ICI Radio-Canada Première

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h à 12 h 
(en rediffusion à 19 h) 

Francis Reddy

Bien dans son assiette
Logo Radio-Canada

Art de vivre

L'impossible routine alimentaire des camionneurs

Le mercredi 20 janvier 2016

Le semi-remorque de Tommy Lepire
Le semi-remorque de Tommy Lepire     Photo : @tommylepire

Les routiers parcourent des centaines de kilomètres par jour. Se nourrir convenablement peut devenir un tour de force, compte tenu des contraintes de stationnement et de l'offre des restaurants sur la route. Francis Reddy parle à des professionnels de la route aux expériences différentes qui expliquent leur mode de vie du point de vue alimentaire.  
 
Sur les routes aux États-Unis, il y a les trucks-stops. Certains sont très achalandés, ce qui peut être un signe de la qualité de la nourriture qu'on y sert. Tommy Lepire, un routier qui travaille seul, dit que ce n'est pas toujours le cas. Il roule 30 jours consécutifs, jusqu'à 12 heures par jour, et reste 10 jours à la maison. Selon l'horaire de livraison, il mange en roulant, mais la loi américaine l'oblige à s'arrêter 30 minutes par jour. Même avec un réfrigérateur et un micro-ondes, il est difficile de bien manger. Des mets préparés congelés et les haltes routières sont ses seules options.  
 
Suzie Crousset travaille en duo avec son conjoint depuis une vingtaine d'années. Pour celle qui est surnommée « popote-truc », l'alimentation est une priorité : « Je ne voulais pas être dépendante de la restauration rapide, précise-t-elle. Je me suis organisée pour faire de la popote dans le camion. J'ai ma mijoteuse, un frigo, une table, un four et un BBQ. Ça ressemble à l'équipement d'un petit véhicule récréatif, c'est comme si j'étais en camping. » Avec son conjoint, Suzie Crousset revient à la maison pour des périodes de quatre jours, au cours desquels elle cuisine des mets préparés tels que des pâtés à la viande et des sauces, pour les voyages à venir. Ils ont choisi l'autonomie.  
 
André Hébert, de son côté, a eu des problèmes de santé, notamment d'obésité. Il a arrêté de travailler huit mois, a perdu 60 livres et a repris la route. Depuis, il est particulièrement soucieux de son alimentation : « J'essaie d'aller au restaurant le moins possible. » Malgré tous leurs voyages, les routiers sont des sédentaires. Ils travaillent de longues heures et ont des habitudes de vie loin d'être saines. Nombre d'entre eux sont affectés par des problèmes d'obésité et de diabète, et souffrent de maladies cardiovasculaires. 


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

17 juin 2016

Pascal Marchand : montrer aux Français comment parfaire un bourgogne

15 juin 2016

Un cours sur la chimie des vins à l'UQAM

14 juin 2016

Enseigner la cuisine aux écoliers britanno-colombiens

14 juin 2016

Christophe Muller : dans les traces de Paul Bocuse

13 juin 2016

Des fermes biologiques à échelle humaine

9 juin 2016

Hélène Laurendeau à la défense de l'anchois