ICI Radio-Canada Première

C'est pas trop tôt!

C'est pas trop tôt! rss

En semaine de 5 h à 9 h

Franco Nuovo

C

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
678910
11
12
1314151617
18
192021222324
25
26
2728
29
3031
 

Les meilleurs moments : Émission du mercredi 29 octobre 2014


Société

Lourdeurs administratives pour les personnes transsexuelles

Caroline Trottier-Gascon
Caroline Trottier-Gascon     Photo : Radio-Canada/Hugo Lavoie

En juin dernier, Caroline Trottier-Gascon, du Groupe d'action trans de l'Université de Montréal, se présente au CLSC Côte-des-Neiges pour renouveler sa carte d'assurance maladie. Or, selon ses papiers, elle est un homme. En fait, elle l'était. Mais comme son changement de genre n'est pas encore officiel, elle demande un simple renouvellement, qui ne tienne pas compte de son changement de genre. Incapable de faire le lien entre les papiers et la femme qui se trouve devant elle, la préposée du CLSC refuse de procéder au renouvellement.  
 
Caroline Trottier-Gascon porte plainte pour discrimination. Pour elle, c'est un exemple des embûches qui parsème le quotidien des personnes transsexuelles. Mais la plainte est rejetée. Le porte-parole de l'établissement, Jean Paiement, affirme que c'est la première fois qu'une telle situation se présente. Un réexamen des procédures et l'adaptation des façons de faire à la réalité des transsexuels ne sont pas exclus.

Santé

Une prostate bien entraînée est une prostate en bonne santé

Le cancer de la prostate est le plus fréquent et le troisième plus meurtrier chez les hommes canadiens.
Le cancer de la prostate est le plus fréquent et le troisième plus meurtrier chez les hommes canadiens.     Photo : iStockphoto

Selon une récente étude, le fait pour un homme d'avoir fréquenté plus de 20 femmes dans la vie et d'éjaculer régulièrement réduirait de 28 % les risques de souffrir du cancer de la prostate. « Plusieurs études ont démontré qu'une activité sexuelle plus grande et des éjaculations fréquentes pourraient diminuer le risque de cancer de la prostate », confirme le Dr Paul Perrotte, uro-oncologue.  
 
La fin du dépistage?
 
 
« Le test pour le dépistage du cancer de la prostate est imparfait, reconnaît le Dr Perrotte, mais c'est le seul qui existe. » Plutôt que de faire du dépistage de masse et des traitements inutiles, l'uro-oncologue préconise la détection précoce et la surveillance active. Selon lui, le test doit cibler surtout les gens à risque, ceux qui ont des antécédents familiaux, les Afro-Américains et les plus de 55 ans.  
 
« C'est un cancer qui évolue lentement, qui est diagnostiqué en moyenne autour de 60-65 ans, donc beaucoup vont mourir avec le cancer, plutôt que du cancer », rappelle le Dr Perrotte.  

Politique

Doit-on effacer les traces de la fusillade à Ottawa?

Corridor du Parlement
Corridor du Parlement     Photo : PC/Adrian Wyld

Il y a une tendance, au Canada, à occulter les portions de l'histoire qui sont malheureuses, souligne notre chroniqueuse politique, Chantal Hébert. Selon elle, il ne serait pas mauvais que les députés aient une connexion visuelle avec la réalité. Ça leur permettrait de réaliser « qu'ils vivent dans le monde ». Le fait de laisser les traces de la fusillade, dont les trous sur les murs du parlement, mettrait en lumière le fait qu'on vit dans une société où il y a des problèmes. Chantal Hébert constate aussi qu'il n'y a pas de ligne de parti à ce sujet, mais que le président de la Chambre des communes devrait réfléchir avant d'effacer les traces de ce qui s'est passé.

Consommation

UberX : un service simple mais imprévisible, selon François Cardinal

Un conducteur de la compagnie Uber transporte un client. (archives)
Un conducteur de la compagnie Uber transporte un client. (archives)

Avec UberX, tout le monde peut s'improviser chauffeur de taxi. François Cardinal a testé le service à Toronto, avant d''arrive à Montréal aujourd'hui. Bien que ce service soit apprécié pour sa simplicité, il a aussi de gros défauts, selon notre chroniqueur.  
 
Les points positifs :  
- L'application est facile à utiliser. 
- Le service est rapide au centre-ville.  
- Les voitures étaient propres et équipées de magazines et de bouteilles d'eau, et les chauffeurs, aimables.  
 
Les points négatifs : 
- Les chauffeurs UberX sont plus rares, voire introuvables, en banlieue.  
- Les prix varient pendant la journée, en fonction de l'offre et de la demande.  
- Le service est inconstant, selon l'heure de la journée ou de la soirée.  
 
Comment ça marche? 
Avec UberX, devenir chauffeur avec sa propre voiture est à la portée de tout le monde, pour arrondir ses fins de mois, par exemple. L'entreprise vérifie les antécédents de conduite et criminels des chauffeurs.  
 
Sur l'application, les clients peuvent consulter des informations sur leur chauffeur : nom, photo, numéro d'immatriculation de la voiture, et note donnée par les autres utilisateurs.  
À la fin de la course, il n'y a pas de manipulation d'argent, puisque le numéro de carte de crédit est enregistré au préalable dans l'application.  

Société

Revue des médias avec Annie Desrochers

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
123
4
5
678910
11
12
1314151617
18
192021222324
25
26
2728
29
3031
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Babillard

Pour communiquer avec Yves Desaultels, veuillez composer #951 (Bell), *951 (Rogers) ou 514-497-9582 sur les autres téléphones.

Réseaux Sociaux Suivez-nous sur Twitter
Grand Montréal20 visages de MontréalVotre dictionnaire populaire de Montréal
Entrevue avec Philippe FalardeauEntrevue Philippe Falardeau