ICI Radio-Canada Première

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h à 12 h 
(en rediffusion à 19 h et le samedi à 6 h) 

Francis Reddy

Bien dans son assiette

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
45678
9
10
1112131415
16
17
18192021
22
23
24
2526272829
30
31
 
 
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du vendredi 22 janvier 2016


Art de vivre

Les organismes d'aide alimentaire souffrent de la hausse des prix

Étienne Huot de La Récolte Espace Local, Julie Bourbonnière de Moisson Montréal et Catherine Boyer de Bonne Boîte Bonne Bouffe
Étienne Huot de La Récolte Espace Local, Julie Bourbonnière de Moisson Montréal et Catherine Boyer de Bonne Boîte Bonne Bouffe     Photo : Radio-Canada/Michel Harvey

Moisson Montréal manque de produits frais. Bonne Boîte Bonne Bouffe, un organisme qui distribue des paniers de provisions, est en difficulté financière. Pour parler des conséquences de la hausse du prix des fruits et légumes pour les organismes d'aide dans le domaine alimentaire, Francis Reddy reçoit Julie Bourbonnière, de Moisson Montréal, et Catherine Boyer, de Bonne Boîte Bonne Bouffe. Le chef Étienne Huot, qui cuisine avec des produits locaux à l'année, se joint à elles pour parler de solutions. 
 
La chute de la valeur du dollar canadien et les conditions météorologiques difficiles ont engendré une augmentation du prix des denrées alimentaires, particulièrement des produits frais. En région, la hausse des prix des fruits et légumes semble avoir moins de mauvaises conséquences sur les banques alimentaires, grâce à des ententes avec des producteurs locaux. 
 
Les chiffres dévoilés par Julie Bourbonnière, directrice des communications et du financement de Moisson Montréal, parlent d'eux-mêmes : l'organisme sans but lucratif (OSBL) prévoit recevoir 100 tonnes de fruits et légumes en janvier 2016, comparativement aux 500 tonnes habituelles. De plus, les produits provenant principalement de la récupération dans les supermarchés sont de moins bonne qualité. L'OSBL demande de l'aide. 
 
L'organisme Bonne Boîte Bonne Bouffe (BBBB), un regroupement d'achats collectifs, a pour mission d'améliorer l'accès à une alimentation saine et variée pour les personnes démunies. La directrice générale, Catherine Boyer, explique que Centraide s'est désengagé, ce qui fait que l'organisme a perdu une source importante de financement.  
 
BBBB achète de grandes quantités de fruits et de légumes frais, principalement directement de producteurs locaux, puis les redistribue aux participants selon leurs besoins. Les livraisons de paniers ont lieu dans différents organismes communautaires, mais aussi dans des HLM, des CLSC, des éco­quartiers et des écoles. Plus de 59 000 paniers de provisions ont été distribués en 2015. 
 
Étienne Huot est chef et copropriétaire du restaurant La Récolte Espace Local. Pour lui, l'augmentation du prix des fruits et légumes, surtout ceux d'importation, n'est pas un souci. Il aime particulièrement cuisiner avec les légumes racines locaux : panais, navet, carotte, topinambour, radis noirs... Les tomates, les laitues, les pousses cultivées en serre sont accessibles à l'année. Avec ces produits de base, il faut faire preuve de créativité. 

Cuisiner local en toute saison

Plusieurs restaurateurs montréalais se targuent d'offrir une cuisine du marché, composée de produits locaux. Mais une fois les dernières courges cueillies et l'hiver commencé, comment font-ils pour continuer à mettre le Québec dans l'assiette? Métro a demandé à trois chefs de dévoiler leurs trucs pour conserver les bons produits québécois jusqu'au printemps.

 

Art de vivre

Les défis d'un restaurateur tunisien à Dieppe

Mohamed Ali M'Halla propriétaire du Blue Olive à Dieppe
Mohamed Ali M'Halla propriétaire du Blue Olive à Dieppe     Photo : Radio-Canada/Amélie Gosselin

Des produits exotiques sont de plus en plus accessibles en région, notamment dans les Maritimes. Notre collaboratrice Amélie Gosselin constate que depuis une dizaine d'années, plusieurs restaurants de cuisine du monde ont ouvert. Il est possible de manger japonais à Caraquet, libanais à Fredericton, thaïlandais à Campbellton, malaisien à Moncton... 
 
En épicerie aussi, il y a des produits importés qu'on ne voyait pas auparavant, mais cette offre ne vient pas sans défis. Les restaurateurs et les marchants doivent faire preuve de beaucoup d'ingéniosité pour avoir des prix raisonnables et être approvisionnés convenablement. La journaliste a rencontré Mohamed Ali M'Halla, le propriétaire d'origine tunisienne du Blue Olive à Dieppe, au Nouveau-Brunswick. Son restaurant méditerranéen offre merguez tunisiennes et chiches taouks. On y trouve également une épicerie de produits importés.

Art de vivre

Cuisiner les fruits et légumes en hiver et histoire de régimes et de diètes

Les produits frais coûtent cher en ce moment.
Les produits frais coûtent cher en ce moment.     Photo : CBC

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
1
2
3
45678
9
10
1112131415
16
17
18192021
22
23
24
2526272829
30
31
 
 
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Bien dans son assiette

Réseaux Sociaux Bien dans son assiette Bien dans son assiette