 

Épisode 3 : Le défi d'intégration d'Hagop 
 
« Quand on est arrivés, la priorité était de trouver un petit travail alimentaire, parce qu'on a tout laissé en Syrie. On a tout perdu », raconte Hagop Mari, le père. Hugo Lavoie s'est rendu sur son lieu de travail à Laval. À Alep, en Syrie, ce bijoutier possédait sa propre boutique.

 
 
Pour l'instant, Hagop Mari est plongeur chez Adonis à Laval. Photo: Radio-Canada/Hugo Lavoie
 
 

Au début de l'année, pour faire vivre sa famille, Hagop a accepté un emploi de plongeur chez Adonis. « Quand j'ai su que j'étais embauché à temps plein, c'est comme si je venais de naître. [...] Je veux tout faire pour aider et contribuer à ce pays pour le remercier de nous avoir accueillis », confie-t-il. 
 
Cependant, ce travail l'empêche pour l'instant de suivre des cours de français à temps plein. 
 
Écoutez ci-dessous le troisième épisode.

 
 
 
 

Épisode 4 : La résilience de Lusin 
 
En un an, la vie de Lusin a changé du tout au tout. En décembre 2014, elle a passé son premier Noël au Canada seule avec son mari et sa fille. « J'étais triste de ne pas avoir toute ma famille avec moi, et j'ai beaucoup pleuré ce jour-là », confie-t-elle à Hugo Lavoie.

 
 
Depuis son arrivée à Montréal, Lusin Sulukgian suit des cours de francisation. Photo: Radio-Canada/Hugo Lavoie
 
 

Après les fêtes, la famille s'est prise en main. Le père, Hagop, a commencé à travailler, le couple a inscrit sa fille à l'école et Lusin a débuté des cours de français à temps plein. « Je veux pouvoir aider ma fille avec ses devoirs, explique-t-elle. Et je veux pouvoir travailler ici et parler avec les clients. » 
 
Écoutez ci-dessous le quatrième épisode.

 
 
 
 

Épisode 5 : Une nouvelle vie remplie d'espoir 
 
Dans ce dernier épisode, l'édimestre Coralie Mensa a accompagné la famille Mari à l'aéroport de Montréal pour accueillir les parents de Lusin, Anahit Emirzian et Hagop Sulukgian. Lusin ne les a pas vu depuis un an, depuis qu'elle a quitté le Liban pour le Canada.

 
 
Lusin avec son mari, sa fille et ses parents à leur arrivée à Montréal. Photo: Courtoisie de Tony Kababejian
 
 

Le Noël des Mari de cette année sera radicalement différent du précédent. Trois jours après l'arrivée de ses parents, Lusin a accouché d'une petite fille, Eliana. 
 
Regardez ci-dessous des photos des retrouvailles avec les grands-parents et de la naissance de leur deuxième fille.

 
 
 
 

Écoutez ci-dessous le dernier épisode.

 
 
 
 
Texte et mise en page : Coralie Mensa

International

Élection historique en Arabie saoudite : résultats inattendus pour les femmes

Une femme à la sortie des urnes, en Arabie Saoudite
Une femme à la sortie des urnes, en Arabie Saoudite     Photo : AP/Khalid Mohammed

« Les Saoudiennes ne s'attendaient pas à de tels résultats pour une première élection ouverte aux femmes », rapporte Clarence Rodriguez, correspondante à Riyad en Arabie saoudite, où elle vit depuis 10 ans. La fin de semaine dernière, des milliers de femmes sont allées voter pour la première fois et 19 ont été élues dans des conseils municipaux. Au micro d'Alain Gravel, Clarence Rodriguez décrit le parcours du combattant qu'ont dû effectuer les femmes pour être candidate et voter. 
 
« C'est une avancée majeure dans un pays où la femme est considérée comme mineure ou irresponsable », explique Clarence Rodriguez, qui souligne néanmoins qu'il s'agit d'une évolution plutôt que d'une révolution. « Tout prend du temps ici. Les mentalités sont en train d'évoluer. Ils avancent à leur rythme. »

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Des femmes élues pour la première fois en Arabie saoudite

Sur ICI Radio-Canada.ca

Arts et culture

Serge Fiori à fleur de peau

Serge Fiori
Serge Fiori     Photo : GSI Musique

« 2015, c'est une année magique », confie Serge Fiori en entrevue avec Isabelle Ménard. Le chanteur revient avec générosité et émotion sur sa vie depuis la sortie de son album homonyme qui a connu un grand succès. 
 
Serge Fiori évoque également l'avenir, à la veille de la reprise en janvier de la tournée de son spectacle-hommage Fioritudes. « C'est dur, un hommage. Il faut rendre justice à la musique sans la copier », affirme-t-il, ajoutant qu'il ne monterait pas sur scène pour l'instant.  
 
Écoutez ci-dessous la version intégrale de l'entrevue d'Isabelle Ménard avec Serge Fiori.  
 

Politique

Accord de Paris : « On a cloué le dernier clou du cercueil des climatosceptiques »

Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies, Laurent Fabius,  président de la conférence de Paris, et François Hollande, président de la République française, célèbrent la conclusion d'un accord sur le climat.
Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies, Laurent Fabius, président de la conférence de Paris, et François Hollande, président de la République française, célèbrent la conclusion d'un accord sur le climat.     Photo : PC/Francois Mori

Dans sa chronique, Gabriel Nadeau-Dubois revient sur la signature de l'accord de Paris à la conférence sur le climat. « On a évité une deuxième catastrophe. Au moins, on a un accord signé par 195 pays, qui traduit un changement de dynamique dans le monde des négociations climatiques », estime-t-il. Cependant, Gabriel Nadeau-Dubois rappelle qu'il ne faut pas ignorer les voix dissidentes qui critiquent cet accord. « Ça aurait pu être pire, mais ça aurait dû être mieux », croit-il. 

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Un accord historique sur le climat est adopté à Paris

Sur ICI Radio-Canada.ca

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
14
15161718
19
20
21222324
25
26
27
28293031
 
 

Derni�re baladosiffusion disponible

Gravel le matin

R�seaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Le Mois de l'histoire des Noirs au Canada