ICI Radio-Canada Première

C'est pas trop tôt!

C'est pas trop tôt! rss

En semaine de 5 h à 9 h

Franco Nuovo

C

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
910111213
14
15
1617181920
21
22
23
24252627
28
29
3031
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du lundi 23 mars 2015


International

Attentats au Yémen, une surenchère de l'horreur

Des corps jonchent une mosquée chiite de Sanaa au Yémen.
Des corps jonchent une mosquée chiite de Sanaa au Yémen.     Photo : PC/Hani Mohammed

Une série d'attentats-suicides revendiqués par le groupe armé État islamique a fait au moins 142 morts à Sanaa, la capitale du Yémen, vendredi dernier. Ce sont des mosquées chiites qui étaient visées cette fois, une cible condamnée même par Al-Qaïda, ce qui fait dire à François Brousseau qu'il y a une surenchère de l'horreur.  
 
L'analyste d'affaires internationales parle d'un pays en décomposition, d'un État « failli », devant lequel l'ONU ne fait que constater sa propre impuissance. M. Brousseau dresse un parallèle avec l'attentat survenu en Tunisie la semaine dernière, un autre pays menacé, qui lui, résiste encore.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Les États-Unis évacuent leurs derniers soldats du Yémen
HYPERLIEN - Yémen : l'ancien président Hadi s'échappe de sa résidence
HYPERLIEN - Attentats dans deux mosquées du Yémen : au moins 126 morts

Société

Éducation : le ministre demandera encore un effort financier, surtout à l'administration

Le ministre de l'Éducation du Québec, François Blais.
Le ministre de l'Éducation du Québec, François Blais.     Photo : PC/Jacques Boissinot

En entrevue à C'est pas trop tôt, François Blais ne cache pas que de nouvelles compressions doivent être annoncées en éducation. Ministre de l'Éducation depuis un mois, M. Blais énonce ses deux priorités : contingenter les programmes d'enseignement et valoriser la formation professionnelle
 
À l'instar de son prédécesseur, il affirme que les compressions peuvent être réalisées sans toucher directement les élèves, en ciblant les « fonctions administratives », notamment. Quant à la mobilisation étudiante qui s'organise déjà, le ministre ne s'avance pas sur l'encadrement du droit de grève. M. Blais indique seulement qu'il « faut éviter de bloquer l'accès aux cours ».  
 
À l'heure où le gouvernement Couillard règle les derniers détails de son budget, qui sera présenté jeudi à l'Assemblée nationale, plus de 50 000 étudiants du Québec entament une grève. Camille Godbout, porte-parole de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE), était également à l'émission pour discuter des revendications du mouvement.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - De nouvelles compressions inévitables en éducation

Société

Le design au secours de la grève étudiante en 2015?

Le carré rouge est devenu le symbole par excellence de la grève étudiante de 2012
Le carré rouge est devenu le symbole par excellence de la grève étudiante de 2012     Photo : Radio-Canada

Le carré rouge, Anarchopanda et les casseroles ont marqué les esprits durant le printemps 2012. Un groupe d'étudiants de l'UQAM en design avait même fondé le collectif l'École de la montagne rouge, qui a accouché de l'expression « printemps érable », du symbole du poing et des cubes rouges géants qui dansaient sur les manifestants, entre autres.  
 
Quels symboles pourraient cristalliser la lutte étudiante en 2015? Hugo Lavoie a rencontré des étudiants en design de l'environnement à l'UQAM, à l'occasion de leur première réunion de grève.  
 

 

Société

La revue des médias d'Annie Desrochers

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
910111213
14
15
1617181920
21
22
23
24252627
28
29
3031
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Babillard

Pour communiquer avec Yves Desaultels, veuillez composer #951 (Bell), *951 (Rogers) ou 514-497-9582 sur les autres téléphones.

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Twitter
Grand Montréal20 visages de MontréalVotre dictionnaire populaire de Montréal
Entrevue avec Philippe FalardeauEntrevue Philippe Falardeau