ICI Radio-Canada Première

C'est pas trop tôt!

C'est pas trop tôt! rss

En semaine de 5 h à 9 h

Franco Nuovo

C

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
910111213
14
15
161718
19
20
21
22
2324252627
28
29
3031
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du jeudi 19 mars 2015


Arts et culture

Une chanson pour le mouvement étudiant dans le nouveau Louis-Jean Cormier

Louis-Jean Cormier sort un nouvel album
Louis-Jean Cormier sort un nouvel album     Photo : Radio-Canada/Luc Lavigne

Louis-Jean Cormier lance la semaine prochaine son deuxième album solo, Les grandes artères. Il y est question d'amour, d'itinérance, de choix à faire et du droit de manifester. Stéphane Leclair l'a rencontré et en rapporte une primeur!  
 
Le chanteur raconte à quel point il était épuisé à la fin de sa tournée estivale en 2014. Son ami, l'auteur-compositeur-interprète Martin Léon, a alors été de bon conseil et il a participé à l'écriture d'une chanson. 
 
Côté musical, il revient à ses premières amours en puisant dans l'univers de Karkwa, groupe d'origine duquel il n'avait plus besoin de prouver l'affranchissement. L'album Les grandes artères adopte un son plus progressif.  
 
Dans La fanfare, il chante : 
« Qu'on nous crève les yeux  
Pour avoir vu qu'on s'faisait avoir  
S'il faut perdre les deux  
J'aime mieux rêver que d'voir sans y croire 
J'aime mieux ramper que de me rasseoir » 
 
Une chanson qui, inspirée par le printemps québécois 2012, s'avère finalement d'actualité. Louis-Jean Cormier souhaiterait que le nouveau mouvement étudiant contre l'austérité en fasse sa chanson thème : « J'aimerais ça, parce qu'elle existe pour cette raison. [...] Si on trouve une deuxième vocation à certaines chansons, c'est encore mieux! » 
 
Dans cet extrait, le chanteur explique son désir de chanson engagée socialement.  
 
Pour écouter l'extrait sur votre appareil mobile, cliquez ici.  
 
 

Politique

Immigration et indépendance : le mauvais diagnostic de PKP

« Les vrais problèmes du Parti québécois sont le vieillissement des souverainistes [...] et la fragmentation de la clientèle nationaliste francophone », énonce clairement Chantal Hébert dans sa chronique à C'est pas trop tôt!. Elle réagissait ainsi aux déclarations de Pierre Karl Péladeau lors du débat des candidats à la direction du PQ de mercredi soir. Le sujet a également enflammé nos « débatteurs », Yves Boisvert et Mathieu Bock-Côté.  
 
Réécoutez l'extrait du débat qui a lancé la controverse. 
 
Pour écouter sur votre appareil mobile, cliquez ici.  
 

Notre dossier
 

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - PKP et l'immigration : une « dérive vers le nationalisme ethnique », dit Couillard
HYPERLIEN - Une déclaration de Pierre Karl Péladeau sur l'immigration crée un malaise

Art de vivre

Trouver le bonheur dans une tartelette portugaise

Antonio et Anna, propriétaires de la pâtisserie portugaise Notre-Dame-du-Rosaire à Montréal
Antonio et Anna, propriétaires de la pâtisserie portugaise Notre-Dame-du-Rosaire à Montréal     Photo : Radio-Canada/Hugo Lavoie

Et si le bonheur était aussi simple qu'un pastel de nata? Hugo Lavoie célèbre la Journée internationale du bonheur, décrétée le 20 mars par l'ONU, dans une pâtisserie portugaise de Montréal. Antonio, le propriétaire de la pâtisserie Notre-Dame-du-Rosaire, sa soeur Anna, cofondatrice et leurs clientes discutent de bonheur et de desserts.

Société

La revue des médias d'Annie Desrochers

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
910111213
14
15
161718
19
20
21
22
2324252627
28
29
3031
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Babillard

Pour communiquer avec Yves Desaultels, veuillez composer #951 (Bell), *951 (Rogers) ou 514-497-9582 sur les autres téléphones.

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Twitter
Grand Montréal20 visages de MontréalVotre dictionnaire populaire de Montréal
Entrevue avec Philippe FalardeauEntrevue Philippe Falardeau