#2a##5j##3# #5# Archives | C'est pas trop tôt! | ICI Radio-Canada Premi�re
Radio-Canada - zone Radio

C'est pas trop tôt!

C'est pas trop tôt! rss

En semaine de 5 h à 9 h

Franco Nuovo

C

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
5678
9
10
11
1213141516
17
18
1920212223
24
25
2627282930
31

Les meilleurs moments : �mission du vendredi 9 janvier 2015


Société

Charlie Hebdo : la compagne de Charb se confie

Jeannette Bougrab (au centre), tout près du siège de Charlie Hebdo mercredi dernier après l'attentat
Jeannette Bougrab (au centre), tout près du siège de Charlie Hebdo mercredi dernier après l'attentat     Photo : Charles Platiau / Reuters

« Mon héros, celui que j'admirais, c'était celui qui se battait pour des principes qui nous sont chers », explique avec grande émotion Jeannette Bougrab à Marie-France Bazzo. Elle avait demandé à son compagnon, Stéphane Charbonnier, de quitter la France avant qu'il trouve la mort mercredi dernier. Une entrevue poignante pour se souvenir. 
 
Selon Mme Bougrab, Charb mesurait bien la menace qui pesait sur lui : « On vivait la gravité de l'instant », conscients d'une montée de l'intégrisme, explique-t-elle. Depuis qu'ils étaient ensemble, M. Charbonnier avait néanmoins recommencé à fréquenter les cinémas sans protection.  
 
Très inquiète de l'intégrisme de plus en plus présent, elle espère que ce tragique événement donnera lieu à des mesures adéquates pour lutter contre ce phénomène.  
 
Malgré les pleurs et la souffrance, Jeannette Bougrab dit qu'elle ne réalise pas tout à fait ce qui lui arrive. « J'ai encore l'odeur de sa peau et des choses à lui dire, confie-t-elle, le prix à payer pour la liberté est trop lourd. » 
 
 
 

 

EN COMPL�MENTHYPERLIEN - Écoutez aussi notre entrevue avec Patrick Pelloux, chroniqueur au Charlie Hebdo et témoin

International

Patrick Pelloux, chroniqueur à Charlie Hebdo et témoin, ne se laisse pas abattre

Patrick Pelloux est arrivé quelques minutes après la fusillade aux bureaux de Charlie Hebdo
Patrick Pelloux est arrivé quelques minutes après la fusillade aux bureaux de Charlie Hebdo     Photo : Jacky Naegelen / Reuters

Patrick Pelloux, urgentologue et chroniqueur à Charlie Hebdo, aurait dû être sur place mercredi lors de la fusillade. Mais une réunion l'a retenu. Il est tout de même arrivé au journal quelques minutes après l'attentat qui a fait 12 morts.  
 
Extrêmement choqué par les événements, il repousse la peur pour ne pas laisser « la folie et la bêtise prendre le pas sur l'exercice de notre métier ». Marie-France Bazzo s'entretient avec lui au moment où l'équipe de l'hebdomadaire satirique se réunit pour créer le prochain numéro. 
 
« Je viens d'apprendre qu'il sera traduit en 16 langues », précise-t-il, une façon de montrer au monde que le rire existe en démocratie. 
 
Pris par l'émotion quand l'animatrice de C'est pas trop tôt lui demande de parler de ses collègues morts, il souffle : « Je peux vous dire le soleil, la pluie, le vent, la tempête, la culture, la nécessité d'être vivant et de respecter les autres. » Puis, un peu plus tard dans l'entrevue : « Ils ont été abattus en débattant du racisme. » 
 
Arrivé le premier sur les lieux du drame, il a été témoin de l'horreur en pénétrant dans les bureaux du journal :« C'est très difficile de gérer le traumatisme. » 

Société

Charlie Hebdo : chercher du sens avec Serge Bouchard

Le 5 janvier 2015, Serge Bouchard se disait inquiet de la montée de l'intégrisme dans le monde lors de son passage à C'est pas trop tôt
Le 5 janvier 2015, Serge Bouchard se disait inquiet de la montée de l'intégrisme dans le monde lors de son passage à C'est pas trop tôt     Photo : Radio-Canada/Sarah Champagne

Lundi dernier, avant les tragiques événements de cette semaine, Serge Bouchard se disait inquiet, sur nos ondes, de la montée de l'intégrisme. Marie-France Bazzo le retrouve vendredi pour entendre ses réflexions.  
 
« Le monde n'est pas sûr, il ne l'a jamais été, mais les choses s'aggravent », résume l'anthropologue sur la situation actuelle. L'urgence est donc de « se donner un bouclier intellectuel qui entraîne une solidarité politique, qui transcende les nations. » 
 
Son message est douloureusement lucide, mais tout de même porteur d'espoir. Devant l'ignorance et l'intolérance, il croit encore les humains capables de « transcender cette humanité » et l'absurdité de la violence, à condition de promouvoir l'éducation et la pensée critique.  
 
Réécoutez aussi notre entrevue de lundi avec Serge Bouchard 
Joyeux, mais inquiet : Serge Bouchard sur 2015 | C'est pas trop tôt! | ICI Radio-Canada Première 

Science et technologie

La revue des médias d'Annie Desrochers

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
5678
9
10
11
1213141516
17
18
1920212223
24
25
2627282930
31

Prochainement � l'�mission

Consultez le guide horaire

Babillard

Pour communiquer avec Yves Desaultels, veuillez composer #951 (Bell), *951 (Rogers) ou 514-497-9582 sur les autres téléphones.

R�seaux Sociaux Suivez-nous sur Twitter
Grand Montréal20 visages de MontréalVotre dictionnaire populaire de Montréal
Entrevue avec Philippe FalardeauEntrevue Philippe Falardeau