ICI Radio-Canada Première

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h à 12 h 
(en rediffusion à 19 h) 

Francis Reddy

Bien dans son assiette

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12
3
45
6
7
89101112
13
14
1516171819
20
21
2223242526
27
28
29
 
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mercredi 3 février 2016


Art de vivre

Cuisiner avec l'érable en hommage à la nature

Les chefs Philippe Laloux et Emmanuel Renaut
Les chefs Philippe Laloux et Emmanuel Renaut     Photo : Radio-Canada/Michel Harvey

Pour le chef français Emmanuel Renaut, les produits de l'érable ont une grande valeur dans le type de cuisine qu'il préconise : « On met la nature dans le cœur de notre travail. » À l'occasion d'un événement organisé par les Produits d'érable du Québec, il était invité avec d'autres chefs à créer des plats retraçant l'histoire de l'utilisation de l'érable, depuis les Amérindiens jusqu'à aujourd'hui. Ils étaient même invités à se projeter dans le futur. Francis Reddy le reçoit. 
 
Emmanuel Renaut est chef propriétaire du restaurant Flocons de Sel à Megève, en Haute-Savoie, au beau milieu du massif du Mont-Blanc. Il aime dire qu'il aime mettre des morceaux de montagne dans les assiettes. Pour lui, les produits de la nature sont importants, et ceux de l'érable, qu'il connaissait très peu, sont de ces ingrédients qu'il va utiliser dans sa cuisine, parce que ça correspond aux valeurs qu'il défend. Il a éliminé le foie gras et les poissons de la mer pour n'utiliser que les poissons des lacs de sa région, tout comme des produits issus de la forêt par exemple. 
 
Faire de la cuisine un art tout simple 
« Les chefs sont un peu comme les peintres, ils s'expriment avec fort peu d'ingrédients », lance l'autre invité de Francis Reddy, le chef Philippe Laloux. Depuis quelques années, il s'inspire du végétarisme indien pour avoir une nouvelle approche en cuisine, beaucoup plus proche des cycles de la nature et sensible à la terre. Pour lui, faire de la cuisine végétarienne ne consiste pas simplement à remplacer la viande par du tofu ou des œufs dans les recettes. 
 
Il y a 20 ans, Philippe Laloux a quitté le monde de la restauration, mais il est resté dans cet univers, loin de la pression du travail quotidien. Son désir a été de se ressourcer et de revenir à l'essentiel. Il a décidé de devenir traiteur, cuisinier à domicile. Au cœur de l'hiver pendant les périodes plus creuses, il a commencé à aller en Inde : « J'ai adoré le pays, j'y ai aussi découvert une cuisine qui me permet de renouveler mon répertoire culinaire. » Il y a trouvé une tout autre manière d'envisager la nourriture où les épices sont un ingrédient à part entière. « Voyager, s'imprégner des autres, rester soi-même, le monde est un bouillon dans lequel chaque légume reste entier, mais participe à la même saveur. » 
 
Le bonheur de cuire, Philippe Laloux, éditions Québec Amérique 

J'aime l'érable | Le sirop d'érable et les produits d'érable du Québec, sucre 100 % naturel, recettes santé, alimentation naturelle et gastronomie

 

Art de vivre

Quand technologie et terroir s'harmonisent

Caithrin Rintoul et Antonin Mousseau-Rivard discutent de l'utilité de l'application Provender pour les producteurs et les restaurateurs.
Caithrin Rintoul et Antonin Mousseau-Rivard discutent de l'utilité de l'application Provender pour les producteurs et les restaurateurs.     Photo : Radio-Canada/Janic Tremblay

Caithrin Rinthoul a travaillé dans le milieu de la restauration, notamment trois années au Pied de Cochon. Il est aussi un peu geek et il a réalisé que la technologie pouvait jouer un rôle de liant pour faire prendre la sauce entre producteurs et restaurateurs. Il a créé une application qui fait le lien direct entre les producteurs et les restaurateurs, les traiteurs, les épiceries... Janic Tremblay présente cette jeune compagnie montréalaise, Provender, qui s'est donnée la mission de mettre en relation les chefs et les producteurs locaux. 

About

Provender began in 2013 with a conversation with farmers in both the US and Canada about how to create a stronger connection with buyers. Our team had spent many years thinking about the ways that the food system could be improved through innovation, and in the Spring of 2013, backed by some curious and passionate growers and buyers, we set out to test the foundation of what became Provender.

 

Art de vivre

Un mois sans alcool, bon pour la santé sauf que...

Un plateau de boissons alcooliques
Un plateau de boissons alcooliques     Photo : iStock

Est-ce que relever le Défi 28 jours sans alcool peut être bénéfique pour le foie, pour la perte de poids, pour le sommeil, pour la performance? Consommer modérément toute l'année est infiniment mieux, selon les experts. Dans sa chronique « L'épreuve des faits », Ève Beaudin vérifie ce que la littérature scientifique dit sur le sujet. 
 
Il y a très peu de grandes études sur le sujet. Le mois sans alcool est une mode relativement récente. Une étude très intéressante menée par 14 employés du magazine anglais New Scientist à la fin de 2013 a fait beaucoup réagir. Les employés se sont soumis à une expérience. Quatre ont continué à boire, dix ont arrêté l'alcool pendant cinq semaines. À la fin, les résultats révélaient une baisse moyenne de : 
- 15 % de graisse hépatique, un indice précurseur du dommage au foie 
- 16 % de glucose dans le sang  
- 5 % de cholestérol 
- 2 % de poids 
Des études démontrent, par contre, que ceux qui arrêtent de boire auront souvent la dent plus sucrée. Pour perdre du poids, ils devront éviter de se ruer sur les desserts parfois encore plus caloriques. Il s'agit toutefois d'une petite étude marginale sans grande valeur scientifique. 
 
Il a été démontré que l'alcool perturbe les stades trois et quatre du sommeil, même chez les buveurs légers ou modérés. L'alcool empêche une bonne récupération physique et mentale. Beaucoup utilisent l'alcool pour s'endormir. En plus d'empêcher le sommeil profond, la tolérance peut s'installer rapidement. Ceux qui utilisent l'alcool pour se déstresser après une journée de travail, avec la dépendance le stress augmente par effet de rebond. 
 
Les risques du mois sans alcool ressemblent aux risques liés aux régimes : tomber dans le tout ou rien. Alors que pour l'alcool, comme pour la nourriture, la sagesse est dans la modération tout au long de l'année.

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
12
3
45
6
7
89101112
13
14
1516171819
20
21
2223242526
27
28
29
 
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Bien dans son assiette

Réseaux Sociaux Bien dans son assiette Bien dans son assiette