ICI Radio-Canada Première

Gravel le matin

Gravel le matin

En semaine de 5 h 30 à 9 h

Alain Gravel

Gravel le matin

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
1415161718
19
20
2122
23
2425
26
27
282930
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mercredi 23 septembre 2015


Société

Le quotidien dans une école qui accueille des enfants victimes de la guerre

Des élèves de l'école Alex Manoogian font des dessins.
Des élèves de l'école Alex Manoogian font des dessins.     Photo : Page Facebook de l'école Alex Manoogian de l'UGAB

Depuis six ans, l'école arménienne privée Alex Manoogian à Montréal reçoit des enfants réfugiés en provenance d'Irak et de Syrie. En entrevue à Gravel le matin, son directeur, Sébastien Stasse, décrit comment se déroulent l'accueil et l'intégration de ces enfants marqués par la guerre. « On doit les réadapter à une vie normale. » 
 
« Ils ont des séquelles. Les enfants d'Alep ont vécu une guerre civile quotidienne. Des gens qu'ils connaissaient sont morts. Ils ont été bombardés. Ils ont vu des choses que des enfants ne devraient pas voir. [...] Par exemple, ils ont le réflexe d'aller se cacher dès qu'ils entendent passer un avion au-dessus de l'école », raconte M. Stasse.  
 
L'école Alex Manoogian dispose de deux classes de francisation par lesquelles passent les nouveaux arrivants avant d'intégrer le plus rapidement possible les classes normales. « Ce sont des enfants qui sont des exemples pour les autres de par ce qu'ils ont vécu. Ce sont aussi des travailleurs acharnés parce qu'ils veulent réussir. Ils ont un goût de vivre. »  
 
Cependant, l'école a besoin de financement et se sent abandonnée par le gouvernement. « On est en contact avec le gouvernement du Québec depuis novembre dernier, mais il n'y a pas grand-chose qui bouge », déplore M. Stasse.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - L''école Alex Manoogian sur le web

Société

L'admission au secondaire, un vrai stress pour les enfants et les parents

Jian-Lucca Vicenzo, Martin Sotelo Acosta, Maria Melinte et Sophia Rusu se préparent pour les examens d'admission au secondaire.
Jian-Lucca Vicenzo, Martin Sotelo Acosta, Maria Melinte et Sophia Rusu se préparent pour les examens d'admission au secondaire.     Photo : Radio-Canada/Hugo Lavoie

« J'ai de la misère à dormir. J'ai toutes sortes d'imagination : si je rate, où est-ce que je vais? C'est sûr que la veille de l'examen, je vais trembler de tout mon corps. » Certains jeunes de 6e année vivent un stress intense à l'approche des examens d'admission de certaines écoles secondaires. Hugo Lavoie a rencontré Jian-Lucca, Martin, Maria, Sophia et les autres au camp de jour de préparation de Rosemont pour savoir comment ils vivent cette période. 
 
Les auditeurs ont été nombreux à réagir, et les avis sont partagés sur la question des examens d'admission au secondaire.  
 

International

Mohamed Fahmy : une grâce politique après une condamnation politique

Mohamed Fahmy dans un tribunal du Caire avec sa femme Marwa et l'avocate des droits de l'homme Amal Clooney, le 30 août dernier.
Mohamed Fahmy dans un tribunal du Caire avec sa femme Marwa et l'avocate des droits de l'homme Amal Clooney, le 30 août dernier.     Photo : CBC/Derek Stoffel

Le journaliste canadien Mohamed Fahmy a été gracié à l'occasion de la fête de l'Aïd musulman avec une centaine d'autres prisonniers, précise le journaliste au Caire Alexandre Buccianti au micro d'Alain Gravel. « La grâce est probablement calculée pour montrer que l'Égypte ne cède pas aux pressions étrangères, qu'elle prend ses propres décisions quand elle le veut et à l'occasion d'une fête pour ne pas gracier que Mohamed Fahmy pour ne pas donner une satisfaction à la chaîne qatarienne Al Jazeera. » 
 
Alain Gravel revient ensuite sur l'histoire de Mohamed Fahmy avec François Brousseau, analyste en affaires internationales à Radio-Canada. Fahmy avait été condamné à la fin d'août à trois ans de prison au Caire au terme d'un deuxième procès.  

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Égypte : le journaliste canadien Mohamed Fahmy est un homme libre

Société

Le projet du Centre Royalmount va de l'avant malgré les critiques

La maquette du projet de CarbonLeo
La maquette du projet de CarbonLeo     Photo : CBC

Dans sa chronique municipale, François Cardinal, chroniqueur à La Presse, revient sur le projet du complexe Quinze40.  
 
Selon lui, la construction d'un tel centre ne va faire qu'empirer l'état du trafic dans le secteur, contrairement à ce que soutient le maire de Mont-Royal. En revanche, il ne partage pas les inquiétudes de Projet Montréal pour l'effet négatif sur des artères comme Masson, Mont-Royal, Fleury ou Wellington. Il craint plutôt pour la rue Sainte-Catherine ou le Quartier des spectacles, dont la vocation mi-commerciale, mi-divertissement est similaire à celle du futur Centre Royalmount.  
 
Lundi, le conseil municipal de la Ville de Mont-Royal a donné son aval à sa construction. Le centre commercial et de divertissement, qui porte officiellement le nom de Centre Royalmount, sera construit près du croisement des autoroutes 15 et 40.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Mont-Royal adopte le projet du complexe Quinze40

Sur ICI Radio-Canada.ca

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1234
5
6
7891011
12
13
1415161718
19
20
2122
23
2425
26
27
282930
 
 
 

Dernière baladosiffusion disponible

Gravel le matin

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter
Le Mois de l'histoire des Noirs au Canada