ICI Radio-Canada Première

Désautels le dimanche

Désautels le dimanche rss

Le dimanche de 10 h à 12 h

Michel Désautels

Désautels le dimanche

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
 
 

Les meilleurs moments : Émission du dimanche 13 mars 2016


International

Michaëlle Jean : ce que signifie la Francophonie en 2016

Michaëlle Jean, Secrétaire-générale de la Francophonie
Michaëlle Jean, Secrétaire-générale de la Francophonie     Photo : CyrilBailleul/OIF

« Créer des emplois, agir sur la formation professionnelle et technique dans des filières précises, c'est d'une extrême urgence. Il faut canaliser l'énergie des jeunes », explique Michaëlle Jean, secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie. Michel Désautels la rencontre à l'occasion de la Semaine de la langue française et de la Francophonie. 
 
Il y a 275 millions de francophones disséminés dans 80 pays. Cela constitue, sur papier, un bloc politique important.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Libres ensemble:Le mouvement des jeunes francophones
HYPERLIEN - Visitez le site de l’Organisation internationale de la francophonie

International

La victoire de Donald Trump est-elle inévitable?

Après que les médias américains lui eurent donné la victoire au Michigan, Donald Trump s'est lancé dans un de ses discours égocentriques et interminables dont il a le secret, mais dont l'électorat républicain ne semble plus vouloir se passer.
Après que les médias américains lui eurent donné la victoire au Michigan, Donald Trump s'est lancé dans un de ses discours égocentriques et interminables dont il a le secret, mais dont l'électorat républicain ne semble plus vouloir se passer.     Photo : Lynne Sladky

La question de la victoire de Donald Trump taraude l'esprit de tous les hauts dirigeants du parti républicain. Le magnat de l'immobilier accumule les victoires dans les primaires. Mais s'il mène la course, il n'a pas encore obtenu le nombre minimal de délégués requis pour devenir de facto le candidat républicain pour l'élection présidentielle de novembre prochain. Michel Désautels recueille le point de vue de James Ceaser, professeur de politique américaine à l'Université de Virginie à Charlottesville.  
 
Certains hauts responsables du parti en sont réduits à croiser les doigts pour que les primaires de mardi prochain sonnent le glas des ambitions de Donald Trump.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Trump critiqué pour ses propos sur l''islam
HYPERLIEN - En route vers la présidentielle américaine: une dossier de Radio-Canada

International

Le Maroc revient à l'enseignement en français

Des enfants dans une école de Rabat, au Maroc.
Des enfants apprennent la langue berbère dans une école de Rabat, au Maroc en 2010. Le français fera maintenant partie de leur apprentissage.     Photo : ABDELHAK SENNA/Getty Images

Après 30 ans d'arabisation, le français sera à nouveau enseigné aux enfants marocains dans trois matières : les mathématiques, les sciences naturelles et les sciences physiques. Selon la linguiste marocaine Fouzia Benzakour, l'arabisation au détriment des langues berbères et du français a été une aberration, puisque ces langues font partie de la culture des Marocains. Michel Désautels s'entretient avec elle. 
 
Ce retour à la langue de Molière a été entériné par le roi Mohamed VI, qui a imposé cette réforme au parti islamiste au pouvoir. Cette décision est hautement politique, sur fond de lutte entre les partis islamistes et ceux qui sont plus favorables à l'ouverture du pays vers l'Occident en général et la francophonie en particulier.  
 
Fouzia Benzakour est professeure associée à l'Université de Sherbrooke et spécialiste des particularités lexicales du français écrit et parlé au Maroc et au Maghreb. 
 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Le Maroc enterre trente ans d''arabisation

Par le Monde Afrique

Santé

À quand des injections supervisées pour les toxicomanes de Québec?

Injection supervisée en Basse-Ville. Certaines conditions pour donner son accord complet à la mise en place d'un tel service.
Injection supervisée en Basse-Ville. Certaines conditions pour donner son accord complet à la mise en place d'un tel service.     Photo : Brian Finke

À Québec, on parle de services d'injection supervisée depuis 15 ans, et l'idée a finalement fait son chemin. Le maire Régis Labeaume est d'accord, à condition que le service soit associé à un établissement de santé. 
 
Les commerçants du quartier Saint-Roch, où l'on pense offrir le service, restent frileux. Ils souhaitent que les services soient mobiles pour éviter de stigmatiser un secteur en particulier. 
 
Quant aux résidents, ils sont divisés. Les nouveaux venus dans Saint-Roch n'aiment généralement pas l'idée. Le reportage de Claude Brunet

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Consultez le reportage web de Claude Brunet
HYPERLIEN - Déjà trois décès par surdose en 2016 à Québec

International

Le modèle social finlandais à la croisée des chemins

Place du Sénat à Helsinki en Finlande
Scène d'hiver devant la Place du Sénat à Helsinki en Finlande.     Photo : HEIKKI SAUKKOMAA/Getty Images

La Finlande est aux prises avec une récession qui malmène l'économie du pays. Pour tenter de retrouver sa compétitivité, la coalition de droite au pouvoir a implanté une série de mesures pour réduire les coûts du travail : diminution du nombre de jours de congé, révision à la baisse des prestations d'assurance chômage, diminution des heures supplémentaires.  
 
L'objectif consiste aussi à préserver le filet de sécurité sociale, qui risque d'être amputé si le pays ne retrouve pas l'équilibre budgétaire. Les explications de Ginette Lamarche depuis Helsinki, en Finlande.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - En Finlande, travailler pourrait devenir un choix

Article du Figaro du 25 juillet 2015

Arts et culture

Geoffrey James : la photographie comme une porte ouverte sur notre inconscient

Danseurs sur une place de La Havane à Cuba
Deux danseurs, La Havane, Cuba, 2010. Collection de Geoffrey James     Photo : Geoffrey James/Conseil des arts du Canada

Le Gallois Geoffrey James a émigré en Amérique du Nord en 1964. Il s'est installé à Philadelphie, où il a commencé comme journaliste avant de déménager à Montréal. De 1967 à 1975, il y a travaillé comme corédacteur du magazine Time. En 1975, il s'est installé à Ottawa pour occuper les fonctions de directeur du Service des arts visuels, du film et de la vidéo du Conseil des arts du Canada.  
 
Tout au long de ces années, James n'a cessé de croquer avec son appareil photo le monde dans lequel il évoluait. De ces nombreux clichés sont nés des livres d'art et des expositions. Aujourd'hui, il représente la Ville de Toronto, qui lui a décerné le titre de photographe officiel, ce qui en fait un ambassadeur dans les manifestations artistiques et culturelles. 
 
La photographie est-elle un art? Et quel est le rôle de l'artiste dans la société d'aujourd'hui? Geoffrey James en discute au micro de Michel Désautels.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Portait de Geoffrey James par le Conseil des arts du Canada
HYPERLIEN - Le festival Mural: un festival d''art public à Montréal

Économie et affaires

Quand l'Agence du revenu du Canada offre une simple réprimande à des contribuables qui ont fraudé le fisc

L'ile de Man
L'ile de Man dans la mer d'Irlande est reconnue comme un paradis fiscal.     Photo : Dan Kitwood/Getty Images

L'Agence du Revenu du Canada a offert une amnistie à plus d'une vingtaine de riches clients du cabinet comptable KPMG qui ont caché des millions de dollars dans l'île de Man. Plus de 130 millions avaient été placés dans des sociétés-écrans enregistrées dans ce paradis fiscal, selon un stratagème conçu par KPMG.  
 
Au-delà de la question morale, c'est la question de l'équité entre les contribuables qui est remise en question, nous dit le professeur de droit fiscal André Lareau.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Regardez le reportage complet de l''émission Enquête
HYPERLIEN - Affaire KPMG : le fisc offre une amnistie secrète aux multimillionnaires

International

Petrobras : l'enquête qui fait trembler le gouvernement brésilien

L'ancien président du Brésil Lula Da Silva
L'ancien président du Brésil Lula Da Silva lors d'un rassemblement du parti des Travailleurs, le 4 mars dernier. Il est accusé de corruption par la police fédérale du pays.     Photo : Victor Moriyama/ Getty Images

C'est un scandale de corruption qui mêle l'élite politique du pays et les dirigeants des plus grandes compagnies nationales. Au coeur de cette affaire, le géant pétrolier Petrobras, soupçonné par neuf juges fédéraux d'avoir accepté de surfacturer - avec leur complicité - de nombreuses compagnies de construction afin de redistribuer ces montants à certains acteurs politiques nationaux et leurs partis respectifs.  
 
Premier visé par les juges, le Parti des travailleurs, qui est le parti de l'actuelle présidente, Dilma Rousseff, et de son prédécesseur, Lula da Silva. L'enquête des neuf juges met le pays en ébullition. La chronique de Léo Kalinda
 
 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - L''ex-président Lula interpellé dans le scandale de corruption Petrobras
HYPERLIEN - L''instigateur du scandale Petrobras condamné à 19 ans de prison

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Babillard

Réécoutez notre série de reportages et d'entrevues L'Afrique en marche

«Jeunes et inspirants», une série de portraits de Marie-France Bélanger

Dernière baladosiffusion disponible

Désautels le dimanche

Réseaux Sociaux Radio-Canada Info Désautels le dimanche
Série Vieillesse d'aujourd'huiBlogue des correspondantsPère-Marquette : l'école de tous les défisViolence contre les femmes autochtones