ICI Radio-Canada Première

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h à 12 h 
(en rediffusion à 19 h) 

Francis Reddy

Bien dans son assiette
Logo Radio-Canada

Art de vivre

Cinq mythes à déconstruire sur le blé

Le mardi 5 juillet 2016

Pierre Gélinas et Hélène Laurendeau défont les mythes liés à la consommation de blé.
Pierre Gélinas et Hélène Laurendeau défont les mythes liés à la consommation de blé.     Photo : Radio-Canada/ Amarilys Proulx et Michel Harvey

Il est vrai et il est faux de dire que le blé nous rend malades. Le chercheur agroalimentaire Pierre Gélinas s'attaque ainsi aux mythes qui touchent à la consommation de blé. La nutritionniste Hélène Laurendeau propose, quant à elle, de remplacer le blé par des légumineuses ou d'autres grains, pour ceux qui doivent malgré tout varier leur alimentation.  
 
« Le blé nous rend malades. » 
Vrai et faux. Pour les gens atteints de la maladie coeliaque, le blé est dangereux, mais seulement 0,5 à 1 % de la population en souffre.  
 
« Le blé est difficile à digérer. » 
Vrai et faux. On sait maintenant depuis une trentaine d'années que le blé peut effectivement être incommodant pour certaines personnes. « Il y a des gens qui sont vraiment malades à cause du blé, mais c'est un phénomène minoritaire », souligne le Dr Gélinas. Le blé contient des fibres solubles et insolubles, qui peuvent en effet être indigestes et causer des effets néfastes chez certains, notamment des gaz, un peu comme le font les légumineuses.  
 
« Le blé d'autrefois était meilleur pour la santé. » 
Faux. Le blé a beaucoup changé, mais il ne faut pas penser qu'il y a un complot, souligne Pierre Gélinas. L'hybridation « débridée » du blé a donné des variétés de blé qui sont plus grosses, et plus résistantes, ce qui fait que le blé d'aujourd'hui contient plus d'inuline, une molécule à laquelle certaines personnes sont allergiques. Les grains anciens comme l'emmer, l'engrain, l'épeautre ou le Kamut, ont en effet un goût différent, mais ils ne sont pas plus ou moins santé, tant qu'ils ne sont pas raffinés.  
 
« Le blé bio, c'est plus santé. » 
Faux. La composition du blé ne change pas en fonction du fait qu'il soit biologique ou non. Il n'y a pas de preuves que le blé bio est meilleur pour la santé. Il n'a pas été prouvé qu'on peut trouver des traces d'herbicides dans le pain qu'on mange.  
 
« Il y a plus de gluten dans le pain d'aujourd'hui. »
 
Faux. Il y a plus de variétés de pain aujourd'hui et on mange moins de pain de blé qu'auparavant, mais la différence s'arrête là.  
 
« Les pains au levain contiennent moins de gluten que les autres. » 
Faux. Le pain au levain est plus goûteux et meilleur selon certains. Toutefois, le gluten est une protéine et elle ne disparaît pas avec la fermentation ou la cuisson.  
 
Varier son alimentation : remplacer le blé de temps en temps  
 
Le matin, la nutritionniste conseille de remplacer le pain par des oeufs brouillés, un frappé aux fruits, des fruits et du yogourt, un bol de gruau d'avoine ou des galettes de sarrasin.  
 
Le midi ou le soir
, remplacer le sandwich par une salade, le couscous par de l'orge ou de la kacha, le hot-dog par des saucisses et des lentilles, et les pâtes par le risotto. 
 
Au dessert, remplacer la tarte par le clafoutis aux fruits, le pouding chômeur par le pouding au riz, et le gâteau au chocolat par de la crème glacée au chocolat.  
 
 
 
 
 
 
 


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

19 août 2016

Le secret d'un punch bien réussi pour l'heure de l'apéro

18 août 2016

La tomate, reine de la cuisine

18 août 2016

Réfugiées syriennes : la cuisine comme outil d'intégration

17 août 2016

Des brasseurs qui sortent des sentiers battus

16 août 2016

Négliger l'heure du lunch : une bien mauvaise habitude

16 août 2016

Des richesses culinaires insoupçonnées dans nos champs et forêts