ICI Radio-Canada Première

Aujourd'hui l'histoire

Aujourd'hui l'histoire

En semaine de 20 h à 20 h 30

Jacques Beauchamp

Aujourd
Logo Radio-Canada

International

La libération de Paris en août 1944 : après l'outrage, la liesse

Le lundi 27 février 2017

Le général Charles de Gaulle célèbre la libération de Paris en compagnie de ses compatriotes, en 1944.
Le général Charles de Gaulle célèbre la libération de Paris en compagnie de ses compatriotes, en 1944.     Photo : Getty Images / Scherschel

Moment symboliquement puissant, la libération de Paris, le 25 août 1944, est le fruit de l'action des diverses forces en présence pour neutraliser les Allemands. Les alliés ont joué un rôle de premier plan dans cette courte bataille, la résistance française aussi, mais c'est le général Charles de Gaulle qui s'en est tiré avec l'auréole, note le professeur d'histoire, Frédéric Bastien.  
 
« La libération de Paris n'est pas un point tournant militaire de la Seconde Guerre mondiale. Il n'y a pas eu de grands combats pour reprendre Paris », explique l'enseignant du Collège Dawson. 
 
Deux factions, un seul objectif 
Deux groupes se sont illustrés dans cette lutte contre les nazis. D'un côté, les sympathisants du général De Gaulle, qui constituent une partie de la résistance française. De l'autre, les résistants communistes.  
 
Ces deux factions se font concurrence pour savoir qui aura le crédit de la libération de la capitale et pourra s'imposer une fois que la France entière sera libérée. Mais ni un groupe ni l'autre n'est assez puissant pour terrasser seul les Allemands. 
 
Gagner Berlin avant Paris 
Entre en scène la force alliée dirigée par le général Dwight Eisenhower. En juin 1944, les alliés débarquent sur la côte atlantique. Ils percent les lignes allemandes un mois plus tard. Un front est ouvert aussi dans le sud de la France. Eisenhower compte plutôt contourner Paris pour filer directement vers la capitale allemande et donner rapidement le coup de grâce au régime nazi. 
 
Toutefois, Charles De Gaulle ne l'entend pas ainsi. Il souhaite que la libération se fasse au plus vite, et par un représentant militaire français. De profondes dissensions marquent la relation entre le général et Eisenhower.  
 
Les blindés entrent dans Paris 
Le 24 août 1944, le général Leclerc avance avec sa division de blindés et entre dans Paris. La résistance des Allemands, sachant que cette bataille était perdue, est minime. Le 25 août à 15 h 30, la capitulation allemande est signée à la gare Montparnasse. Le lendemain, un défilé de la victoire est tenu dans les rues de la capitale française. De Gaulle est portée aux nues. Il sera président de la France de 1959 à 1969. 
 
 
Le discours de la libération prononcé par Charles de Gaulle, le 25 août 1944


Cr�er un compte

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Chroniques récentes

23 février 2017

Édouard VIII et Wallis Simpson : renoncer à sa couronne par amour

16 février 2017

L'insurrection de Budapest de 1956 réprimée par l'URSS

31 janvier 2017

Adélard Godbout et la loi de l'instruction publique obligatoire

19 janvier 2017

L'affaire Dreyfus : un officier juif accusé à tort de trahison

22 décembre 2016

Gandhi et la marche de l'Inde vers l'indépendance