ICI Radio-Canada Première

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h à 12 h 
(en rediffusion à 19 h) 

Francis Reddy

Bien dans son assiette
Logo Radio-Canada

Art de vivre

15 000 litres d'eau pour un kilo de bœuf

Le mercredi 25 novembre 2015

Des boeufs sur une ferme
Des boeufs sur une ferme     Photo : ICI Radio-Canada

Faut-il vraiment 15 000 litres d'eau pour produire un kilogramme de bœuf? Le chiffre est très frappant – c'est l'équivalent d'une petite piscine... Pour sa chronique « L'épreuve des faits », Ève Beaudin s'intéresse à une des façons dont on évalue les répercussions d'une industrie agricole sur l'environnement, « l'empreinte eau ». 
 
L'empreinte eau est comparable à l'empreinte carbone, qui sert à mesurer les émissions de gaz à effet de serre liées à nos déplacements ou à l'agriculture. Water Footprint Network fait ces calculs en utilisant notamment des données de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO). 
 
Pour les fruits, les légumes et les céréales, le calcul est donc fait sur l'eau. Pour cultiver 1 kilo de blé, par exemple, on utilisera plus ou moins 1000 litres d'eau (une moyenne à l'échelle planétaire). Le calcul pour le bétail est plus compliqué : en plus de l'eau qu'il boit pendant sa vie, il faut calculer ce qu'il mange, puisqu'il faut de l'eau pour cultiver les grains et les fourrages. Pour un bœuf qui vit 3 ans pour atteindre 200 kilos, voici le calcul : 
- 24 000 litres d'eau qu'il boira en 3 ans;  
- 7000 litres d'eau utilisés à la ferme et à l'abattoir; 
- 3 000 000 de litres d'eau qui se cachent derrière les 8500 kilos de grains et de fourrage qu'il mangera durant sa vie. 
 
Pour un total de plus de 3 091 000 litres d'eau pour un bœuf de 200 kilos, ce qui fait environ 15 000 litres pour 1 kilo de bœuf. D'autres animaux sont moins gourmands en eau : 6000 litres par kilo de porc, 4000 litres d'eau par kilo de poulet. Le café en exige encore plus : 18 900 litres d'eau par kilo. Le vin, pour sa part, demande 960 litres d'eau pour 1 litre de vin. Ce sont les légumineuses, les fruits et les légumes qui en demandent le moins.  
 
Cet outil est imparfait, mais utile. Dans un contexte de changements climatiques, avec la rareté de l'eau qui touche des millions de personnes et la population mondiale grandissante, il peut aider à mieux utiliser l'eau et à développer de meilleures pratiques agricoles. Finalement l'empreinte eau du bœuf reste 20 fois plus importante que celle des céréales, et par gramme de protéines, six fois plus importante que celle des légumineuses. 
 
Le site de Water Footprint Network >>


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

19 août 2016

Le secret d'un punch bien réussi pour l'heure de l'apéro

18 août 2016

La tomate, reine de la cuisine

18 août 2016

Réfugiées syriennes : la cuisine comme outil d'intégration

17 août 2016

Des brasseurs qui sortent des sentiers battus

16 août 2016

Négliger l'heure du lunch : une bien mauvaise habitude

16 août 2016

Des richesses culinaires insoupçonnées dans nos champs et forêts