#2a##5j##3# #5# Archives | C'est pas trop tôt! | ICI Radio-Canada Premi�re
Radio-Canada - zone Radio

C'est pas trop tôt!

C'est pas trop tôt! rss

En semaine de 5 h à 9 h

Franco Nuovo

C

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
56789
10
11
12
13141516
17
18
1920212223
24
25
2627282930
31

Les meilleurs moments : �mission du lundi 12 janvier 2015


International

Charlie Hebdo : la violence, la solidarité, et maintenant?

Manifestants à Paris
Manifestants à Paris     Photo : Stephane Mahe / Reuters

L'horreur, ensuite des millions de personnes à des marches, puis l'annonce du déploiement de 10 000 militaires et le resserrement sécuritaire autour des synagogues et des écoles juives. À quoi ressemblera l'après-Charlie? Nos invités témoignent de la solidarité qu'ils ont sentie et répondent à cette question.  
 
Notre collaborateur à Paris Vincent Touraine a assisté à la marche à Paris, une manifestation d'une ampleur jamais vue. « Même pas après la Deuxième Guerre mondiale », souligne-t-il. Il parle de la marée humaine, mais surtout de ce silence surprenant « simplement interrompu par des salves d'applaudissements ». « Ça, ça prenait aux tripes », ajoute-t-il.  
 
L'analyste en affaires policières Stéphane Berthomet constate quant à lui la réaction rapide, de « ces réseaux de la haine qui reviennent vers la France ».  
 
Jean-Philippe Cipriani renchérit sur le même sujet dans sa chronique économique. Il prévoit que « les gouvernements s'en serviront pour dépenser davantage et réaménager les budgets de sécurité ». 
 
Gérard Biard, le rédacteur en chef actuel de Charlie Hebdo, a également accordé sa première entrevue au Québec à Marie-France Bazzo. Avec en fond sonore son équipe au travail, il martèle l'importance de défendre la laïcité pour l'après-Charlie, pas seulement la liberté d'expression.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - La France déploie 10 000 militaires pour assurer la sécurité
HYPERLIEN - Dossier : Un acte de guerre contre Charlie Hebdo

International

Haïti : un survivant témoigne, 5 ans après la catastrophe

Nicolas Mazellier a survécu au séisme de 2010 en Haïti
Nicolas Mazellier a survécu au séisme de 2010 en Haïti     Photo : Radio-Canada/Sarah Champagne

Une secousse intense, puis tout défile à grande vitesse. « J'ai appelé maman », se souvient Nicolas Mazellier, resté 17 heures dans les décombres de l'Hôtel Montana. Après l'effondrement qui a coûté la vie à presque tous les autres occupants de l'établissement, l'attente, une « angoisse infinie » commence pour lui. En entrevue avec Marie-France Bazzo, il raconte l'odeur de béton, la poussière plein la bouche et chaque secousse subséquente qui ramène l'évidence d'une mort certaine.  
 
M. Mazellier, aujourd'hui chargé de cours à l'Université Laval, était à Port-au-Prince en 2010 pour transformer l'administration publique, dans le cadre d'un programme de l'ENAP. C'est lui qui en revient finalement changé à jamais. Encore aujourd'hui, il peine à comprendre pourquoi il a survécu, alors que la mort a frappé si fort cette journée-là. La question est d'ailleurs centrale dans son livre, Pourquoi.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Une entrevue de M. Mazellier quelques jours après la catastrophe
HYPERLIEN - 5 ans après le grand Goudou Goudou, Dorothée Giroux est en Haïti
HYPERLIEN - Dossier : Un acte de guerre contre Charlie Hebdo

Société

Itinérance : malade et dans la rue

Guérir d'une maladie dans la rue est difficile, vu les conditions de vie
Guérir d'une maladie dans la rue est difficile, vu les conditions de vie     Photo : iStock

Quand Yannick Racicot s'est présenté à la Maison du Père, le 5 janvier dernier, il était à bout de souffle. Littéralement. Il a même eu peur de mourir. Il avait bien eu un diagnostic de pneumonie et une prescription d'antibiotiques, mais sa santé s'était beaucoup dégradée durant sa convalescence de deux mois dans la rue. Jusqu'à ce qu'il entende parler de l'unité de convalescence de la Maison du Père. Reportage d'Hugo Lavoie. 
 
À l'instar de M. Racicot, beaucoup d'itinérants souffrent de divers maux et maladies. Et la guérison dans la rue est difficile. C'est pourquoi, il y a près de deux ans, la Maison du Père a mis sur pied cette unité de soins où huit infirmières et préposés reçoivent les itinérants malades pour leur permettre de prendre régulièrement leurs médicaments et du repos.

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - L'itinérance en hiver : entre le refuge et la rue

Arts et culture

L'album « cochon » de Marie-Pierre Arthur

Marie-Pierre Arthur au micro de Médium large en 2012
Marie-Pierre Arthur au micro de Médium large en 2012     Photo : Radio-Canada/Marie-Sandrine Auger

« Soul de Blanc », « cheesy » et « cochon »... Marie-Pierre Arthur a des formules accrocheuses pour parler de Si l'aurore, son troisième album, très attendu. Même s'il ne sera en vente que le 17 février, la chanteuse a rencontré notre chroniqueur culturel, Stéphane Leclair, pour lui en parler.  
 
Il a été écrit sur quelques mois au début de l'année 2014. Pendant ce temps, plusieurs couples dans l'entourage de l'artiste se sont laissés, et les textes en témoignent. 
 
« C'est très troublant. On l'a vécu de proche, puis ça chamboule aussi. Ça fait se poser beaucoup de questions quand tu es dans un couple toi aussi. », confie-t-elle.  
 
Musicalement, elle a voulu expérimenter la nouveauté. Tout en gardant un son pop-rock, elle ajoute une touche de soul, influencée par Fleetwood Mac, Roxy Music, Lionel Richie et les Commodores. 
 
« La seule affaire que je savais dès le début, c'était comment je voulais jouer de la basse. Je suis arrivée avec plein de tounes. J'ai fait écouter ça à François [Lafontaine], j'ai dit "Regarde, c'est comme ça que je vais jouer de la basse" », raconte Marie-Pierre Arthur. 
 
Marie-Pierre Arthur a fait appel aux mêmes collaborateurs pour l'écriture des chansons. Elle a écrit les paroles avec l'auteure-compositrice-interprète Gaëlle, et François Lafontaine s'est occupé de la réalisation et d'une bonne partie de la composition des musiques. 
 
Le premier extrait, « Rien à faire », démontre bel et bien l'influence du groupe Fleetwood Mac. Il déjà est possible de l'écouter en ligne ici : https://mariepierrearthur.bandcamp.com/track/rien-faire

Société

La revue des médias d'Annie Desrochers

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
56789
10
11
12
13141516
17
18
1920212223
24
25
2627282930
31

Prochainement � l'�mission

Consultez le guide horaire

Babillard

Pour communiquer avec Yves Desaultels, veuillez composer #951 (Bell), *951 (Rogers) ou 514-497-9582 sur les autres téléphones.

R�seaux Sociaux Suivez-nous sur Twitter
Grand Montréal20 visages de MontréalVotre dictionnaire populaire de Montréal
Entrevue avec Philippe FalardeauEntrevue Philippe Falardeau