ICI Radio-Canada Première

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h à 12 h 
(en rediffusion à 19 h) 

Francis Reddy

Bien dans son assiette

Archives

dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
1234
5
6
7
8
91011
12
13
14
15161718
19
20
21
2223242526
27
28
2930
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du lundi 8 juin 2015


Environnement

Étudier la morue polaire pour comprendre les océans

L'océan Arctique
L'océan Arctique     Photo : PC/Jonathan Hayward

Louis Fortier, directeur scientifique d'ArticNet, observe depuis plusieurs années la faune aquatique de l'Arctique, plus particulièrement la morue polaire. À l'occasion de la Journée mondiale des océans, Sophie-Andrée Blondin discute avec lui de l'importance des océans dans notre quotidien. 
 
La morue polaire, pivot de la chaîne alimentaire 
Ce type de morue nourrit le phoque annelé, proie principale de l'ours polaire, et le béluga, mangé par les Inuit et par d'autres poissons. C'est dire son rôle important dans l'écosystème marin. En plus des poissons et des mammifères marins, il y a les oiseaux marins qui se nourrissent presque exclusivement de morues polaires et ces oiseaux marins sont ensuite consommés par les Inuit. 
 
Une morue toute petite 
Comparée à la morue franche, celle que nous consommons, la morue polaire n'est pas plus grosse qu'un poisson des chenaux, soit environ 30 cm. Quand elle atteint 25 cm, elle développe un immense foie et c'est ce qui attire les phoques. Le foie étant très riche en énergie, il est plus avantageux pour le phoque de le viser. 
 
Les effets du réchauffement climatique 
Quand les eaux de l'Arctique commencent à se réchauffer, la vie est plus facile pour toutes les espèces, que ce soit l'ours polaire, les phoques ou les poissons, parce que les conditions sont moins extrêmes. Toutefois, quand ces conditions deviennent la norme, les espèces d'ailleurs montent au nord et remplacent les hyperspécialistes de l'Arctique. Ceux-ci sont remplacés par des généralistes. Les chercheurs, comme Louis Fortier, observent ainsi que les capelans prennent tranquillement la place des morues polaires. L'océan Arctique va devenir une succursale des océans Atlantique et Pacifique. C'est la perte de la biodiversité. 
 
D'un contaminant à l'autre 
Louis Fortier étudie aussi la propagation des contaminants. Les 12 POP (polluants organiques persistants), interdits dans les années 90, ont diminué, mais ils ont été remplacés par des nouvelles molécules. Ce sont les retardateurs de flamme, comme les protecteurs de tissus, qui prennent le dessus et leur charge toxique est inconnue. On en trouve dans l'omble arctique et dans la chair du phoque. En fait, ces contaminants sont présents partout, mais particulièrement dans l'Arctique, parce que ces molécules s'accumulent dans le gras, et la faune en a besoin d'avantage pour survivre. 
 
Quelques chiffres 
Plus de 90 % des 10 espèces de poisson les plus pêchées sont en voie de disparition et près de 50 % des autres espèces commerciales sont menacées par l'industrie de la pêche. Par ailleurs, 80 % de la pollution des océans provient des terres.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - ONU : Océan sain, planète saine

Économie et affaires

Transmettre une tradition en attendant le retour de la morue

Des morues salées séchées selon la tradition
Des morues salées séchées selon la tradition     Photo : Radio-Canada/Hélène Raymond

Roch Lelièvre croit qu'un jour la morue reviendra en grand nombre dans les filets des bateaux de pêche gaspésiens. Son entreprise fait sécher la morue salée sur des vigneaux « à la gaspésienne » (Gaspé Cured), sauf que le poisson utilisé est congelé et provient du Pacifique ou du côté européen de l'Atlantique. Hélène Raymond a rencontré le propriétaire de Lelièvre, Lelièvre et Lemoignan au moment où ses employés étendaient des milliers de poissons sous le soleil du printemps.

EN COMPLÉMENTHYPERLIEN - Gaspé Cured

Art de vivre

Les folies bergères, une fromagerie en Outaouais

Christian Girard avec une partie de son troupeau de brebis
Christian Girard avec une partie de son troupeau de brebis     Photo : Radio-Canada/Julien Lafille

Christian Girard et Marguerite Paradis étaient militaires. Ils sont devenus bergers et fromagers. Spécialisés dans le lait de brebis depuis une quinzaine d'années, ils produisent du fromage depuis cinq ans. Julien Lafille nous propose une visite de la ferme Les folies bergères
 
Ces retraités des Forces canadiennes rêvaient d'un retour à la terre, d'un coin de campagne tranquille. Ils l'ont trouvé à Saint-Sixte, dans la Petite-Nation, en Outaouais.

Sports

Histoire : les marchés publics

Marché
Marchand de légumes frais     Photo : iStock

Bien avant l'arrivée des supermarchés, les habitants des villes devaient se rendre au marché pour acheter leur nourriture ou pour vendre les surplus de leur récolte. L'histoire de ces marchés est intimement liée aux habitudes alimentaires de l'époque, comme le regain de popularité des marchés est révélateur des tendances de nos contemporains. Luc Nicole-Labrie propose une incursion dans l'histoire des marchés dans la ville de Québec.

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
1234
5
6
7
8
91011
12
13
14
15161718
19
20
21
2223242526
27
28
2930
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Bien dans son assiette

Réseaux Sociaux Bien dans son assiette Bien dans son assiette