ICI Radio-Canada Première

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h à 12 h 
(en rediffusion à 19 h) 

Hugo Lavoie

Bien dans son assiette
Logo Radio-Canada

Art de vivre

La facture alimentaire des Fêtes

Le mardi 22 décembre 2015

Une dinde rôtie à la façon de Martha Stewart
Une dinde rôtie à la façon de Martha Stewart     Photo : marthastewart.com

La facture des Fêtes ne sera pas plus élevée cette année, mentionne notre chroniqueur en économie, Jean-Philippe Cipriani, qui est allé vérifier les chiffres des producteurs, des associations de détaillants et de Statistique Canada. Il est souvent question de la hausse du prix des aliments (350 $ de plus en 2016, selon l'Université Guelph), mais, fait à remarquer, le prix de la dinde est en forte baisse. 
 
Le prix de la dinde est en baisse par rapport à l'an dernier d'à peu près 10 %, notamment parce qu'il y a beaucoup de dindons surgelés en stock. D'ailleurs, le prix n'a à peu près pas changé depuis 35 ans, en dollar constant, c'est-à-dire ajusté avec l'inflation. Étant donné que le coût de la vie a augmenté pendant ce temps d'environ 2 % par année : la dinde coûte donc à peu près 70 % de moins. Certains supermarchés donnent la dinde quand vous présentez une grosse facture.  
 
Pour ce qui est du rôti de bœuf, un autre classique des Fêtes, c'est le contraire : le prix a doublé en 20 ans. Il est à 30 $ le kilogramme. Le jambon de Noël a pris 30 % depuis un an. Le pain, les pommes de terre, les fruits et les légumes ont augmenté de 5 % par rapport à l'an dernier, plus de deux fois le niveau de l'inflation. Les canneberges sont plus chères de presque 50 %. Les prix du foie gras, du caviar, des fruits de mer sont restés stables. 
 
La Grande-Bretagne a fabriqué un indice qui compare les prix de la nourriture de Noël qui s'appelle le Christmas Dinner Index, l'indice du souper de Noël. C'est simple : l'évolution des prix d'une vingtaine d'aliments des Fêtes est surveillée année après année. En tenant compte de l'inflation, la facture de cette année est légèrement moins élevée qu'en 2005 ou qu'en 2010. Il s'agit de l'année, en Grande-Bretagne, où les victuailles sont les moins chères depuis quatre ans. Elles sont moins chères d'un pour cent que l'an dernier. Le chocolat est le produit dont le prix a le plus augmenté : plus de 15 % d'augmentation, selon l'index.


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

30 juin 2016

Les kébabs bannis du centre historique de Florence

30 juin 2016

Le brocoli à toutes les sauces, de toutes les manières

29 juin 2016

Le rhum de la Barbade, un accident devenu tradition

28 juin 2016

Des restaurants abordables parmi les meilleurs au monde

28 juin 2016

Manger sauvage : salicorne, champignons et baies d'amélanchier au menu

27 juin 2016

Les éleveurs de porc du Québec, déjà 50 ans