#2a##5j##3# #5# Le bonheur est dans la cuisine | Bien dans son assiette | ICI Radio-Canada Premi�re
ICI Radio-Canada Premire

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h 12 h 
(en rediffusion 19 h) 

Francis Reddy

Bien dans son assiette
Logo Radio-Canada

Art de vivre

Le bonheur est dans la cuisine

Le lundi 25 janvier 2016

Le chercheur Yann Cornil de la Sauder School of Business  UBC
Le chercheur Yann Cornil de la Sauder School of Business UBC     Photo : ICI Radio-Canada/Julie Landry

Les cuisinomanes, les gens qui aiment la cuisine et les plaisirs de la table, sont plus satisfaits de leur vie que ceux qui mangent uniquement pour se nourrir. C'est la conclusion laquelle sont arrivs deux chercheurs et professeurs de marketing l'Universit de la Colombie-Britannique (Sauder School of Business), Pierre Chandon et Yann Cornil. Francis Reddy joint ce dernier Vancouver, pour en apprendre davantage. 
 
Les chercheurs ont observ deux catgories de population en fonction de leur relation avec le dsir alimentaire. Le premier type a une approche impulsive, la nourriture est lie aux motions et au surpoids et un certain mal-tre. Il est attir par une nourriture plaisir sans forcment avoir faim. Ce type de plaisir impulsif et viscral, li la culpabilit, tend la suralimentation. 
 
Le second type de plaisir, celui des picuriens et des amateurs de bonne cuisine, est li l'apprciation esthtique, sensorielle et symbolique de la nourriture. Cette approche est associe une prfrence pour des portions plus petites, mais aussi davantage de satisfaction et de bonheur, en gnral.  
 
Cette apprciation sensorielle et esthtique de l'alimentation n'est pas relie la condition sociale et conomique des individus , prcise Yann Cornil. L'tude a t faite sur deux populations : des Amricains, qui ont le taux d'obsit le plus lev dans le monde occidental, et des Franais, rputs pour leur culture gastronomique. 
 
Cette recherche tend dmontrer qu'il faut initier les individus l'alimentation ds l'enfance, l'cole, pour leur faire mieux connatre les saveurs, dvelopper leurs gots et leur apprendre ne pas culpabiliser par rapport la nourriture pour le plaisir. Aimer manger ne veut donc pas dire ncessairement trop manger. D'ailleurs, manger en compagnie serait li une prfrence pour de plus petites portions alimentaires. 

Foodies more satisfied with their lives: UBC study

People who revel in the tastes, sights and scents of food report higher well-being than those who eat simply to satisfy their hunger, according to a new study from UBC's Sauder School of Business. The researchers also found that having a deeper appreciation doesn't lead to extra pounds, finding there is no correlation between idealizing food and above-average body mass.

 


Crer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques rcentes

19 aot 2016

Le secret d'un punch bien russi pour l'heure de l'apro

18 aot 2016

La tomate, reine de la cuisine

18 aot 2016

Rfugies syriennes : la cuisine comme outil d'intgration

17 aot 2016

Des brasseurs qui sortent des sentiers battus

16 aot 2016

Ngliger l'heure du lunch : une bien mauvaise habitude

16 aot 2016

Des richesses culinaires insouponnes dans nos champs et forts