ICI Radio-Canada Première
Jeudi à 21 h
Logo Radio-Canada
Commanditaire

Michel Sarrazin (1659-1734)

Nouvelle France du samedi 12 juillet 2008


Michel Sarrazin (1659-1734)


Un savant de la colonie
Michel Sarrazin est né en Bourgogne en France, fils d'un fonctionnaire. En 1685, il est chirurgien de la marine à bord d'un navire qui l'amène à Québec. Dès 1686, il est nommé chirurgien-major de troupes militaires de la colonie par le marquis de Denonville, gouverneur de la Nouvelle-France.

Le début d'une passion
En 1694, Michel Sarrazin retourne en France pour faire des études en médecine. Il obtient son diplôme en 1697, à Reims. Pendant ces études, il fréquente le Jardin des Plantes, le futur Muséum national d'Histoire naturelle où il s'initie à la botanique.

Il revient au Canada en 1697 et profite d'une escale à Terre-Neuve pour observer et herboriser des plantes nord-américaines. Michel Sarrazin élargit son champ de recherche scientifique, mais il souhaitait probablement améliorer sa situation professionnelle et sociale et ses revenus.

Un mariage tardif
En 1712, à 53 ans, il épouse à Montréal la fille d'un commerçant de l'élite roturière, Marie-Anne-Ursule Hazeur. Elle n'a que 20 ans, mais sa dot est considérable: 13 500 livres, une maison à Montréal et deux autres à Québec, un tiers de deux seigneuries en Gaspésie. Avec ce mariage, Michel Sarrazin consolide sa situation financière. Le couple aura sept enfants dont trois meurent en bas âge.

Un bon médecin
Les auteurs le décrivent comme étant taciturne, misanthrope et pessimiste. Ou encore ambitieux, perpétuel quémandeur, paranoïaque et agressif dans ses lettres. Ce qui n'est jamais contesté, c'est son travail incessant, compétent et charitable auprès des malades. Il a aussi joué le rôle d'expert médical dans des affaires criminelles et pratiqué des autopsies.

Un naturaliste consciencieux
En tant que membre de l'Académie Royale des Sciences de France, il a été nommé correspondant pour la Nouvelle-France en 1699. Pendant plus de 20 ans, il a expédié des spécimens de la flore canadienne qui font toujours partie de l'herbier du Muséum national d'Histoire naturelle à Paris. Il a envoyé aussi des plantes vivantes pour le Jardin des Plantes. Une de ces plantes a été nommée en son honneur: Sarracenia purpurea, la sarracénie.

Un entrepreneur malheureux
Michel Sarrazin a tenté de faire le commerce de l'ardoise, sans succès. L'incendie d'une de ses maisons à revenus et la dépréciation de la monnaie de carte entraînent d'énormes pertes financières. Ses revenus de médecin, de fonctionnaire et d'administrateur public ainsi que la dot de sa femme ont assuré la survie de sa famille.

Il meurt le 6 septembre 1734 à l'Hôtel-Dieu de Québec à 75 ans et est inhumé le lendemain au cimetière des pauvres, ceux-là mêmes qu'il avait aimés et servis toute sa vie. Michel Sarrazin est sans contredit un important chaînon dans le développement scientifique du pays.

Pendant ce temps...

• En 1672, découverte de l'existence des vaisseaux capillaires, de la contraction musculaire cardiaque et de la circulation lymphatique.

• Au 18e siècle, la botanique devient une discipline indépendante.

Invité en deuxième heure :

Jacques Mathieu, professeur au département d'histoire de l'Université Laval, est spécialiste de la Nouvelle-France. Il a publié Le premier livre des plantes du Canada et a prononcé une conférence sur Michel Sarrazin à l'Académie des Sciences de Paris à l'occasion du tricentenaire de la nomination de celui-ci au poste de médecin du roi en Nouvelle-France.

Références : bibliographie et hyperliens

Un biologiste canadien: Michel Sarrazin, 1659-1735, sa vie, ses travaux et son temps, Arthur Vallée, Éditions LS-A. Proulx, imprimeur du Roi, Québec, 1927.

Michel Sarrazin, un médecin du roi en Nouvelle-France, Jean-Richard Gauthier, Éditions Septentrion, Québec, 2007.

Michel Sarrazin, le premier scientifique du Canada, par Louis-Martin Tard, Éditons XYZ, 1996.

Présentement à l'antenne de la télé

14 h 30

VIRGINIE

Ailleurs sur Radio-canada.ca