ICI Radio-Canada Première

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h à 12 h 
(en rediffusion à 19 h) 

Francis Reddy

Bien dans son assiette
Logo Radio-Canada

Art de vivre

Fiducie agricole : une solution de rechange à l'endettement

Le lundi 5 octobre 2015

Sans la fiducie, Anne Roussel n'aurait jamais repris la ferme de ses parents
Sans la fiducie, Anne Roussel n'aurait jamais repris la ferme de ses parents     Photo : Radio-Canada/Julien Lafille

Des fermiers propriétaires qui renoncent à leurs terres agricoles pour les protéger : c'est le modèle des fiducies foncières agricoles qui est en train de faire ses preuves au Québec. Julien Lafille est allé rencontrer les agriculteurs québécois qui ont lancé ce modèle il y a cinq ans. 
 
Lorsqu'elle était plus jeune, Anne Roussel n'envisageait pas de reprendre l'entreprise de ses parents, la Ferme Cadet-Roussel, à Mont-Saint-Grégoire en Montérégie. « J'ai toujours dit que je ne prendrais jamais la relève à la ferme, parce que j'ai vu mes parents endettés toute leur vie. Toutefois, lorsque la fiducie s'est concrétisée, j'ai eu une révélation en voyant tous les gens qui étaient prêts à soutenir une ferme. » 
 
Arnaud Mayet croit que la fiducie permet de protéger la vocation des fermes, et notamment de lutter contre la monoculture 
Arnaud Mayet croit que la fiducie permet de protéger la vocation des fermes, et notamment de lutter contre la monoculture Photo : Radio-Canada/Julien Lafille 
 
À l'automne 2010, la Ferme Cadet-Roussel est devenue la première fiducie foncière agricole d'utilité sociale au Québec. En vertu de celle-ci, le fonds de terre n'appartient plus aux agriculteurs occupants et ne peut servir à autre chose qu'aux activités agricoles biologiques, et ce, à perpétuité. 
 
Le conjoint d'Anne Roussel, Arnaud Mayet, y voit lui aussi des avantages. En plus d'éviter le surendettement, la fiducie garantit la vocation de la ferme. « Si la ferme n'avait pas été achetée par la fiducie, ce serait sans doute le voisin qui l'aurait achetée et qui y aurait cultivé du soya ou du maïs en monoculture. » Arnaud Mayet se réjouit de pouvoir continuer à cultiver une grande variété de légumes biologiques destinés à des paniers qui prennent principalement la route vers Montréal. 
 
Ce sont les fiducies agricoles allemandes qui ont surtout inspiré la famille Roussel. Le modèle est aussi répandu ailleurs en Amérique du Nord, entre autres au Vermont ou dans l'Ouest canadien. 
 
Remplissage des paniers pour la livraison à Montréal 
Remplissage des paniers pour la livraison à Montréal Photo : Radio-Canada/Julien Lafille 
 
Au Québec, une deuxième fiducie a vu le jour cette année dans la région de Chaudière-Appalaches. Le président de la fiducie Protec-Terre, Hubert Lavallée, affirme qu'une vingtaine de projets sont actuellement en démarrage dans la province.


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

19 août 2016

Le secret d'un punch bien réussi pour l'heure de l'apéro

18 août 2016

La tomate, reine de la cuisine

18 août 2016

Réfugiées syriennes : la cuisine comme outil d'intégration

17 août 2016

Des brasseurs qui sortent des sentiers battus

16 août 2016

Négliger l'heure du lunch : une bien mauvaise habitude

16 août 2016

Des richesses culinaires insoupçonnées dans nos champs et forêts