ICI Radio-Canada Première

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h à 12 h 
(en rediffusion à 19 h) 

Francis Reddy

Bien dans son assiette

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12345
6
7
89101112
13
14
15
16
171819
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mardi 16 août 2016


Art de vivre

Négliger l'heure du lunch : une bien mauvaise habitude

Près de 62 % des gens mangent leur lunch à leur bureau.
Près de 62 % des gens mangent leur lunch à leur bureau.     Photo : iStock

Le travailleur moyen mange plus de 10 000 repas et collations au travail. Vu cette fréquence, mieux vaut adopter de bonnes habitudes alimentaires. Hélène Laurendeau donne à Hugo Lavoie quelques trucs pour mieux se nourrir au bureau, qui permettent aussi d'optimiser la performance au travail, de réduire le stress et le risque de maladies, en plus de rendre plus heureux. 
 
Les collations. Faites des réserves pour être certains d'avoir toujours des collations nourrissantes à portée de main. Hélène Laurendeau propose : 
 
- des sachets de gruau instantané, 
- des céréales à déjeuner riches en fibres et peu sucrées, 
- des barres de céréales qui ont une courte liste d'ingrédients, 
- des craquelins de grains entiers, 
- des boîtes de jus de tomate, 
- des petites boîtes de thon, 
- des noix (pistaches, pacanes, arachides, amandes au tamari, etc.), 
- des compotes de fruits sans sucre ajouté, 
- des fruits séchés (abricots, canneberges, dattes, figues, pruneaux dénoyautés), 
- du maïs soufflé nature. 
 
Manger devant l'ordinateur. Cette mauvaise habitude sédentaire peut causer des troubles de vision et contribue aussi à augmenter le tour de taille. Allez casser la croûte dehors si la météo le permet, ou profitez de l'occasion pour apprendre à mieux connaître vos collègues en mangeant avec eux.  
 
Avoir une bonne hygiène. Le lieu de travail fourmille de bactéries, de moisissures et de microbes, que ce soit sur les claviers, les téléphones, les boutons d'ascenseurs ou les poignées. Lavez-vous les mains avant de manger! Nettoyez aussi votre surface de travail et l'endroit où vous mangez régulièrement.  
 
Changer ses habitudes. Par courtoisie ou par habitude, de la nourriture est souvent fournie lors de réunions, de pauses café et de lunchs de travail. Pourquoi ne pas proposer qu'on remplace biscuits, beignes et viennoiseries par des fruits, des bagels coupés en morceaux et des minimuffins? 
 
S'hydrater. Buvez beaucoup d'eau. Vous pouvez aussi utiliser des fruits, des légumes et des herbes de la saison pour concocter des eaux aromatisées. Hélène Laurendeau propose différentes combinaisons : concombre + lime + pêche, menthe + framboises, ou fraises + basilic.

Art de vivre

Des richesses culinaires insoupçonnées dans nos champs et forêts

Un papillon monarque sur une fleur d'asclépiade
Un papillon monarque sur une fleur d'asclépiade     Photo : Daniel Allard

Au-delà des champignons, bien des plantes sauvages peuvent agrémenter ou carrément composer notre assiette. Marie-France Abastado s'est rendue à Saint-Faustin-du–Lac-Carré pour suivre un des ateliers de Gourmet sauvage, une entreprise qui enseigne notamment comment identifier et cuisiner les plantes comestibles de la flore québécoise. Elle y a découvert l'ail penché, le chou gras, la consoude, la carotte sauvage, le sureau rouge et l'asclépiade.  
 
« Je vais avoir de la difficulté à aller marcher sans regarder par terre », blague un des participants, qui se dit inspiré par la formation. Un second explique qu'il trouve pertinent et important de redécouvrir le terroir et le patrimoine culturel du Québec, ce qui permettrait d'éviter d'importer des légumes d'ailleurs.  

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Faire de l''essence de mélilot

La première partie du reportage de Marie-France Abastado chez Gourmet sauvage.

HYPERLIEN - L''art de la cueillette

Portrait de deux entrepreneurs

HYPERLIEN - Gourmet sauvage

La page web de l''entreprise

Environnement

Réchauffement climatique : le rôle des artisans de la terre

Une plante verte dans la terre
Une plante verte dans la terre     Photo : iStock

On parle souvent de l'effet des changements climatiques sur l'agriculture, mais l'agriculture pourrait aussi aider dans la lutte au réchauffement planétaire. David Savoie a rencontré Julie Lefort, qui vise à ce que son entreprise, la serre Lefort, soit carboneutre d'ici 2019. 
 
« J'ai eu la volonté de faire une culture biologique et de prendre soin de l'environnement pour mes enfants, souligne Julie Lefort. Quand j'ai été enceinte de ma première fille, j'ai commencé à faire plus attention à mon corps, et j'ai voulu faire la même chose pour la planète. »  

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12345
6
7
89101112
13
14
15
16
171819
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Bien dans son assiette

Réseaux Sociaux Bien dans son assiette Bien dans son assiette