#2a##5j##3# #5# Archives | C'est pas trop tôt! | ICI Radio-Canada Premi�re
Radio-Canada - zone Radio

C'est pas trop tôt!

C'est pas trop tôt! rss

En semaine de 5 h à 9 h

Franco Nuovo

C

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
2
3456
7
8
910111213
14
15
1617181920
21
22
2324252627
28

Les meilleurs moments : �mission du lundi 2 février 2015


Santé

Réforme Barrette : la quantité au détriment de la qualité, dénoncent des omnipraticiens

Dre Marie-Claude Goulet, médecin en CLSC, et Dr Amir Khadir, député de Québec solidaire et médecin
Dre Marie-Claude Goulet, médecin en CLSC, et Dr Amir Khadir, député de Québec solidaire et médecin     Photo : Radio-Canada/Sarah Champagne

« M. Barrette ne connaît pas la réalité de la pratique médicale », accuse Amir Khadir. Dre Marie-Claude Goulet, en compagnie du député de Québec solidaire, renchérit sur les quotas qui obligeraient les médecins de suivre 1500 patients : « Ce qu'il me dit, c'est "faites de la mauvaise médecine". [...] même à l'urgence, on voit à peine 25 patients par jour. » Dimanche, cinq omnipraticiens et M. Khadir ont demandé le retrait du projet de loi 20. C'est pas trop tôt les a reçus en entrevue pour entendre leurs récriminations.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Santé : Québec solidaire exige le retrait du projet de loi 20

Société

Réal Ménard modifie le règlement de son arrondissement pour exclure Hamza Chaoui

Hamza Chaoui, imam controversé, ne pourra pas obtenir de permis pour installer son centre communautaire
Hamza Chaoui, imam controversé, ne pourra pas obtenir de permis pour installer son centre communautaire     Photo : Radio-Canada

On apprenait samedi dernier que l'imam controversé Hamza Chaoui ne pourrait finalement pas installer son centre communautaire dans l'arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. En entrevue avec Marie-France Bazzo, le maire de l'arrondissement concerné, Réal Ménard, explique aujourd'hui que la définition de centre communautaire sera resserrée pour exclure tout enseignement religieux. M. Ménard espère que cette modification sera « un garde-fou pour ne pas offrir de tribune [à M. Chaoui] ». 
 
Sans préciser davantage, M. Ménard affirme aussi avoir reçu des informations « de grands organismes chargés de l'application de la loi » qui lui font croire que Hamza Chaoui « s'inscrit dans un réseau qui le dépasse et qui l'englobe ». 

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - L'imam Hamza Chaoui ne dirigera pas de centre communautaire
HYPERLIEN - Affaire Hamza Chaoui : une connaissance de l’imam se porte à sa défense
HYPERLIEN - Montréal ne doit pas donner de tribune à un imam intégriste, dit la ministre de l'Immigration
HYPERLIEN - Épreuve des faits : Peut-on interdire à un imam radical d'ouvrir un centre communautaire?

Arts et culture

La mystérieuse esclave noire

Jacques Des Rochers parle de cette mystérieuse et rare peinture d'une femme noire
Jacques Des Rochers parle de cette mystérieuse et rare peinture d'une femme noire     Photo : Radio-Canada/Hugo Lavoie

En 1786, François Malépart de Beaucourt, le premier peintre canadien admis à une académie française (celle de Bordeaux), fait le portrait d'une femme noire. Il s'agirait du seul portrait connu d'une personne noire, peint par un Canadien avant le 20e siècle. 
 
Mais qui est cette femme au sourire mystérieux? Le tableau, issu de la collection du Musée McCord, est exposé au Musée des beaux-arts de Montréal. Hugo Lavoie en discute avec Jacques Des Rochers, conservateur de l'art québécois et canadien avant 1945. 

Société

La revue des médias d'Annie Desrochers

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
2
3456
7
8
910111213
14
15
1617181920
21
22
2324252627
28

Prochainement � l'�mission

Consultez le guide horaire

Babillard

Pour communiquer avec Yves Desaultels, veuillez composer #951 (Bell), *951 (Rogers) ou 514-497-9582 sur les autres téléphones.

R�seaux Sociaux Suivez-nous sur Twitter
Grand Montréal20 visages de MontréalVotre dictionnaire populaire de Montréal
Entrevue avec Philippe FalardeauEntrevue Philippe Falardeau