ICI Radio-Canada Première

C'est fou...

C'est fou...

Le dimanche de 19 h à 20 h

Jean-Philippe Pleau et Serge Bouchard

C
Logo Radio-Canada

Société

La toponymie, cette opération identitaire sacrée

Le samedi 22 novembre 2014

Une partie de la rue University change de nom.

On en entend peu parler, mais la toponymie est une science omniprésente dans nos vies, particulièrement dans nos déplacements. Mais au-delà des noms de rues et de lieux, la toponymie, « ça représente quelque chose, ça raconte une histoire. C'est quasiment une opération identitaire sacrée », précise Serge Bouchard, un passionné de cette science économique, politique et poétique. Un cours d'histoire et de mémoire. 
 
La toponymie pour les nuls 
Henri Dorion a été président de la Commission de toponymie du Québec durant trois mandats non consécutifs, de 1978 à 1996. Il rappelle que l'humain « a toujours désigné de façon propre les lieux qu'il connaît et fréquente ». Ce grand toponymiste précise que la notion d'usage est la règle d'or : « Si c'est dans l'usage, il faut avoir de bonnes raisons pour changer un nom. » 
 
Redorer le blason de la toponymie autochtone 
Caroline Desbiens connaît très bien le fonctionnement et les règles de la Commission de toponymie puisqu'elle y est commissaire. Elle a lancé en juin dernier une initiative pour rapatrier l'ensemble des archives du patrimoine toponymique des communautés des Premières Nations du Québec. Dans les deux premiers siècles de l'occupation européenne, ce sont 15 000 noms autochtones qui se sont perdus, remplacés par des noms donnés par les explorateurs et colons. Les communautés s'affairent donc à recenser des toponymes autochtones pour les réhabiliter et les valoriser. 
 
Un processus qui ne se fait pas à la hâte 
L'épisode du nom du futur pont Champlain a mis de l'avant tous les enjeux de la toponymie au cours des dernières semaines. Le chroniqueur François Cardinal s'intéresse à l'aspect politique de la toponymie. Comment des noms disparaissent. Comment on tente d'en introduire de nouveaux. Comment nommer, c'est s'approprier, imposer. Pour lui, le nom des lieux est d'une importance capitale puisque, grâce à la toponymie, l'histoire et la mémoire collective font partie de nos vies au quotidien.


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

12 mars 2017

Les murs : les ériger ou les abattre

5 mars 2017

L'intimité (2 de 2) : se parler en silence

26 février 2017

L'intimité (1 de 2) : Quand l'intime est politique

19 février 2017

La drogue (2 de 2) : fuir et expérimenter

12 février 2017

La drogue (1 de 2) : écrire sous influence et changer d'état

5 février 2017

L'espoir (2 de 2) : rêver et agir