ICI Radio-Canada Première

C'est pas trop tôt!

C'est pas trop tôt! rss

En semaine de 5 h à 9 h

Franco Nuovo

C

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
 
1
2
3456
7
8
9
1011121314
15
16
1718192021
22
23
2425262728
29
30
 
 
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du vendredi 7 novembre 2014


Arts et culture

Infoman : la difficile prise de décisions pour le pont Champlain et la soupe de céleri

Maurice Richard, entouré de Jean-René Dufort (en bas à droite) et des autres gagnants d’un concours permettant de souper avec le Rocket.
Maurice Richard, entouré de Jean-René Dufort (en bas à droite) et des autres gagnants d’un concours permettant de souper avec le Rocket.     Photo : Gracieuseté de Jean-René Dufort

Que ce soit pour changer le processus des élections scolaires ou pour nommer « le nouveau pont sur le Saint-Laurent », nos dirigeants ont du mal à prendre des décisions. Jean-René, quant à lui, se dit soulagé que le nouveau pont ne porte pas le nom de Maurice Richard, un homme qui l'a forcé à manger de la soupe de céleri quand il avait 10 ans. 
 
 

Société

L'éducation à la sexualité de retour à l'école

Éducation sexuelle
Éducation sexuelle     Photo : Istock

La vague de dénonciations d'agressions sexuelles ramène sur la table l'importance du dialogue sur la sexualité à tous les âges. On apprenait, vendredi matin, que l'éducation sexuelle abandonnée en 2001 par le réseau scolaire pourrait faire un retour dans nos écoles. Un projet pilote est en développement. Cathy Tétreault, directrice générale et fondatrice du Centre Cyber-aide, est l'instigatrice d'une pétition demandant le retour de l'éducation sexuelle à l'école.

Société

Recevoir les plaintes pour agression sexuelle : témoignage d'une policière

Dénoncer un viol
Dénoncer un viol     Photo : Istock

Des femmes qui décident de sortir de l'ombre après 5 ans, 10 ans et 20 ans ne sont pas rares. Lorraine Leblanc a été sergente-détective à la section des agressions sexuelles du SPVM pendant près de 15 ans. Elle encourage les victimes à dénoncer les agresseurs auprès de la police, et ce, même si l'agression a eu lieu il y a plusieurs années. « Souvent, il y a plusieurs victimes. Si ça fait longtemps, on cherche d'autres victimes pour solidifier la preuve. » La policière explique que les violeurs ont tendance à plaider coupables lorsqu'il y a plusieurs témoignages. 
 
Lorraine Leblanc explique aussi que, souvent, les femmes ne portent pas plainte par peur du jugement de la famille, du processus judiciaire et du fait de témoigner devant l'agresseur. « Ce ne sont pas de grosses sentences, mais ce que je dis toujours aux victimes, c'est de le faire pour elles en premier, et ensuite, pour les autres victimes potentielles. » 

Société

Revue des médias avec Annie Desrochers

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
 
1
2
3456
7
8
9
1011121314
15
16
1718192021
22
23
2425262728
29
30
 
 
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Babillard

Pour communiquer avec Yves Desaultels, veuillez composer #951 (Bell), *951 (Rogers) ou 514-497-9582 sur les autres téléphones.

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Twitter
Grand Montréal20 visages de MontréalVotre dictionnaire populaire de Montréal
Entrevue avec Philippe FalardeauEntrevue Philippe Falardeau