ICI Radio-Canada Première

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h à 12 h 
(en rediffusion à 19 h et le samedi à 6 h) 

Francis Reddy

Bien dans son assiette
Logo Radio-Canada

Art de vivre

Devenir végétarien à l'adolescence

Le lundi 21 mars 2016

Les adolescentes Myriam Samson et Béatrice Morel, la nutritionniste Myriam Géhami et l'auteur Martin Gibert
Les adolescentes Myriam Samson et Béatrice Morel, la nutritionniste Myriam Géhami et l'auteur Martin Gibert     Photo : Radio-Canada/Michel Harvey

De plus en plus d'adolescents, majoritairement des filles, choisissent de devenir végétariens ou végétaliens. Leur choix est principalement motivé par la défense du bien-être animal et de l'environnement. De nombreuses questions se posent en ce qui concerne les conséquences sur leur santé et les effets sur leur vie sociale. Isabelle Craig reçoit deux adolescentes, une nutritionniste et le philosophe Martin Gibert pour en discuter. 
 
Il existe trois approches. Le végétarien ne consomme pas de chair animale. Le végétalien renonce à tous les produits animaux dans son alimentation, même les oeufs et les produits laitiers. Quant au végétalien intégral, Martin Gibert explique qu'il est contre l'exploitation animale en général : au-delà de l'alimentation sans produits animaux, il renonce aux vêtements comme le cuir ou la fourrure, ou aux divertissements comme la corrida. 
 
Myriam Samson, 16 ans, avoue s'être laissé influencer par différents documents vidéo et écrits. Ceux-ci l'ont poussée à prendre position et à choisir la défense de l'environnement et du bien-être animal. Elle a renoncé d'abord à la viande rouge, puis au poulet et finalement au poisson.  
 
Béatrice Morel, 18 ans, a changé du jour au lendemain sa nutrition après avoir regardé une conférence sur Internet. Son choix repose essentiellement sur deux constats  : «  Pourquoi mon chat devrait-il être mieux traité que les animaux dans les abattoirs? Aussi, je peux vivre en santé sans faire de mal à une autre espèce.  »  
 
Le végétarisme prend de l'ampleur. Selon certaines données, 8 % de la population canadienne serait végétarienne et végétalienne et 25 % désirerait diminuer sa consommation de produits animaux. Ce pourcentage est plus élevé chez les jeunes adultes de 18 à 34 ans. La condition des animaux est évoquée comme première motivation pour justifier ce choix alimentaire. «  C'est un refus de la violence  », croit Martin Gibert. Même si les éleveurs ne sont pas directement liés à cette violence, selon le philosophe, la consommation animale passe par le processus de l'abattoir, qui est un acte de violence. 
 
La nutritionniste Myriam Géhami constate, quant à elle, l'inquiétude des parents à l'égard de l'alimentation de leurs enfants. Ils craignent que ceux-ci manquent de nutriments, dont les protéines. Il faut surveiller, entre autres, l'équilibre nutritionnel et la consommation suffisante de gras. En général, les végétariens connaissent les exigences d'une bonne nutrition et s'informent. Les deux adolescentes sont particulièrement conscientes de ce qu'elles doivent consommer pour demeurer en santé. « Si c'est bien fait, c'est un choix santé », affirme la nutritionniste.  
 
Myriam Géhami est nutritionniste clinicienne à la Clinique psychoalimentaire et chargée de cours à l'Université de Montréal, et Martin Gibert est docteur en philosophie, auteur du livre Voir son steak comme un animal mort (chez Lux) et rédacteur en chef du magazine Versus consacré au végétalisme. 

Ado et végétarien : un combo gagnant?

La nutritionniste Chantal Poirier croit que oui, à condition de faire certains efforts. " Devenir végétarien, ce n'est pas juste enlever la viande et les produits laitiers et prendre des pâtes, des toasts et des céréales, rappelle-t-elle. Il faut rajouter certains éléments : beaucoup de légumes, des légumineuses, des produits enrichis de vitamine B12.

 
 
 
 


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

26 mai 2016

Des astuces pour manger plus léger

26 mai 2016

Des pêcheurs indépendants soutenus par la communauté

26 mai 2016

Gros plan sur les agriculteurs du Témiscamingue

26 mai 2016

La SAQ devrait vendre à de meilleurs prix

26 mai 2016

Un événement écoresponsable sous observation

25 mai 2016

Les risques reliés à la cuisson au barbecue