ICI Radio-Canada Première

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h à 12 h 
(en rediffusion à 19 h) 

Francis Reddy

Bien dans son assiette

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12345
6
7
8
9101112
13
14
1516171819
20
21
2223242526
27
28
29
 
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du lundi 8 février 2016


Art de vivre

Richard Béliveau : prévenir le cancer par la nutrition

Richard Béliveau coauteur avec Denis Gingras du livre <em>Les aliments contre le cancer</em>

Une étude à grande échelle a démontré que la consommation de pêches et de nectarines pouvait réduire jusqu'à 40 % l'incidence de cancer du sein chez la femme. C'est une des nouvelles recherches sur le cancer dont tient compte l'édition revue et augmentée du livre Les aliments contre le cancer, paru il y a 10 ans. Francis Reddy reçoit Richard Béliveau, coauteur de l'ouvrage.  
 
Depuis la parution de la première édition du livre, qui s'est vendue à plus de 700 000 exemplaires et dans plusieurs langues, des milliers de nouvelles études sur le cancer ont été réalisées. Les auteurs se sont basés sur le rapport du Fond mondial pour la recherche sur le cancer (World Cancer Research Fund International), qui a émis 10 recommandations à partir de 400 000 études répertoriées dans le monde.  
 
Ces nouvelles études ont été faites sur de très vastes cohortes d'hommes et de femmes. Par exemple, sur 40 000 femmes qui ont suivi pendant 10 ans un régime méditerranéen, on a observé une réduction de 60 % du nombre de cas de cancer du sein. Le tabac est responsable du tiers des mortalités dû au cancer, le deuxième tiers est causé par l'obésité et l'alimentation. Pour les deux grands tueurs au Canada, le cancer du poumon et du côlon, il a été estimé que 90 % de ces cancers pouvaient être prévenus avec des changements liés au mode de vie.  
 
« Quand vous êtes minces, quand vous bougez beaucoup, quand vous ne fumez pas, quand vous mangez beaucoup de végétaux, vous créez dans vos tissus un environnement physiologique hostile à la sélection des cellules cancéreuses. » – Richard Béliveau 
 
D'autres études qui regardent de près les propriétés anti-inflammatoires de l'huile d'olive ont été prises en compte. Plus de 800 composés phytochimiques ayant des incidences sur la protection contre le cancer ont été isolés dans le café : « Ça donne une réduction de 20 % de l'incidence du cancer dans son ensemble, pour le cancer du sein, c'est 56 %, le cancer du foie, 40 %, et le mélanome 18 %. Ce n'est pas la caféine, mais les autres molécules qui font la signature organoleptique du café. » 
 
Des études ont démontré qu'en deux semaines, la simple adoption d'une alimentation qui contient beaucoup de végétaux changeait de façon spectaculaire la composition de la flore intestinale, associée de près au fonctionnement du cerveau : « Le ventre, c'est le deuxième cerveau, quand vous mangez bien, vous jouez sur votre ventre et vous jouez sur votre bien-être aussi », conclut le chercheur. 
 
Richard Béliveau est professeur de biochimie à l'Université du Québec à Montréal et directeur scientifique de la Chaire de recherche en prévention et traitement du cancer. Denis Gingras est titulaire d'un doctorat en physiologie, il a été 15 ans chercheur spécialisé en oncologie au service d'hémato-oncologie de l'Hôpital Sainte-Justine. 
 
Les Aliments contre le cancer, nouvelle édition revue et augmentée, de Richard Béliveau et Denis Gingras, Éditions Trécarré

Art de vivre

Pour la Saint-Valentin : un menu riche en aliments aphrodisiaques

Le melon d'eau est un fruit qui possède des propriétés aphrodisiaques
Le melon d'eau est un fruit qui possède des propriétés aphrodisiaques     Photo : iStock

Des asperges, de la viande rouge, des champignons, des piments forts au choix et même des fromages composent le menu idéal pour la fête des amoureux, concocté par notre chimiste en résidence, Normand Voyer. Ces aliments sont tous reconnus scientifiquement pour leurs propriétés aphrodisiaques. 
 
Les asperges fraîches sont riches en acide folique, ce qui contribue à la production d'un neurotransmetteur appelé l'histamine. Sécrétée lors de l'orgasme, cette substance en améliorerait la qualité. Elle contient aussi une composante que l'on trouve uniquement dans ce légume et qui a la propriété non seulement de contrer la dysfonction érectile, mais de la favoriser. 
 
Les champignons constituent la meilleure source de vitamine D3. Celle-ci augmente la production d'hormones sexuelles, l'estrogène et la testostérone, associées à la libido. Le portobello et le shiitake sont les champignons qui contiennent le plus de cette vitamine. 
 
Consommer une bonne quantité de viande rouge est aussi conseillée. Ce type de protéine contient du zinc, ce qui diminue la sécrétion de prolactine, une hormone associée à la dysfonction sexuelle et à la perte de désir, tant chez l'homme que chez la femme. Les huîtres sont aussi très riches en zinc. Les haricots rouges et blancs en contiennent également, mais en moins grande concentration. 
 
Les piments forts, soit le piment d'Espelette ou le jalapeño, contiennent de la capsaïcine, ce qui augmente la chaleur corporelle et le rythme cardiaque et entraîne la transpiration corporelle. Des recherches ont démontré que l'androstérone, un composé chimique présent dans la sueur masculine, attire les femmes.  
 
Le fromage est riche en tryptophanes. La consommation de cet acide aminé stimule la production de sérotonine, l'hormone du bonheur, ce qui nous met dans de bonnes dispositions pour célébrer. La mozzarella est le fromage qui contient le plus de tryptophanes. Les amandes et les graines de chia en contiennent aussi beaucoup. 
 
En ce qui concerne les fruits, le melon d'eau est riche en citrulline, permettant la dilatation des vaisseaux sanguins, diminuant la pression artérielle et augmentant le flot dans les zones érogènes. Des études ont démontré qu'il pouvait être un substitut au Viagra. 
 
Le chef Guillaune CantinLe chef Guillaune Cantin Photo : Radio-Canada/Michel Harvey 
 
La suggestion de menu de Saint-Valentin du chef Guillaume Cantin 
Il suggère une viande rouge, du bœuf, par exemple, en tataki, soit très brièvement saisie à la poêle, puis marinée et coupée en tranches fines. Des asperges vertes, blanchies à l'eau salée, servent d'accompagnement. Le champignon portobello demande un soin particulier. Il faut retirer le chapeau de la tige et enlever une fine couche de pelure. 
 
Après avoir enduits les champignons d'un peu d'huile de tournesol, il faut les assaisonner d'ail finement haché et de thym, et les faire cuire doucement sur une tôle avec papier sulfurisé, à 250 °F, de 2 à 3 heures. La viande peut être servie avec des morceaux de mozzarella saupoudrés de piment sec d'Espelette, ou Gorria dans sa version québécoise, et garnie de feuilles de basilic frais.

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12345
6
7
8
9101112
13
14
1516171819
20
21
2223242526
27
28
29
 
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Bien dans son assiette

Réseaux Sociaux Bien dans son assiette Bien dans son assiette