ICI Radio-Canada Première

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h à 12 h 
(en rediffusion à 19 h) 

Francis Reddy

Bien dans son assiette
Logo Radio-Canada

Arts et culture

L'idéologie derrière les conseils nutritionnels

Le jeudi 4 juin 2015

Caroline Durand, auteure du l'ouvrage <em>Nourrir la machine humaine, nutrition et alimentation au Québec, 1860-1945</em>
Caroline Durand, auteure du l'ouvrage Nourrir la machine humaine, nutrition et alimentation au Québec, 1860-1945     Photo : Radio-Canada/Michel Harvey

Les conseils nutritionnels ne sont pas que des indications proposées aux gens pour améliorer leur santé, ils peuvent aussi cacher tout un discours politique et idéologique. C'est du moins ce que révèle l'historienne Caroline Durand dans son livre Nourrir la machine humaine, nutrition et alimentation au Québec, 1860-1945. Sophie-Andrée Blondin en discute avec elle. 
 
Caroline Durand a étudié les manuels utilisés dans les cours d'économie domestique, principalement des livres des communautés religieuses qui donnaient ces cours, de même que des ouvrages écrits par des médecins ainsi que des publications gouvernementales. Avec l'exode rural et l'apparition des produits transformés, les autorités ont dû adapter leurs conseils à la réalité, conseillant par exemple aux gens de cultiver leurs propres aliments plutôt que d'en acheter.  
 
À l'époque, le gouvernement donne des conseils, mais la responsabilité alimentaire revient à la mère de famille. Cette dernière doit être renseignée, savoir bien cuisiner et doit éduquer ses filles à faire de même. La cuisine et la nutrition sont un devoir noble et sacré pour garder sa famille en santé. « On disait alors que vous étiez mieux d'éduquer vos filles à devenir de bonnes ménagères et cuisinières plutôt que de les inciter à trouver du travail », explique Caroline Durand. Les gouvernements insistaient aussi pour que le savoir-faire culinaire et alimentaire soit perçu comme une science moderne.  
 
« Ce qui revient le plus souvent, c'est que le but de l'alimentation est d'avoir des hommes et des femmes productifs. On veut des enfants qui vont se surpasser à l'école, des hommes qui vont performer au travail et qui ne seront pas malades. C'est quelque chose qui fait partie de la modernité de l'époque. » – Caroline Durand 
 
Nourrir la machine humaine, nutrition et alimentation au Québec, 1860-1945, Caroline Durand, professeure d'histoire à l'Université Trent à Peterborough, en Ontario, McGill-Queen's University Press, mai 2015.


Créer un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

2 août 2016

Quand l'aliment s'incarne dans l'esthétisme féminin

14 juillet 2016

Ouest de Montréal : de bonnes terres arables à protéger

8 juillet 2016

Les banquets de la Grèce et de la Rome antique : faire la fête pour les Dieux

8 juillet 2016

Les préférences culinaires des superhéros

1 juin 2016

Le tourisme culinaire pour accéder à la culture locale

12 avril 2016

Histoire du jardinage en Nouvelle-France