ICI Radio-Canada Première

Bien dans son assiette

Bien dans son assiette

En semaine de 11 h à 12 h 
(en rediffusion à 19 h et le samedi à 6 h) 

Francis Reddy

Bien dans son assiette
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
 
1
2
34567
8
9
1011121314
15
16
1718192021
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
 
 
 
 
 

Les meilleurs moments : Émission du jeudi 27 août 2015

Art de vivre

Les produits du Québec cuisinés à la bordelaise

Le chef bordelais Christophe Girardot et l'apprenti Solenn Lemonnier
Le chef bordelais Christophe Girardot et l'apprenti Solenn Lemonnier     Photo : Radio-Canada/Geneviève Gagnon

Pour une troisième année, l'événement Bordeaux fête le vin à Québec s'installe sur les quais du Vieux-Port de Québec pour quatre jours. Une nouveauté pour 2015 : le pavillon des Épicuriens, une initiative du restaurant le 47e Parallèle, accueille le chef bordelais Christophe Girardot, du restaurant La Guérinière. Le défi pour le chef étoilé : cuisiner pour la première fois avec les produits du Québec. Francis Reddy s'entretient avec le chef, qui est accompagné de sa recrue, Solenn Lemonnier (18 ans), lauréate en 2014 du prix Meilleure Apprentie de France (MAF) en cuisine froide.

Art de vivre

L'autocueillette accueille de plus en plus les jeunes familles

Les pomiculteurs ont été les premiers à offrir l'autocueillette
Les pomiculteurs ont été les premiers à offrir l'autocueillette     Photo : Radio-Canada/Hélène Raymond

Elle demeure une activité populaire. Il existe 875 fermes qui la proposent au Québec. Des camerises aux arbres de Noël, des fraises aux poireaux, elles proposent désormais une grande gamme de produits et d'activités. Hélène Raymond s'est arrêtée dans deux de ces fermes. La Ferme la rafale, située à l'île d'Orléans, et la Cité agricole, à Saint-Augustin-de-Desmaures. 
 
Les pratiques évoluent dans le monde de l'autocueillette. Celle-ci a d'abord intéressé les pomiculteurs, puis les producteurs de petits fruits. Maintenant, il est possible de cueillir de tout, des légumes et même des arbres de Noël. Il y a moins de grands cueilleurs qui vont faire des provisions pour l'année, mais de plus en plus de jeunes familles sur les fermes d'autocueillette. Par conséquent, les producteurs doivent s'adapter et aménager des espaces avec des petits animaux, des aires de jeux, des tables à pique-nique... 
 
Le site Autocueillette.com >> 
 

Hélène Raymond est allée visiter deux fermes qui offrent l’autocueillette : La Ferme la rafale, située à l'île d'Orlé...

Posted by Bien dans son assiette on jeudi 27 août 2015

Art de vivre

Une année difficile pour les bleuets du Québec

Bleuets du Québec
Bleuets du Québec     Photo : ICI Radio-Canada/Nicole Germain

La récolte des bleuets sauvages du Lac-Saint-Jean n'atteindra probablement pas 50 % de celle de l'an passé. L'hiver extrêmement rigoureux, qui a sévi particulièrement dans cette région, a malmené les bleuetières. Marc Larouche, producteur de bleuets sauvages et président du Syndicat de producteurs de bleuets du Québec, nous explique les raisons de cette faible récolte. 
 
Le manque de neige a fait en sorte que les plants de bleuets ont été exposés au froid, ce qui a eu pour conséquence de brûler leurs tiges. La topographie n'étant pas la même d'une région à l'autre, les bleuetières n'ont pas toutes été atteintes de la même manière. Les régions moins boisées ont été plus éprouvées. Il y a près de 400 producteurs de bleuets sauvages au Québec, et sur les 210 qui sont assurés, 190 ont fait une réclamation. Malgré tout, le prix des bleuets sauvages ne subira pas de grand changement, étant donné que, globalement, l'offre demeure presque inchangée. 
 
Le site du Syndicat de producteurs de bleuets du Québec >>

Art de vivre

Tout ce qu'il faut pour démarrer son entreprise agricole

Geneviève Grossenbacher et Jim Thompson
Geneviève Grossenbacher et Jim Thompson     Photo : Radio-Canada/Claude Brunet

La Plate-forme agricole de l'Ange-Gardien, en Outaouais, permet à de jeunes producteurs agricoles de faire leurs premiers pas dans la culture maraîchère. Cet organisme offre un lieu de production équipé de l'infrastructure nécessaire à la culture de légumes. Claude Brunet a rencontré son coordonnateur, Rudiger Markgraf, ainsi que les propriétaires de Notre petite ferme, Jim Thompson et Geneviève Grossenbacher, qui ont vécu l'expérience. 
 
La terre certifiée biologique et l'équipement sont loués pour une durée maximale de cinq ans, ce qui permet aux jeunes cultivateurs d'acquérir l'expérience et la crédibilité nécessaires à l'acquisition de leur première terre. Depuis sa création en 2010, la Plate-forme agricole de l'Ange-Gardien a accueilli 22 entreprises en démarrage. De ce nombre, sept possèdent maintenant leur propre ferme. 
 
Site de la Plate-forme agricole de l'Ange-Gardien, en Outaouais 
Site de la Plate-forme agricole de l'Ange-Gardien, en Outaouais
Photo : Radio-Canada/Claude Brunet 
 
Le site de Notre petite ferme >>

Santé

Les produits amaigrissants sont inefficaces et ont des effets pervers

Yves G Jalbert de l’ASPQ et Paule Bernier, diététiste professionnelle
Yves G Jalbert de l’ASPQ et Paule Bernier, diététiste professionnelle     Photo : Radio-Canada/Michel Harvey

C'est ce que démontre l'Association pour la santé publique du Québec (ASPQ) dans une étude intitulée La face cachée et l'imposture des produits, services et moyens amaigrissants (PSMA). Ceux-ci peuvent même être dangereux pour la santé. Pour en parler, Francy Reddy reçoit Yves G Jalbert, spécialiste de contenu à l'ASPQ, et Paule Bernier, présidente de l'Ordre professionnel des diététistes du Québec. 
 
Sans fondement scientifique  
L'inefficacité des produits est démontrée : ils font perdre d'abord de l'eau, ensuite des muscles, mais très peu de tissus adipeux. De plus, les études démontrent que le poids perdu sera repris dans un délai variant entre un an et cinq ans. Il n'y a pas de nuance : « Ils sont inefficaces et les effets pervers sont là pour la plupart des PSMA sur le marché », affirme Yves G Jalbert.  
 
L'étude a évalué une panoplie de produits, services et moyens, mais exclu les services qui sont régis par un ordre professionnel, comme les nutritionnistes et les médecins qui se réfèrent à des données scientifiques. Ceux-ci préconisent habituellement des changements alimentaires et une pratique d'activités physiques à long terme.  
 
Certains produits ou moyens amaigrissants peuvent avoir de conséquences pour la santé, allant jusqu'à la mort. Même s'ils sont homologués par Santé Canada, le risque des effets néfastes sur la santé vient de leur mauvaise utilisation : le fabricant ne donne pas les contre-indications; les effets des interactions avec des médicaments ou des aliments ne sont pas précisés; ils sont parfois consommés en cocktails.  
 
Dans sa pratique aux soins intensifs, Paule Bernier a été témoin de jeunes femmes qui ont eu des effets d'hypertension pulmonaire au point d'en mourir. Selon elle, le surpoids n'est pas le problème, mais les habitudes de vie. Un constat qui se résume dans l'expression « la santé est dans toutes les tailles », conclut l'animateur. 
 
Détail de la couverture de l'étude La face cachée et l'imposture des produits, services et moyens amaigrissants (PSMA) 
Détail de la couverture de l'étude La face cachée et l'imposture des produits, services et moyens amaigrissants (PSMA)

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes!


Archives par date ou consultez les archives du site
dim
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
 
 
 
 
 
 
1
2
34567
8
9
1011121314
15
16
1718192021
22
23
242526
27
28
29
30
31
 
 
 
 
 

Prochainement à l'émission

Consultez le guide horaire

Dernière baladosiffusion disponible

Bien dans son assiette

Réseaux Sociaux Bien dans son assiette