ICI Radio-Canada Première

C'est pas trop tôt!

C'est pas trop tôt! rss

En semaine de 5 h à 9 h

Franco Nuovo

C
Logo Radio-Canada

Société

Les « maisons iceberg » envahissent les sous-sol de Londres

Le mardi 11 août 2015

Londres, capitale du Royaume-Uni
Londres, capitale du Royaume-Uni     Photo : Istock

C'est une véritable épidémie souterraine à Londres. De plus en plus de citoyens rénovent leurs maisons pour les agrandir et ce, en ajoutant des étages souterrains. Ces habitations sont surnommées les « maisons iceberg » car on ne peut voir que les étages au-dessus du sol. Jacques Besner nous présente cette véritable révolution urbanistique qui entraîne son lot de problèmes dans la capitale du Royaume-Uni. 
 
Avec des maisons hors de prix, des surfaces habitables de plus en plus petites et des règlements d'urbanisme qui limitent l'expansion vers le haut, les Londoniens n'ont pas trouvé d'autre solution que de construire des étages vers le bas. En agrandissant leur maison ainsi, les propriétaires évitent alors de payer une taxe de 7 % sur les transactions immobilières, connues ici comme la taxe de bienvenue. Un nouveau sous-sol ajoute aussi de la valeur. Par exemple, pour une maison d'époque de quatre chambres au centre de Londres, l'ajout d'un sous-sol peut faire augmenter sa valeur de l'ordre de 15 % à 20 %. Qui dit augmentation des valeurs foncières dit aussi plus de revenus pour les villes, d'où leur réticence à intervenir.  
 
Le chaos dans la cité! 
 
Certains quartiers de Londres sont dans un état de « guerre de tranchées », nous dit Jacques Besner, particulièrement les plus prospères de la ville. Les belles rues victoriennes sont souvent bordées de convoyeurs à bande qui transfèrent les matériaux excavés vers des bennes sur les trottoirs. Beaucoup se plaignent du chaos causé par ces camions dans les petites rues de Londres et les campagnes environnantes pendant des mois, voire des années. Bruit, restrictions de stationnement, fermetures de rues, poussière sont sur la liste des inconvénients que les résidents subissent.  
 
La colère des voisins est habituellement enflammée par le fait que ces riches propriétaires vivent souvent ailleurs durant les travaux et sont donc à l'abri de ces désagréments. Les accidents mortels, ainsi que des blessures graves, sont fréquents sur ces petits chantiers, pour les travailleurs comme pour les piétons. Les structures voisines se fissurent parfois ou s'effondrent carrément dans les excavations. Il y a aussi ceux qui craignent que cette surabondance de sous-sols abaisse la nappe phréatique et ait des conséquences sur leurs fondations.  
 
Au cours des dernières années, cet engouement pour ajouter des sous-sols a commencé à se déplacer hors de Londres, vers Cambridge, Manchester et Édimbourg, mais aussi dans les campagnes.  
 
Voici quelques images : 
 


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

21 août 2015

La revue des médias de Pasquale Harrison-Julien

21 août 2015

Didier Drogba, le joueur tant attendu

21 août 2015

C'est la dernière de C'est pas trop tôt!

20 août 2015

La revue des médias de Pasquale Harrison-Julien

20 août 2015

Cliniques d'avortement : les « bergers de trottoirs » qui dérangent

19 août 2015

La revue des médias de Pasquale Harrison-Julien