ICI Radio-Canada Première

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h à 12 h 
(en rediffusion à 19 h et le samedi à 6 h) 

Francis Reddy

Bien dans son assiette
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
910111213
14
15
1617181920
21
22
2324252627
28
29
30
31
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du mardi 31 mai 2016

Art de vivre

Les meilleures tables montréalaises selon le guide Gault et Millau

Lancement de l'édition montréalaise du guide <em>Gault
Lancement de l'édition montréalaise du guide Gault

Le guide français Gault et Millau a dévoilé son palmarès des 160 meilleures tables montréalaises, sélectionnées par des dégustateurs anonymes. En tête de liste : le Toqué!, qui a reçu quatre toques et dont le chef, Normand Laprise, est nommé cuisinier de l'année. Le Mousso, d'Antonin Mousseau-Rivard, en reçoit autant et obtient le titre de grand de demain. Isabelle Craig reçoit Nicolas Garbay de Gault et Millau Canada. 
 
Montréal est la première ville en Amérique du Nord à avoir son guide Gault et Millau. Nicolas Garbay, directeur des affaires culinaires pour ce guide gastronomique, annonce qu'il y aura prochainement des éditions pour d'autres grandes villes canadiennes. Le guide français est publié dans de nombreux pays, dont le Japon et l'Australie. 
 
Nicolas Garbay a formé 12 dégustateurs. Ces gastronomes sont des personnes qui mangent au restaurant de trois ou à quatre fois par semaine et qui connaissent bien les établissements de Montréal. Ils ont évalué et noté, sur une grille de pointage, différents aspects de la restauration : l'accueil, la qualité des vins, le service, le décor, l'ambiance, etc. Toutefois, 50 % des points sont attribués à la dégustation des mets. La grille a été adaptée à la situation québécoise, particulièrement en ce qui concerne les vins. Le système de pointage attribue des toques, comme le guide Michelin accorde des étoiles.

Art de vivre

Une hormone à l'origine de la perte de poids par l'exercice

Une femme exécutant un programme d'entraînement
Une femme exécutant un programme d'entraînement     Photo : iStock

Une recherche menée par un professeur en kinésiologie à l'Université du Nouveau-Brunswick à Fredericton, Martin Sénéchal, pourrait révolutionner la façon d'aborder la perte de poids. Amélie Gosselin parle de cette étude, qui cherche à déterminer si l'exercice physique est le meilleur moyen pour une personne de réduire son surplus pondéral. 
 
Des chercheurs de l'Université d'Harvard ont découvert l'hormone irisine en 2012. Elle sert à transmettre un message dans le corps après la pratique d'un exercice physique. Le taux d'irisine expliquerait pourquoi chaque corps réagit différemment à un même programme d'exercices. À partir d'une analyse sanguine, il serait possible de déterminer si l'exercice physique est le meilleur moyen pour une personne de perdre du poids. 

Science et technologie

La vache sous le regard des chercheurs

Deux vaches
Deux vaches     Photo : iStock

Une nouvelle chaire, soit la Chaire de recherche industrielle sur la vie durable des bovins laitiers, a été créée pour étudier différents aspects qui touchent la santé et le bien-être des vaches. Isabelle Craig reçoit Elsa Vasseur, titulaire de la chaire de recherche et professeure adjointe au Département de sciences animales de l'Université McGill. 
 
L'objectif de cette chaire de recherche est d'offrir des pistes de solution pour qu'elles vivent plus longtemps. Cette chaire, lancée en collaboration avec le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada, Novalait, Valacta et les Producteurs laitiers du Canada, disposera d'un financement de 1,8 million de dollars sur cinq ans. 

Elsa Vasseur

 

Art de vivre

Stratégie de production agricole au Yukon

Kelsey Metropolit de Yukon Gardens regarde ses salades hydroponiques.
Kelsey Metropolit de Yukon Gardens regarde ses salades hydroponiques.     Photo : Cheryl Kawaja/CBC

Le territoire du Yukon, comme l'ensemble des territoires du nord du pays, dépend presque entièrement de l'importation pour nourrir ses habitants. La production de nourriture locale demeure marginale. Pour changer cette situation, le gouvernement territorial a lancé une stratégie de production agricole locale. La journaliste Claudiane Samson, à Whitehorse au Yukon, dresse un portrait de la situation. 
 
Les produits importés sont moins chers. L'offre de produits locaux augmente, mais varie beaucoup d'une saison à l'autre. Par exemple, il y a la culture de pommes de terre Yukon Gold, de carottes et de choux. Il y a des petits élevages de sangliers, de chèvres, de canards, de poulets et de poules pondeuses. Certaines épiceries offrent leurs produits, et les consommateurs en redemandent. 
 
La brièveté de la saison, les sols peu fertiles et le difficile accès à la terre sont les principaux obstacles. Le gouvernement va permettre la location de terres à bas prix et contribuer à la création d'infrastructures. Il va offrir de l'aide pour les frais d'administration et les frais vétérinaires. L'Association agricole du Yukon est ravie de cette stratégie très attendue.

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes!


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
1
23456
7
8
910111213
14
15
1617181920
21
22
2324252627
28
29
30
31
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Bien dans son assiette

Réseaux Sociaux Bien dans son assiette Bien dans son assiette