ICI Radio-Canada Première

Désautels le dimanche

Désautels le dimanche rss

Le dimanche de 10 h à 12 h

Michel Désautels

Désautels le dimanche
Logo Radio-Canada

Société

Vivre avec la maladie mentale d'un enfant

Le dimanche 27 octobre 2013

Campagne de sensibilisation à la santé mentale chez les enfants par la Fondation les petits trésors.
Campagne de sensibilisation à la santé mentale chez les enfants par la Fondation les petits trésors.

Du 7 au 31 octobre 2013, la Fondation les petits trésors tient la campagne « Je ne suis pas un monstre » afin de sensibiliser la population aux problèmes de santé mentale chez les enfants. En ouvrant le dialogue sur la place publique, la Fondation souhaite contribuer à éliminer les tabous et démystifier les nombreuses problématiques de santé mentale chez les enfants.  
 
Comme la santé mentale chez l'adulte est encore un tabou dans notre société, celle chez les enfants l'est davantage, car les préjugés se portent autant vers l'enfant atteint de problèmes que sur la famille, les poussant à s'isoler plutôt qu'à aller chercher de l'aide.  
 
Akli Aït Abdallah est allé à la rencontre d'enfants souffrant de problèmes de santé mentale et de leurs familles afin d'en comprendre davantage les conséquences sur celles-ci. 


EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Les petits trésors

Site de la Fondation les petits trésors.

HYPERLIEN - PANDA

Le Regroupement des associations de parents PANDA du Québec est la référence en matière d''aide aux associations PANDA et aux parents ayant un enfant atteint du trouble déficitaire de l''attention avec ou sans hyperactivité (TDAH).

Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

23 avril 2017

Les 50 ans du pavillon de la Jeunesse de l'Expo 67

9 avril 2017

L'Afrique à Manawan

9 avril 2017

Une Europe élargie, mais ô combien fragile

2 avril 2017

Débat à Saint-Apollinaire sur le projet de cimetière musulman

26 mars 2017

Réfugiés syriens au Canada : le chemin de l'intégration

26 mars 2017

Quand Saint-Apollinaire se divise sur un projet de cimetière musulman