ICI Radio-Canada Première

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h à 12 h 
(en rediffusion à 19 h) 

Francis Reddy

Bien dans son assiette
Logo Radio-Canada

Art de vivre

Le jeûne religieux, une période d'abstinence pour nourrir l'esprit

Le mardi 9 février 2016

L'abstinence de viande pendant le carême est un geste de pénitence pour les chrétiens.
L'abstinence de viande pendant le carême est un geste de pénitence pour les chrétiens.     Photo : iStock

Les périodes de jeûnes de toutes les grandes religions du monde ont pour but de s'approcher de Dieu, quel qu'il soit, explique le professeur de théologie Alain Bouchard, l'invité de Francis Reddy, en cette veille de carême pour les catholiques. Par le jeûne, nous maîtrisons les besoins du corps et nous surmontons les faiblesses de la chair pour nous élever. 
 
C'est le jeûne judaïque qui a servi de base à celui du christianisme comme à celui de l'islam. Chez les juifs, le Yom Kippour est la fête considérée comme la plus sainte de l'année. Il ne faut pas travailler et observer un jeûne complet, qui a lieu, selon les années, en septembre ou en octobre. Pour les juifs, nous sommes sur terre pour réparer le monde, et le messie va revenir lorsque nous y serons parvenus. 
 
Chez les chrétiens, la privation, comme celle qu'impose le carême, permet de devenir semblable au Christ, c'est « un travail sur soi pour en arriver, après 40 jours, à la résurrection, qui est l'état qui attend l'être humain ». Le mercredi des Cendres ainsi que le Vendredi saint étaient des jours de jeûne complet pour les catholiques, mais depuis la réforme du concile Vatican II, ce jeûne complet n'est plus obligatoire.  
 
Dans le cas de l'islam, le jeûne porte le nom de ramadan. Pour les musulmans, nous sommes sur la terre pour faire la preuve que nous méritons d'être avec Dieu, nous sommes donc en phase de préparation. Il faut, du lever au coucher du soleil, s'abstenir de consommer toute nourriture et même tout liquide. Le ramadan est la « porte de service de Dieu, on se met en contact avec Dieu pour retrouver ce désir de retourner avec Lui dans l'au-delà », souligne le professeur de théologie. La vie communautaire et le partage sont aussi importants lorsqu'on finit de jeûner, après le coucher du soleil.  
 
La démarche est semblable dans le monde du bouddhisme, où le jeûne permet de se libérer de la matière, dont le corps fait partie.


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

19 août 2016

Le secret d'un punch bien réussi pour l'heure de l'apéro

18 août 2016

La tomate, reine de la cuisine

18 août 2016

Réfugiées syriennes : la cuisine comme outil d'intégration

17 août 2016

Des brasseurs qui sortent des sentiers battus

16 août 2016

Négliger l'heure du lunch : une bien mauvaise habitude

16 août 2016

Des richesses culinaires insoupçonnées dans nos champs et forêts