ICI Radio-Canada Première

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h à 12 h 
(en rediffusion à 19 h) 

Hugo Lavoie

Bien dans son assiette
Logo Radio-Canada

Art de vivre

Comment devenir fermier urbain, selon Curtis Stone

Le lundi 28 mars 2016

Curtis Stone, fermier urbain livre ses techniques de culture intensive sur petite surface.
Curtis Stone, fermier urbain livre ses techniques de culture intensive sur petite surface.     Photo : Radio-Canada/Gabrielle Lamontagne-Hallé

Curtis Stone, de Kelowna en Colombie-Britannique, est un des rares fermiers urbains à avoir transformé un petit projet d'agriculture urbaine en ferme commerciale. Pourtant, il ne cultive qu'un demi-acre de terrain, et n'avait investi que 7000 $, lorsqu'il a commencé l'aventure en 2010. La journaliste Gabrielle Lamontagne-Hallé l'a rencontré lors du lancement de son dernier livre The Urban Farmer, afin de comprendre à quoi tient son succès. 
 
Le fermier urbain croit que ce genre d'entreprise est possible dans toutes les villes de taille moyenne (il cite d'ailleurs en exemple Trois-Rivières et Sherbrooke), à condition d'avoir un coût de départ très bas, de choisir ses cultures avec précaution et de s'assurer de ne pas avoir plus de terrain qu'on peut en entretenir. Pour Curtis Stone, la solution a été de cultiver des potagers sur des pelouses des maisons de gens qu'il connaît, de les payer en légumes et de faire la livraison de fruits et de légumes à bicyclette.


EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Green City Acres

Le site web de l''entreprise de Curtis Stone

Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

28 juillet 2016

C'est la saison du maïs!

28 juillet 2016

Un agriculteur en plein centre de Rosemont-La Petite-Patrie

22 juillet 2016

Pour l'apéro, essayez les bières sures d'été

21 juillet 2016

C'est la saison des betteraves de toutes les couleurs

15 juillet 2016

Réinventer la tradition familiale en fabricant des vinaigres

15 juillet 2016

Deux sommeliers parlent de nostalgie et de mousseux canadiens