ICI Radio-Canada Première

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h à 12 h 
(en rediffusion à 19 h) 

Francis Reddy

Bien dans son assiette
Logo Radio-Canada

Art de vivre

Des étudiants en génie aident concrètement Haïti

Le mardi 12 janvier 2016

Voyage exploratoire des étudiants de l'Université de Sherbrooke dans la commune de Mombin-Crochu à Haïti
Voyage exploratoire des étudiants de l'Université de Sherbrooke dans la commune de Mombin-Crochu à Haïti     Photo : GCIUS

Des étudiants de l'Université de Sherbrooke ont participé à un stage dans une commune dans le nord-est d'Haïti. Ils ont construit un centre de traitement de café lavé (café traité par voie humide) dans une montagne où l'on cultive avec l'approche « jardins de café sous couvert forestier ». Six ans après le séisme, l'agriculture durable est aujourd'hui à l'ordre du jour. Francis Reddy en parle avec les participants Stéphanie St-Pierre et Étienne Doyon. 
 
À l'issue d'une préparation qui a duré un an, ce séjour à l'étranger, qui a eu lieu du 4 septembre au 1er décembre 2015, a remplacé un stage en entreprise. Le projet a vu le jour grâce au Groupe de collaboration internationale en ingénierie de l'Université de Sherbrooke (GCIUS) en partenariat avec le Carrefour de solidarité internationale (CSI) et un organisme haïtien, l'Institut de recherche et d'appui technique en aménagement du milieu (IRATAM). Stéphanie St-Pierre était directrice du GCIUS en 2015, et Étienne Doyon est agent de projets et de stages au CSI de Sherbrooke. 
 
Pour la construction, des plans de base étaient accessibles parce que l'IRATAM avait déjà construit des centres similaires. Des modifications y ont été apportées afin que le bâtiment respecte des normes parasismiques minimales , ce qui se fait peu en Haïti, et pour ajouter de l'aération. Un bâtiment a été construit pour les dépôts provisoires et définitifs. Un deuxième est devenu le centre de traitement, avec un bureau des ventes. On peut y dépulper les cerises de café avec une machine à manivelle. Les grains fermentent, puis sont rincés dans un bassin pour être ensuite étendus sur une bâche, où on les laisse sept jours.  
 
Avant d'avoir le centre, les agriculteurs devaient vendre leur café à des intermédiaires. Désormais, la coop leur donne un montant et une ristourne. Ce centre atteindra directement plus de 325 familles faisant partie de coopératives de producteurs de café. Au total, 2579 personnes bénéficieront des retombées des différentes activités et de l'installation d'un centre de traitement de café lavé. 
 
L'équipe d'étudiants en génie qui fera un séjour à l'étranger en 2016 ira au Népal travailler à la construction d'un centre de transformation des produits laitiers.


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

19 août 2016

Le secret d'un punch bien réussi pour l'heure de l'apéro

18 août 2016

La tomate, reine de la cuisine

18 août 2016

Réfugiées syriennes : la cuisine comme outil d'intégration

17 août 2016

Des brasseurs qui sortent des sentiers battus

16 août 2016

Négliger l'heure du lunch : une bien mauvaise habitude

16 août 2016

Des richesses culinaires insoupçonnées dans nos champs et forêts