ICI Radio-Canada Première
Jeudi à 21 h
Logo Radio-Canada
Commanditaire

Emma Albani

Héroïne du lundi 11 septembre 2006


Emma Albani


Au 19e siècle, la soprano au talent exceptionnel Emma Lajeunesse a connu une carrière d'envergure internationale. De 1870 à 1911, elle a chanté sur toutes les scènes du monde et particulièrement au Covent Garden de Londres.

Une enfant prodige
Emma Lajeunesse est née le 1er novembre 1847, à Chambly, mais on n'a jamais retrouvé son acte de naissance. Son père, Joseph, est un musicien professionnel. Sa mère est aussi une musicienne. Elle a une soeur, Cornélia, sept ans plus jeune, qui a aussi un talent pour la musique. Dès son plus jeune âge, son père se rend compte de son immense talent. À 4 ans, elle apprend le piano, la harpe et le chant à raison de six heures par jour.

Une jeune vedette
En 1856, la mère d'Emma meurt. Joseph revient à Montréal. En septembre de la même année, Emma fait sa première apparition en public. C'est le succès. À partir de ce moment, elle donne plusieurs concerts. Mais il est difficile de chanter, alors que Mgr Bourget veut bannir le théâtre, l'opéra et le cirque. En août 1860, Emma Lajeunesse chante en présence du prince de Galles, venu assister à l'inauguration du pont Victoria.

Les années difficiles
Joseph Lajeunesse veut envoyer sa fille étudier en Europe. Il organise un concert-bénéfice. C'est un échec. De plus, les journaux lui reprochent de ne pas donner à sa fille une jeunesse normale. Il quitte le Québec et s'installe avec ses filles à Albany. Emma y obtient le poste d'organiste. Déjà, on vient de partout pour l'entendre. En 1868, elle part pour Paris et étudie enfin avec un grand maître. Elle complète sa formation à Milan. Le 2 avril 1872, Emma Albani débute à Covent Garden. C'est le véritable commencement d'une longue carrière...

Pendant ce temps...

• En 1858, on construit le Royal Opera house au Covent Garden à Londres.

• Wagner, un compositeur allemand, révolutionne l'opéra en reflétant le nationalisme allemand en musique et en introduidant les leitmotive.

• Le Hongrois Liszt, le père du piano moderne, introduit l'impressionnisme au piano. • En 1868, l'Académie de musique du Québec est enfin fondée.

• Le compositeur et pianiste québécois Calixa Lavallée doit s'expatrier pour poursuivre sa carrière. À 15 ans, il gagne le premier prix du concours instrumental de La Nouvelle-Orléans.

• En 1862, Sarah Bernhardt fait son entrée à la Comédie-Française.

• En 1881, elle rencontre thomas Edisson à New-York et y enregistre sur cylindre une lecture de Phèdre.

Des souvenirs
On retrouve des photos de cette diva de Chambly un peu partout dans le monde : à Florence, Londres, Moscou, Mexico, Berlin, Paris.

Tout ce qui reste d'Emma Albani a été offert à la ville de Chambly par son fils qui vivait à l'étranger. La ville a refusé de payer le transport de ces objets, et c'est un citoyen de Chambly qui a finalement payé les frais. Aujourd'hui, la bibliothèque de Chambly présente une exposition permanente avec, entre autres, une statuette et une harpe qui lui ont appartenu. Il existe aussi dans les archives de la ville des lettres qu'Emma a reçues de Gounod, Brahms, Thomas et Liszt.

Étant donné les piètres condictions d'enregistrement de l'époque, les pièces chantées pendant ce conte ne sont pas interprétées par Emma Albani, sauf la dernière.

Références : bibliographie et hyperliens

Emma Albani, Forty Years of Songs, Emma Albani, (London, Toronto 1911; New York 1977), Mémoires d'Emma Albani, traduit de l'anglais et annoté par Gilles Potvin, éditions Le Jour, 1972.

• Pierre Vachon, Emma Albani, collection Célébrités, éditions Lidec. Michelle

• Labrèche-Larouche, Emma Albani, la diva vedette mondiale, éditions XYZ.

Présentement à l'antenne de la télé

19 h 00

AU SUIVANT

Ailleurs sur Radio-canada.ca