ICI Radio-Canada Première

Gravel le matin

Gravel le matin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Alain Gravel

Gravel le matin

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
56789
10
11
1213
14
1516
17
18
1920212223
24
25
2627282930
31

Les meilleurs moments : Émission du mercredi 14 octobre 2015


Arts et culture

Denis Villeneuve se défend d'avoir donné une image trop négative du Mexique dans Sicario

Denis Villeneuve, lors du tournage de « Sicario » au Mexique
Denis Villeneuve, lors du tournage de « Sicario » au Mexique     Photo : Luis Ricardo/Black Label Media/Lionsgate

« Savoir que Ciudad Juàrez va mieux est une bonne nouvelle, je suis profondément heureux pour ses habitants. Le maire fait son travail, il veut prendre soin de l'image de la ville. » Au micro d'Alain Gravel, Denis Villeneuve réagit à la controverse entourant son film Sicario au Mexique. Enrique Serrano, le maire de Ciudad Juárez, a appelé ses concitoyens à boycotter le film, affirmant que celui-ci donnait une image beaucoup trop négative de sa ville. 
 
Denis Villeneuve rappelle que Sicario est une totale fiction qui traite davantage de l'impérialisme américain que du Mexique. « Ça me désole si les Mexicains se sentent offensés. Je pensais plutôt qu'on aurait choqué les Américains », confie-t-il. Le réalisateur raconte avoir insisté pour tourner au Mexique, même s'il a été impossible de tourner directement à Juàrez pour des raisons de sécurité. 
 
Cependant, Denis Villeneuve explique que le film dépeint une réalité qui était encore vraie il y a quelques mois. « Quand on a travaillé sur le film, la ville était en guerre entre deux cartels. Elle était considérée comme la ville la plus dangereuse au monde. [...] Quand j'ai visité la ville, je n'en étais pas fier, mais j'avais des gardes armés », raconte-t-il.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Le film Sicario suscite la controverse au Mexique

Gravel le matin du 13 octobre 2015

Société

Mini-révolution dans le monde du taxi, qui change ses normes

L'arrivée de l'application UberX force l'industrie du taxi à prendre le virage technologique
L'arrivée de l'application UberX force l'industrie du taxi à prendre le virage technologique     Photo : Radio-Canada/Luc Lavigne

Dès le 15 octobre, les taxis montréalais seront obligés d'accepter le paiement électronique dans leurs véhicules. « Les inspecteurs à partir de demain vont essayer de convaincre les récalcitrants. Le 15 est une date butoir », affirme Linda Marchand, directrice générale du Bureau du taxi de Montréal.  
 
Elle admet qu'il n'y aura jamais assez d'inspecteurs, bien que le Bureau en ait ajouté quatre sur une quinzaine au total. « On travaille sur l'optimisation des plaintes pour mieux cibler les cas récalcitrants », indique-t-elle.  
 
Linda Marchand ajoute également que le Bureau du taxi n'est pas fermé à modéliser les coûts, selon l'offre et la demande. Selon elle, la baisse des prix d'UberX est de la concurrence déloyale.

Politique

Des percées marxistes-léninistes dans le Grand Montréal?

La section de vote de la circonscription Longueuil-Pierre-Boucher à Boucherville qui a majoritairement voté pour le candidat marxiste-léniniste en 2011.
La section de vote de la circonscription Longueuil-Pierre-Boucher à Boucherville qui a majoritairement voté pour le candidat marxiste-léniniste en 2011.     Photo : Radio-Canada et Google Maps

Lors des élections fédérales de 2011, les électeurs de quatre sections de vote de la région de Montréal ont placé les marxistes-léninistes en première position, selon la carte « Pour qui ont voté vos voisins » élaborée par Radio-Canada à partir des données d'Élections Canada. Dans la section de vote de la circonscription Longueuil-Pierre-Boucher à Boucherville, le candidat marxiste-léniniste, Serge Patenaude, a remporté 52,9 % des voix en 2011. Hugo Lavoie est allé sur place pour essayer de percer le mystère d'un tel résultat. 
 
« Vous avez plus de chance de trouver un dinosaure dans le métro qu'un marxiste-léniniste ici », lance un résident de la rue Christophe-Février, à Boucherville, à notre chroniqueur urbain. Pour beaucoup d'habitants du quartier, la présence de ces électeurs est une énigme.  
 
Hugo Lavoie finit par rencontrer un citoyen qui se souvient avoir peut-être voté pour les marxistes-léninistes aux dernières élections. « Au lieu d'annuler mon vote, je le donne à un petit parti, pour protester », confie François Breton.

Société

Pas de hauts gratte-ciel dans le futur Quartier des gares

Le projet du nouveau Quartier des gares de Montréal.
Le projet du nouveau Quartier des gares de Montréal.     Photo : Ville de Montréal

Dans sa chronique sur le monde municipal, François Cardinal, chroniqueur à La Presse, parle du rapport sur le Quartier des gares dévoilé mardi par l'Office de consultation publique. Le rapport est positif sur le projet de parc urbain. Il l'est en revanche beaucoup moins sur l'idée de rehausser la hauteur maximale des gratte-ciel. 
 
Le Quartier des gares se veut comme un nouveau quartier pour relier Griffintown et le centre-ville. C'est un projet de construction de 6 tours autour du Centre Bell au cours des 15 prochaines années dont l'enjeu est la hauteur maximale des futurs gratte-ciel. Le promoteur Cadillac souhaiterait qu'on en augmente la hauteur, ce que refuse pour l'instant l'Office.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Feu vert au nouveau Quartier des gares à Montréal, mais pas à n''importe quel prix

Sur ICI Radio-Canada.ca

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
56789
10
11
1213
14
1516
17
18
1920212223
24
25
2627282930
31

Dernière baladosiffusion disponible

Gravel le matin

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Le Mois de l'histoire des Noirs au Canada