ICI Radio-Canada Première

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h à 12 h 
(en rediffusion à 19 h) 

Hugo Lavoie

Bien dans son assiette
Logo Radio-Canada

Art de vivre

À qui le pourboire dans les restaurants?

Le jeudi 21 janvier 2016

Le bal des serveurs dans un restaurant
Le bal des serveurs dans un restaurant     Photo : iStock

Bien que le salaire de base des serveurs soit inférieur à celui des employés de cuisine, la rémunération réelle des premiers peut être deux, voire quatre fois plus élevée que celle des derniers. Francis Reddy aborde ce sujet délicat avec Alexis Lamy-Labrecque, serveur et étudiant, Julie Faucher, enseignante à l'Institut du tourisme et d'hôtellerie du Québec (ITHQ), et François Meunier, vice-président aux affaires publiques et gouvernementales à l'Association des restaurateurs du Québec (ARQ). 
 
Le journaliste Janic Tremblay, lui, fait le point sur le sujet en évoquant ce débat aux États-Unis. Le chef Danny Mayer, qui emploie 1800 personnes dans plusieurs établissements new-yorkais, a annoncé l'automne dernier l'abolition du pourboire afin d'établir une politique de rémunération plus équitable pour ses employés. Ce geste a entraîné une vague de réactions qui a bousculé ce secteur d'activités. Des formules de partage sont en vigueur dans certains restaurants. Au Québec, le taux horaire des serveurs est de 9,05 $ l'heure et le salaire moyen des chefs est de 17,00 $ l'heure, il est cependant de 13,00 $ l'heure pour les membres d'une brigade.  
 
Aux États-Unis, le revenu du personnel en salle a augmenté huit fois plus que celui en cuisine au cours des dernières décennies. Dans plusieurs pays, le pourboire est inclus dans la facture, dont en France, au Danemark, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse, en Norvège, aux Pays-Bas, en Bolivie et au Paraguay. Au Québec, seulement 3 % des serveurs ont fait plus de 50 000 $ en 2011. Les consommateurs sont donc directement touchés par ce qu'ils paient en pourboire, puisque 26 % des dépenses en alimentation se font dans les restaurants.  
 
Il existe dans certains établissements une convention de pourboire, signée exclusivement par les serveurs, stipulant qu'ils concèdent un certain pourcentage de leur pourboire aux travailleurs de cuisine. Le serveur Alexis Lamy-Labrecque défend cette approche. François Meunier, de l'ARQ, signale que le taux de profit des restaurateurs n'est que de 3 %. Il est donc impossible d'envisager une augmentation des salaires en cuisine. Pour lui, tout comme pour Julie Faucher, de l'ITHQ, le partage des pourboires fait partie de la solution.  
 
François Meunier de l'ARQ, Julie Faucher de l'ITHQ, Alexis Lamy-Labrecque, serveur et Janic Tremblay, journalisteFrançois Meunier de l'ARQ, Julie Faucher de l'ITHQ, Alexis Lamy-Labrecque, serveur et Janic Tremblay, journaliste Photo : Radio-Canada/Michel Harvey 
 
Il y a aussi de plus en plus de cuisiniers, diplômés d'écoles professionnelles comme l'ITHQ, qui constatent que dans la pratique, la tâche est très lourde en nombre d'heures et en besognes à accomplir. Après cinq ans, de ceux qui ont fait des études pour travailler en cuisine, seulement 8 % poursuivraient leur carrière dans les restaurants. Un certain nombre préfèrent avoir un emploi en institution, comme les hôpitaux ou centre d'hébergement, beaucoup moins prestigieux, mais qui permet d'avoir un salaire respectable et des avantages sociaux.  
 
Le gouvernement devrait-il modifier les règles et obliger un pourboire séparé entre serveur et cuisinier, ou abolir tout simplement le pourboire tout en obligeant les propriétaires d'établissement de rééquilibrer la rémunération de leurs employés? Le débat ne fait que commencer. 

L'iniquité salariale entre serveurs et cuisiniers dans les restaurants | Bien dans son assiette | ICI Radio-Canada Première

Art de vivre Laisser un pourboire au restaurant Photo : iStock Lorsqu'un client est satisfait de la qualité d'un repas dans un restaurant, c'est souvent le serveur qui en profite, alors qu'elle est le résultat des efforts conjugués de deux équipes de travailleurs : les cuisiniers et les serveurs.

 
 

Danny Meyer Restaurants to Eliminate Tipping

In a sweeping change to how most of its 1,800 employees are paid, the Union Square Hospitality Group will eliminate tipping at Gramercy Tavern, Union Square Cafe and its 11 other restaurants by the end of next year, the company's chief executive, Danny Meyer, said on Wednesday.

 


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

29 juillet 2016

Du vin de petits fruits et un au revoir

28 juillet 2016

C'est la saison du maïs!

28 juillet 2016

Un agriculteur en plein centre de Rosemont-La Petite-Patrie

22 juillet 2016

Pour l'apéro, essayez les bières sures d'été

21 juillet 2016

C'est la saison des betteraves de toutes les couleurs

15 juillet 2016

Réinventer la tradition familiale en fabricant des vinaigres