ICI Radio-Canada Première

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h à 12 h 
(en rediffusion à 19 h) 

Francis Reddy

Bien dans son assiette

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
1
2345
6
7
89101112
13
14
1516171819
20
21
2223242526
27
28
29
 
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du lundi 1 février 2016


Art de vivre

Les croyances alimentaires qui nous empêchent d'aller bien

Dre Alexandra Dalu, auteur de <em>Vivre en santé, ces fausses vérités qui nous font du mal</em>
Dre Alexandra Dalu, auteur de Vivre en santé, ces fausses vérités qui nous font du mal     Photo : editionsedito.com/Patricia Franchino

D'un point de vue nutritionnel, le lait n'équivaut pas au fromage ni au yogourt puisque le lactose, le sucre du lait, est transformé dans ces aliments. Ils deviennent ainsi plus faciles à digérer. Voilà une des 100 idées reçues auxquelles s'attaque la Dre Alexandra Dalu dans son livre Vivre en santé, ces fausses vérités qui nous font du mal. Francis Reddy lui demande de donner quelques exemples 
 
L'hiver, il faut manger davantage : faux 
La température du corps demeure constante à l'année et il n'y a pas raison de manger davantage en hiver. Selon la Dre Dalu, le manque de lumière en hiver joue toutefois un rôle. Les journées écourtées d'hiver entraînent des modifications hormonales qui modifient notre besoin de manger. 
 
Le jeûne permet d'éliminer les toxines dans l'organisme : faux 
« Le vrai jeune crée des toxines, parce votre corps se trouve en stress, donc c'est un peu l'inverse de ce qu'on voudrait. » Par contre, le jeune quotidien du repas du soir jusqu'au lendemain, comprenant soirée et nuit, est pour elle un jeune physiologique intéressant, car il joue un rôle de détoxification.  
 
Le pain fait grossir : faux 
C'est toujours l'excès qui fait grossir. Tout dépend de l'équilibre entre l'apport et la dépense énergétique. Souvent, dans les repas, un autre féculent s'ajoute, ce qui entraîne une accumulation calorique.  
 
Le poisson est plus sain que la viande : faux 
Une règle de base dans l'alimentation est la variété. Elle apporte plus d'oligoéléments, de vitamines, d'antioxydants, mais laisse aussi du temps au corps pour éliminer ses toxines. Il faut varier les apports en protéine : un jour oeuf, un jour crustacé, un jour viande rouge, un jour volaille, un jour végétalien...  
 
D'abord urgentologue, Alexandra Dalu s'est finalement convertie à la médecine préventive et anti-âge. C'est en répondant aux questions d'amis et de patients qu'elle a décidé de démêler le vrai du faux des idées reçues les plus répandues en alimentation. L'ouvrage s'appuie sur une importante bibliographie scientifique. 
 
Vivre en santé, ces fausses vérités qui nous font du mal, du Dre Alexandra Dalu, Éditions Édito 

Dr DALU|Médecin et nutritionniste anti-âge|Nutritionniste - Paris 16

Présentation de l'activité d'Alexandra DALU, docteur en médecine morphologique, médecine anti-âge et nutritionniste, basée à Paris 16

 

Art de vivre

Un marché ouvert sur le monde à Rimouski

Jean-Baptiste Gouaméné dans son épicerie le Marché du Monde
Jean-Baptiste Gouaméné dans son épicerie le Marché du Monde     Photo : Radio-Canada/Hélène Raymond

Jean-Baptiste Gouaméné a surpris sa famille lorsqu'il a annoncé sa décision de devenir épicier à Rimouski. Originaire de Côte d'Ivoire, il est arrivé au Bas-Saint-Laurent en 2002 pour étudier à l'Institut maritime du Québec. La situation politique de son pays natal l'a forcé à quitter ses études pour travailler. Hélène Raymond s'est arrêtée dans son commerce devenu le point de ralliement des immigrants rimouskois et des amateurs des cuisines du monde. 
 
Le Marché du monde est devenu la référence des Réunionnais, Chinois, Colombiens, Rwandais qui vivent à Rimouski, dans les municipalités voisines et tout autour de la péninsule gaspésienne. Grâce à Jean-Baptiste, ils n'ont plus à se rendre jusqu'à Montréal pour s'approvisionner en produits étrangers. Et les consommateurs, conquis par un aliment découvert en voyage, n'ont qu'à inscrire leur trouvaille dans le livre des suggestions pour que Jean-Baptiste parte à sa recherche. 
 
Reportage sur le Marche du Monde à l'émission L'épicerie >> 

De la Côte d'Ivoire au Bas-Saint-Laurent - Rimouski espère de nouveaux visages

Lorsqu'il est arrivé à Rimouski en provenance de la Côte d'Ivoire, Jean-Baptiste Gouaméné venait étudier la logistique des transports à l'Institut maritime du Québec. Depuis, il a fondé une épicerie exotique à Rimouski, s'est mis en couple avec une Québécoise et n'envisage pas de retourner s'établir en Côte d'Ivoire avant ses vieux jours.

 
 
 

Art de vivre

Annoncer une tendance culinaire crée la tendance

Cassoulet végétarien de Dany St-Pierre
Cassoulet végétarien de Dany St-Pierre : un des mets tendance 2016     Photo : Radio-Canada

Depuis une quinzaine d'années, les choix alimentaires ont beaucoup évolué : « Les gens sont dans une phase où ils préfèrent la nouveauté à la répétition », explique Normand Bourgault, spécialiste du marketing alimentaire de l'Université du Québec en Outaouais. Francis Reddy discute avec lui de l'évolution des choix alimentaires, plus que jamais sous l'influence médiatique. 
 
Jusque dans les années 90, il fallait beaucoup de temps avant qu'un nouveau produit soit adopté par les consommateurs. Certains l'adoptaient de manière précoce, mais le produit pouvait devenir d'usage courant après plus de deux ans seulement. Aujourd'hui, cette adoption se fait après de trois à quatre mois. La clef de ce changement est dans la communication. Ce sont les influences sociales reliées aux médias qui deviennent le vecteur de cette accélération. En alimentation, les leaders d'opinion sont les émissions culinaires, qui, elles-mêmes, sont influencées par les blogueurs, les journalistes, les chefs, le tout lié aux médias sociaux. 
 
L'autre façon de faire des découvertes culinaires pour les gens est d'aller dans les restaurants. De la même manière, les consommateurs ont l'habitude de se faire servir des mets qu'ils connaissent, mais dans un groupe, il y a souvent une personne plus aventureuse qui commande un mets différent. Cette personne suscite l'intérêt et crée un contexte social propice à l'influence. Selon l'expert, il y a très peu de chance, soit 5 %, qu'un consommateur achète un produit s'il n'a pas été recommandé par un message ou une relation sociale.

Art de vivre

Le défi Ferme de cuisine : quatre prototypes

Le syste`me de production alimentaire à domicile BioUnit
Le syste`me de production alimentaire à domicile BioUnit     Photo : biounit.org

Il y a deux semaines, notre chroniqueuse en agriculture urbaine, Gabrielle Lamontagne-Hallé, a présenté un concept d'agrofenêtre qui utilise des bouteilles et qui est issu de l'initiative new-yorkaise Windowfarms. Récemment, le Laboratoire sur l'agriculture urbaine de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) a dévoilé les plans d'assemblage de quatre prototypes d'installations permettant la production alimentaire domiciliaire. Ils ont été mis sur pied par des équipes multidisciplinaires. 
 
Le défi a été lancé en mars 2015, en prévision de l'événement École d'été sur l'agriculture urbaine, qui se tient à l'UQAM chaque année, au mois d'août, et qui réunit près de 200 participants issus de la francophonie pour cinq jours de formation intensive sur l'agriculture urbaine. Quatre projets soumis à un jury ont été retenus pour bénéficier d'un développement plus élaboré. 
 
Un peu à l'image du concept d'agrofenêtre, une pratique qui permet une récolte toute l'année et dont l'installation peut être assemblée dans n'importe quel appartement, on cherchait un moyen de densifier la production. On a donc demandé aux équipes de créer des prototypes qui reposent sur le concept d'économie circulaire, où « rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». 
 

Défi ferme de cuisine from JP Vermette on Vimeo.

 

Défi Ferme de cuisine: Des prototypes à découvrir et... à réaliser soi-même!

Dans le cadre de notre Défi Fermes de cuisine, AU/LAB a mandaté un vidéaste de réaliser une capsule illustrant l'objectif de l'initiative, tout en récoltant les propos des participants. Pour visionner la vidéo de réalisation des fermes de cuisine : https://vimeo.com/151422549 Bonne écoute et PARTAGER abondamment!

 
 

Accueil - BioUnit

Le BioUnit est un syste`me de culture biologique fournissant un apport quotidien en micro­-pousses, germinations et le´gumes­-feuilles. La production biologique domiciliaire conscientise le rapport alimentaire puisqu'il permet de cultiver, cueillir et croquer ses pousses et ses le´gumes directement dans sa cuisine, tout en procurant du me^me coup une grande satisfaction.

 

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
1
2345
6
7
89101112
13
14
1516171819
20
21
2223242526
27
28
29
 
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Bien dans son assiette

Réseaux Sociaux Bien dans son assiette Bien dans son assiette