ICI Radio-Canada Première

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h à 12 h 
(en rediffusion à 19 h) 

Francis Reddy

Bien dans son assiette

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
56789
10
11
1213141516
17
18
19
20212223
24
25
2627282930
31

Les meilleurs moments : �mission du lundi 19 octobre 2015


Art de vivre

Les aliments et leurs effets sur nos émotions

La psychologue Stéphanie Léonard
La psychologue Stéphanie Léonard     Photo : Radio-Canada/Michel Harvey

Les régimes alimentaires ne fonctionnent pas, parce qu'on nous prescrit une façon de manger qui met de côté nos émotions. C'est ce qu'affirme notre collaboratrice, la psychologue Stéphanie Léonard. Elle analyse la relation entre nos émotions et ce que nous mangeons, car parfois, un sentiment nous amène à manger, mais l'inverse est aussi possible; manger certains aliments provoque des émotions.  
 
La fonction de notre alimentation est de répondre à nos besoins physiologiques, mais manger est aussi une expérience multisensorielle : le goût, l'odorat, la vue, l'ouïe et le toucher sont mis à contribution. De plus, manger est intimement lié à nos rencontres sociales. 
 
Certains aliments ont des effets bien connus, mais aussi des contreparties : le chocolat remonte le moral, mais seulement à court terme, le sucre provoque une hausse d'énergie et par la suite une baisse, l'alcool initialement engourdit, désinhibe et détend, mais lorsqu'il est consommé en grande quantité, il devient un dépresseur, etc. 
 
Lorsque nous mangeons en réaction aux émotions ressenties, le lien entre certains aliments et nos sentiments devient problématique. Les effets les plus souvent recherchés sont le réconfort, l'apaisement, la récompense, l'engourdissement et le comblement d'un vide intérieur. Les problèmes apparaissent lorsqu'il y a excès et consommation régulière. Dans cette catégorie, les aliments vedettes sont sucrés, salés ou gras.  
 
« Si nous avons tendance à manger nos émotions, il faut déterminer les situations qui nous mettent à risque », conclut la psychologue.

Art de vivre

L'avenir des viandes sélectionnées des Cantons

Le bœuf certifié VSC est un bœuf du Québec, sans antibiotiques et sans hormones de croissance
Le bœuf certifié VSC est un bœuf du Québec, sans antibiotiques et sans hormones de croissance     Photo : lesviandeslaroche.com

L'abattoir Les Viandes Laroche a fermé ses portes jeudi dernier. C'est un autre abattoir québécois qui ferme et une centaine d'emplois perdus dans la région d'Asbestos. Les Viandes Laroche, c'est aussi un maillon important de la filière Viandes sélectionnées des Cantons (VSC), qui élève un boeuf québécois sans hormones ni antibiotiques. Qu'adviendra-t-il de ce boeuf? Francis Reddy joint Réal Carrier, producteur de boeuf VSC dans l'Outaouais et président du conseil d'administration de la compagnie VSC. 
 
Avec la fermeture des Viandes Laroche, VSC est à la recherche d'un nouvel abattoir et d'un distributeur pour que ses produits demeurent au Québec, sinon, cela devra se faire à l'extérieur. Les produits VSC sont surtout distribués dans les régions de Québec, de la Beauce et de l'Estrie. C'est 50 à 60 bouvillons par semaine qui sont mis en marché, mais selon le producteur Réal Carrier, il y a possibilité de tripler, et même de quadrupler cette production rapidement.  
 
Viandes sélectionnées des Cantons vend des produits québécois de niche. Le boeuf élevé sans hormones de croissance produit une viande plus tendre, car la fibre de la viande est plus fine, la croissance de l'animal est plus lente, plus naturelle. Le boeuf grossit de 2,8 lb par jour plutôt que les 3,4 lb d'un boeuf élevé avec des hormones de croissance 
 
Article sur Radio-Canada : Fermeture de Viandes Laroche d'Asbestos : 100 emplois perdus >> 
 
Le site de Viandes Laroche VSC >>

Art de vivre

Perpétuer la tradition de la pêche à l'anguille

Les trois associés de l'entreprise Les Trésors du fleuve : Rémi Hudon, Josée Malenfant et Simon Beaulieu
Les trois associés de l'entreprise Les Trésors du fleuve : Rémi Hudon, Josée Malenfant et Simon Beaulieu     Photo : Radio-Canada/Hélène Raymond

Pour capturer l'anguille, les pêcheurs en bordure de l'estuaire du fleuve Saint-Laurent utilisent une vieille technique inventée par les Amérindiens : la pêche à fascines. Il reste encore un peu d'anguilles le long du fleuve, sur les côtes de Charlevoix et du Bas-Saint-Laurent. Ceux qui continuent de les pêcher le font souvent pour perpétuer une tradition familiale. Hélène Raymond a rencontré ces pêcheurs. 
 
Les fascines sont constituées de branchages d'aulne ou de bouleau entrelacés sur des piquets pour former une clôture dans l'eau. À marée haute, les poissons la longent et la traversent par une petite ouverture. Une fois de l'autre côté, les poissons tournent en rond sans pouvoir retrouver la sortie. Les pêcheurs les recueillent ensuite à marée basse. Il reste quatre installations du genre à Rivière-Ouelle, quelques-unes à Saint-Irénée, trois à Kamouraska. 
 
Installation de la pêche à fascines 
Installation de la pêche à fascines Photo : Radio-Canada/Hélène Raymond 
 
Les pêcheurs espèrent que les tentatives de repeuplement pour ce poisson particulier donneront des résultats. C'est le cas des propriétaires de l'entreprise Les trésors du fleuve. Simon Beaulieu, Josée Malenfant et Rémi Hudon se sont associés pour mettre en commun leurs captures respectives et transformer l'anguille. Hélène Raymond les a rencontrés près d'une de leurs installations de pêche, au moment où ils allaient vérifier si la marée s'était montrée généreuse. 
 
Le site Les Trésors du fleuve >>

Art de vivre

Dénoncer les obstacles au démarrage d'une ferme

Couverture du livre «La ferme impossible» publiée aux Éditions Écosociété.
Couverture du livre «La ferme impossible» publiée aux Éditions Écosociété.     Photo : Gracieuseté Écosociété

La ferme impossible est un livre qui veut dénoncer l'étranglement des libertés entrepreneuriales des Québécois dans le domaine de l'agriculture. L'auteur, Dominic Lamontagne, voulait devenir un artisan fermier avec deux vaches, 200 poules et 500 poulets. Impossible lui a répondu le ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) et l'Union des producteurs agricoles (UPA). Il est l'invité de Francis Reddy. 
 
Le site des Éditions Écosociété >> 
 
Le blogue de Dominic Lamontagne >>

Art de vivre

Les Serres Lefort, lauréate de l'Ordre national du mérite agricole

Vue aérienne des Serres Lefort à Sainte-Clotilde
Vue aérienne des Serres Lefort à Sainte-Clotilde     Photo : culturevog.com

L'entreprise Les Serres Lefort située à Sainte-Clotilde, en Montérégie, fait partie des neuf producteurs québécois qui ont été proclamés gagnants au concours de l'Ordre national du mérite agricole, qui se déroulait cette année en Montérégie. Elle a aussi remporté le Mérite Promutuel de la prévention et le prix de la Coop fédérée à l'agroenvironnement. Francis Reddy joint Sylvain Lefort, président des Serres Lefort. 
 
Pionnière dans le développement de la culture en serres au Québec, l'entreprise Les Serres Lefort y est devenue un incontournable de la culture maraîchère. Elle dessert 70 % des semis dans la province pour les producteurs en champs. Elle produit aussi, sous contrat, une part importante des laitues Mirabel cultivées en serres. D'une seule serre à ses débuts, elle est aujourd'hui passée à 300, et elle en vise 500. Elle produit aussi les poivrons de la marque VÔG. 
 
Depuis 1890, l'Ordre national du mérite agricole souligne le travail des femmes et des hommes qui façonnent l'industrie bioalimentaire du Québec. En raison de son étendue, le Québec a été divisé en cinq territoires regroupant une ou plusieurs régions, et chacun de ces territoires est tour à tour l'hôte du concours.  
 
Les gagnants nationaux seront accueillis à la salle du Conseil législatif de l'hôtel du Parlement, à Québec, le 6 novembre prochain, où ils recevront des décorations et des prix des mains du ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation. 
 
Le site de l'Ordre national du mérite agricole >> 
 
Le site des Serres Lefort >>

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
12
3
4
56789
10
11
1213141516
17
18
19
20212223
24
25
2627282930
31

Prochainement � l'�mission

Consultez le guide horaire

Derni�re baladosiffusion disponible

Bien dans son assiette

R�seaux Sociaux Bien dans son assiette Bien dans son assiette