ICI Radio-Canada Première
Jeudi à 21 h
Logo Radio-Canada
Commanditaire

Émile Petitot (1838 - 1916)

Explorateur du lundi 11 décembre 2006


Émile Petitot (1838 - 1916)


Le fils du soleil
C'est le nom qu'ont donné les Inuits à Émile Petitot qui a été, pendant 20 ans, missionnaire chez les autochtones des Territoires du Nord-Ouest canadien. Grand ethnologue, géographe et linguiste, il nous a tout appris des Dénés du 19e siècle. Son oeuvre écrite sur les Dénés et les Inuits de l'Arctique de l'Ouest est d'une valeur inestimable.

Des « capacités locomotives »
Émile Petitot est né le 3 décembre 1838 en Bourgogne, mais a été élevé à Marseille. Dans son journal personnel, il note ses observations sur la nature et aime se surpasser sur le plan physique. C'est un passionné d'archéologie. En 1860, Émile Petitot entre chez les oblats. En 1862, 12 jours après son ordination, il part pour le Canada.

Vers le nord
Le jeune missionnaire accompagne Mgr Taché, le patron des oblats de Saint-Boniface, de Montréal jusqu'au Manitoba. Puis, avec des brigades de la Compagnie de la baie d'Hudson, il se rend à sa mission au lac des Esclaves. Il y parvient en août 1862. Le territoire est habité par les peuples des Esclaves et des Flancs de chiens, deux tribus dénées.

Un original
Dès le début, il obéit peu aux ordres : il est plus intéressé par les Indiens, par le paysage, par l'exploration que par la religion! Les observateurs de l'époque remarquent qu'Émile Petitot écrit plus qu'il ne prêche. Il s'attelle à la tâche de rédiger un dictionnaire de la langue dénée, en quatre dialectes. Il rédige même une grammaire.

Un futur érudit
Malgré les conditions de vie difficile, Émile Petitot rêve de découvrir toute la région et au-delà. Sa soif de connaissances est insatiable. À sa grande satisfaction, il est envoyé plus au nord dans la mission Notre-Dame-de-la-Bonne-Espérance, le long du fleuve Mackenzie, où il passera la plus grande partie de sa mission.

Un grand isolement
Pour éviter la cohabitation avec deux autres missionnaires traditionalistes, Émile Petitot s'absente le plus souvent possible. Habillé comme les autochtones, avec un traîneau à chiens, il poursuit son exploration du territoire : il dessine, prend des notes et invente un système pour mesurer les distances. Il va ainsi cartographier ces territoires qui serviront plus tard au gouvernement canadien.

D'autres croyances
Il fait aussi un véritable travail d'anthropologue : il décrit les différences entre les divers peuples dénés, autant sur le plan matériel que spirituel. Les Dénés croient à la puissance de leurs rêves; ils croient que le feu parle. Émile Petitot est aussi un excellent charpentier : il réalise un autel de style gothique et peint le plafond de la petite chapelle. Mais il n'a personne avec qui vraiment échanger : il a des accès de folie.

Le monde des Inuits
Malgré tout, le missionnaire parvient à se rendre chez les Inuits, ignorant le danger parce que ce peuple n'aime pas les missionnaires. Émile Petitot se fait accepter et séjourne durant deux étés dans le delta du MacKenzie. Il décrit la culture d'un peuple décimé par les épidémies. Sans lui, nous ne saurions rien sur cette tribu.

Un personnage encombrant
En 1879, à cause de sa paranoïa, il est retiré de sa mission de Fort Hope. Il est envoyé en Saskatchewan, chez les Métis et les Cris. Il est aussi en contact avec les Pieds-Noirs. Il s'intéresse alors à leurs coutumes. Mais il tombe amoureux d'une Métisse qu'il marie à la manière du pays. Les autorités le rapatrient vers l'est et le font interner. Il n'a que 44 ans. Sa soeur le ramène en France l'année suivante.

Le contexte de l'histoire...

• Au cours des 18e et 19e siècles, le Canada en devenir est marqué par l'expansion du commerce de la fourrure vers le nord. Les premiers blancs établissent des postes de traite. Les missionnaires ne sont pas longs à suivre. Les Oblats de Marie-Immaculée, une congrégation française, arrivent dans l'ouest en 1845.

• En 1870, la Compagnie de la baie d'Hudson transfère les Territoires du Nord-Ouest au gouvernement du Canada. Cette région comprend, entre autres, les gigantesques lacs de l'Ours et des Esclaves et le fleuve Mackenzie. C'est le pays des Dénés, un pays immense, dur et d'une beauté saisissante.

Épilogue...

• Pendant les 30 dernières années de sa vie, Émile Petitot est curé en banlieue de Paris. Il meurt en 1916, complètement oublié. Ses documents disparaissent. Dans les années 60, Donat Savoie, un fonctionnaire des Affaires indiennes, a entrepris un long travail de reconstitution des données. Grâce à lui, les Dénés ont pu prouver qu'il s avaient occupé un vaste territoire.

• Étant donné sa valeur artistique, la chapelle Notre-Dame-de-Bonne-Espérance à Fort Hope a été restaurée et classée monument historique en 1977. Des îles et des cours d'eau des Territoires du Nord-Ouest ont été nommés en son honneur.

Invité de la deuxième heure :

Donat Savoie, anthropologue qui a contribué a l'essor du peuple inuit du Nunavik.

Références : bibliographie et hyperliens

Les Amérindiens du Nord-Ouest canadien au 19e siècle selon Émile Petitot / édité par Donat Savoie, Bureau des recherches scientifiques sur le Nord, Ministère des affaires indiennes et du Nord canadien, Ottawa, 1970-1971.

• Donat Savoie, « Émile Petitot, missionnaire dans l'Arctique canadien », pp. 1 à 8), Bulletin 24 de la Société d'histoire et d'art du diocèse de Meaux, 1973. Plus trois autres articles sur Émile Petitot.

• Robert Choquette, The Oblate assault on Canada's northwest, Ottawa, 1995.

Présentement à l'antenne de la télé

19 h 00

DISTRICT 31

Ailleurs sur Radio-canada.ca