ICI Radio-Canada Première

Gravel le matin

Gravel le matin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Alain Gravel

Gravel le matin

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
56789
10
11
1213141516
17
18
19
20
212223
24
25
2627282930
31

Les meilleurs moments : Émission du mardi 20 octobre 2015


Politique

Place aux libéraux de Justin Trudeau : réactions et analyses

Le chef libéral et premier ministre élu, Justin Trudeau devant ses partisans au siège du parti libéral à Montréal.
Le chef libéral et premier ministre élu, Justin Trudeau devant ses partisans au siège du parti libéral à Montréal.     Photo : PC/Paul Chiasson

Justin Trudeau formera un gouvernement libéral majoritaire. Alain Gravel revient sur la soirée électorale avec les analyses de Chantal Hébert, Paul Journet, René Vézina et Yves Boisvert. Il s'entretient avec différents députés élus. Quant à nos journalistes, ils prennent le pouls de la ville sur le terrain. 
 
En entrevue avec Alain Gravel, Stéphane Dion, député libéral réélu dans Saint-Laurent-Cartierville, est heureux du succès électoral. « On tenait tellement à faire du Québec une des forces du nouveau gouvernement. C'est la victoire dans la victoire. » Selon lui, Justin Trudeau n'est pas qu'une belle image : « On peut s'attendre à ce que l'homme grandisse dans sa fonction. Il écoute beaucoup et apprend vite. » 
 
Le député conservateur réélu de Lévis-Bellechasse et ex-ministre fédéral de la Sécurité publique, Steven Blaney, est « surpris par les résultats nationaux ». « Le Canada a pris une autre direction. [...] Mais Stephen Harper nous laisse le Canada en excellente santé sur le plan environnemental, financier et social », affirme-t-il. 
 
Pour sa part, Hélène Laverdière, députée du Nouveau Parti démocratique (NPD) réélue dans Laurier-Sainte-Marie, trouve les résultats décevants pour son parti. « Je m'attendais à des résultats meilleurs que ceux-là. » Elle ne pense pas que Thomas Mulcair doive pour autant quitter la direction du NPD. « Il va vouloir continuer à se battre et à travailler avec le gouvernement en place », pense-t-elle.  
 
« J'aimerais que Gilles Duceppe reste chef même s'il n'est pas élu. Il pourrait être notre porte-parole au Québec, pendant que nous, nous portons les dossiers à Ottawa », déclare Louis Plamondon, député bloquiste réélu dans Bécancour-Nicolet-Saurel. Au micro d'Alain Gravel, il reconnaît que la tâche ne sera pas facile pour le Bloc québécois : « Chaque parti qui fait élire des députés devrait avoir un minimum de budget de recherche. » 
 
Division du vote au Québec 
« Rarement les quatre partis se sont disputé le Québec comme cela, et c'est le NPD qui en a fait les frais », estime notre chroniqueuse politique, Chantal Hébert. Elle précise que la dernière fois que les libéraux ont gagné la majorité des sièges au Québec, c'était en 1980 sous Pierre Elliott Trudeau. « Le Québec fait un retour en force dans le giron libéral et au gouvernement. »  
 
La chroniqueuse souligne que, pour le Bloc québécois, la soirée a été douce-amère. « Il a doublé le nombre de ses sièges, mais son statut ne change pas à la Chambre. Il a obtenu 10 sièges, avec 5 % de voix en moins qu'en 2011. » De plus, le chef du parti, Gilles Duceppe, a été battu pour une deuxième fois dans Laurier-Sainte-Marie. 
 
Nombreux dossiers pour Justin Trudeau  
Chantal Hébert parle aussi des sujets qui attendent les libéraux à Ottawa. Le nouveau gouvernement abandonnera la cause sur le niqab, la Cour suprême ne se prononcera donc pas sur le sujet pour l'instant. Les libéraux devraient également traiter le dossier du Sénat en mettant en place un mécanisme indépendant de nomination. Enfin, il est urgent que le nouveau gouvernement se prononce sur l'aide médicale à mourir avant février. 
 
Effondrement du NPD 
Dans sa chronique, Yves Boisvert, chroniqueur à La Presse, aborde l'échec du parti de Thomas Mulcair. « Pourquoi, quand on veut se débarrasser du gouvernement en place, ne choisit-on pas le parti qui est en deuxième position, mais le troisième? Pourquoi le NPD plafonne et n'arrive pas à décoller? », s'interroge-t-il.  
 
Yves Boisvert explique que l'enjeu du Québec n'a pas été beaucoup abordé pendant la campagne, ce qui a pu jouer en défaveur du NPD, qui était auparavant allé chercher les voix des souverainistes québécois. De plus, il se demande si l'électorat est prêt à confier les rênes du pouvoir à un parti « de gauche » : « De toute évidence, l'Ontario ne l'est pas », conclut-il.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Tous les résultats sur le site Résultats Canada 2015

Sur ICI Radio-Canada.ca

ALBUM PHOTO - Réactions aux élections fédérales 2015 à Gravel le matin

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
56789
10
11
1213141516
17
18
19
20
212223
24
25
2627282930
31

Dernière baladosiffusion disponible

Gravel le matin

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Le Mois de l'histoire des Noirs au Canada